Un centre d'étude pour la musique des camps

par

Construire un centre d'étude pour abriter les archives musicales des camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale, c'est le projet que poursuit le pianiste, compositeur et musicologue italien Francesco Lotoro.
Depuis 30 ans qu'il collectionne la musique écrite dans les camps de concentration entre 1933 (ouverture du camp de Dachau) et 1953 (mort de Staline et amnistie des prisonniers des goulags), il a rassemblé plus de 8 000 partitions et il est à l'origine de KZ Musik : 24 albums à ce jour, avec 407 œuvres composées en captivité. Il a rassemblé aussi 12 500 documents sur la production musicale dans les camps de concentration, 3 000 publications sur le sujet, et des témoignages visuels enregistrés sur microfilm.

Pour abriter tout cela, il travaille donc désormais, avec l'aide du gouvernement italien, à la construction d'un Centre d'étude. Le lieu est désigné, la ville de Barletta, et c'est à l'architecte Nicolangelo Dibitonto qu'est confié ce projet.

L'Istituto di Letteratura Musicale Concentrazionaria comprendra un musée, une bibliothèque et un théâtre, pour un coût d'environ 45 millions de dollars.
La ville a fait don du site d'une distillerie abandonnée et de 2,7 millions de dollars destinés à la construction d'un hôtel de 30 chambres pour héberger à proximité les étudiants et les chercheurs ; le gouvernement italien s'est engagé jusqu'ici à hauteur de 5 millions de dollars mais n'a pas dit son dernier mot ; et Francesco Lotoro poursuit la collecte de fonds : il y a beaucoup de gens qui veulent nous aider aux États-Unis, au Canada et dans d'autres pays, je dois les rencontrer, a-t-il déclaré.


Les commentaires sont clos.