Le violon, c’est belge !

par scorpio woman dating an aquarius man

HOMMAGE À CARLO VAN NESTE
(1914-1992)

2012-DDD-70’ 44’’, 54’ 55’’, 60’ 41’’, 66’ 27’’ et 56’ 25’’-Texte de présentation en français et en anglais-Pavane ADW 7550-54

Il convient de le dire sans détours : l’édition de ce coffret réunissant cinq CD en hommage à Carlo Van Neste est un événement discographique. Non seulement, elle commémore le souvenir d’un grand violoniste qui a eu la chance d’être tour à tour l’élève d’Eugène Ysaÿe, de Jacques Thibaud et de Georges Enesco, d’un interprète qui avait onze ans à peine quand il allait donner son premier récital en public (à Anvers), et seulement quatorze quand il allait enregistrer chez Columbia son tout premier disque, mais elle propose des œuvres qu’on n’entend jamais et qui seraient sans nul doute totalement tombés dans l’oubli, si Carlo Van Neste ne les avait pas jouées, à une époque ou à une autre de sa longue et magnifique carrière. C’est en particulier le cas du Concerto pour violon et orchestre opus 86 de Francis de Bourguignon (1890-1961), du Concerto pour violon et orchestre n° 2 opus 56 de Raymond Chevreuille (1901-1976), du Concerto pour violon et orchestre opus 37 d’Éric Feldbusch (1922-2007) ou encore du Concerto pour violon et orchestre (sans numéro d’opus) de Frédéric Devreese (né en 1929) – autant de concertos rares de compositeurs belges, interprétés avec les orchestres soit de l’INR, soit de la RTB, avec des chefs tels qu’Edgar Doneux, Franz André, Daniel Sternefeld et René Defossez. Dans le coffret, figurent en outre des concertos d’Henri-Jacques de Croës (1705-1786) et de Charles-Auguste de Bériot (1802-1870) que Carlo Van Neste, toujours curieux et éclectique, a eu le bon goût d’exhumer. Mais c’est en écoutant quelques-unes des œuvres dites du répertoire, comme le Poème élégiaque d’Eugène Ysaÿe et le Concerto pour violon et orchestre n° 2 opus 19 d’Henri Vieuxtemps, qu’on mesure à quel point Carlo Van Neste a été un violoniste talentueux et doté d’un coup d’archet des plus personnels. Talent qu’il a également mis au service de la musique de chambre avec le violoncelliste Éric Feldbusch et le pianiste Naum Sluszny avec lesquels il a formé le trio Reine Elisabeth de Belgique. On en a d’ailleurs ici un très bel échantillon grâce aux quatre célèbres Trios pour pianos de Johannes Brahms, en l’occurrence la reprise de deux microsillons parus en 1977 chez EMI. Oui, un événement discographique qui devrait ravir un public nombreux : les amoureux du violon, les amateurs de concertos rares ou méconnus, les mélomanes qui ont un jour assisté à un concert de Carlo Van Neste et qui auront peut-être des bouffées de nostalgie…
Jean-Baptiste Baronian

Son 8 - Livret 7 - Répertoire 7 - Interprétation 10

 

Les commentaires sont clos.