Joyce DI DONATO mezzo soprano

par read here

 Joyce DI DONATO mezzo soprano
Drama Queens
Airs de ORLANDINI, PORTA, HAENDEL, KEISER, HASSE, MONTEVERDI, GIACOMELLI, HAYDN
IL COMPLESSO BAROCCO, Alan CURTIS, direction

2012-DDD-77'18- Présentation en français, anglais, allemand-Textes en français, anglais, allemand, italien-Chanté en italien-Virgin classics 5099960265425

Fascinant programme que toutes ces imprécations de reines offensées – reines de tragédie ou tragédies de reine? Mélangeant des airs très connus (Piangero la sorte mia de Haendel ou Sposa, son disprezzata de Giacomelli repris par Vivaldi) et d'autres beaucoup plus rares, ce choix de programme «à thème» -en dépit d'une présentation non dénuée d'humour- court le danger du systématisme. On connaît sur scène et au disque les qualités quasi parfaites de la soprano ( plus que mezzo d'ailleurs!) américaine: timbre brillant, phrasé dominé, énergie et précision infaillibles. Mais ici sa véhémente Alcina (3) prend le risque d'une vaine stridence. L'appui sur certaines syllabes, sur certaines notes (5) surlignant les a et les o, dont la langue italienne se délecte (13) ne suffit pas à caractériser un affect; pas plus qu'un certain narcissisme ou la dureté d'articulation (9). Mais surtout au fil des airs, on est frappé par l'inhumanité, l'imperturbable uniformité du style d'interprétation, quand bien même l’œuvre (de Cesti, par exemple) date de 1656 ou d'un siècle et demi plus tard (Haydn)! C'est qu'elle n'est guère incitée aux nuances, à la versatilité de style ou d'humeur par un orchestre (Il Complesso Barocco) sans velouté sous la baguette distante d' Alan Curtis . Tout le contraire de l'esthétique bel cantiste où la beauté n'est jamais figée (contrairement au glamour standardisé des photos de la pochette!). Selon une méthode marketing maintenant bien rodée une tournée promotionnelle de ce disque est annoncée ( 04/02/2013 www.bozar.be). Espérons que la chaleur du public fera sourdre l'émotion attendue!
Bénédicte Palaux Simonnet

Son 7 - Livret 9 - Répertoire 8 - Interprétation 7

Les commentaires sont clos.