Mots-clé : Fayard

L’œuvre protéiforme de John Cage décryptée en langue française. Une somme 

par

Anne de Fornel, John Cage, Fayard, 2019, 695 p.

Ce nouveau volume de la collection des éditions Fayard vouée aux compositeurs se démarque au premier coup d’œil des précédents: habituellement noire, la tranche du livre est ici blanche. Clin d’œil à l’esthétique sinon à la personnalité excentriques de John Cage qui, lorsqu’on lui demandait s’il aimait le public, se fendait d’un « Certainement que nous l’aimons ! Nous le lui montrons en nous écartant de son chemin » ? Subtile allusion à l’illusoire vacuité de l’œuvre-phare du compositeur américain, 4'33" ? Ou à Carré blanc sur fond blanc de Kasimir Malevitch, qui laissa dans l’esprit du musicien des traces indélébiles ? Quand bien même ne serait-ce que le fruit d’une coïncidence, nous y verrions encore un bel hommage à Cage, qui fit précisément du hasard la pierre angulaire de ses processus créatifs.

hobbys zum frauen kennenlernen

par

Eric Chaillier fait paraître chez Fayard en 2017 une importante somme consacrée certainement à l’une des œuvres qui aura soulevé le plus grand nombre de questions : Die Zauberflöte. Eric Chaillier est diplômé de Sciences Po Paris, enseigne l’Histoire de la musique à Lausanne et donne de nombreux séminaires et conférences sur la musique. Si la parution d’un tel ouvrage sur la Flûte enchantée peut inquiéter notamment par sa redondance, le sous-titre donne à percevoir immédiatement la direction intelligente et lucide de l’auteur : « opéra merveilleux et multiple ».

L'écoute active de la musique : mode d'emploi

par

La troisième oreille
Pour une écoute active de la musique
par Jean-Yves Bras
La troisième oreille de Jean-Yves Bras est un livre de haute vulgarisation. Cet ouvrage n'est pas une description physiologique de l'écoute et du cerveau et il n'est pas non plus une méthode de formation de l'oreille dans le cadre d'un cours de formation musicale.

Le flux et le fixe

par

Peinture et Musique
par Jean-Noël von der Weid
Multi-instrumentiste, compositeur -il a travaillé avec Stockhausen, Boucourechliev, Ligeti et Kagel-, critique musical, critique et écrivain d'art -on lui doit un magnifique ouvrage : « Le nu dans l'art, l'apothéose des corps » paru chez Solar, Jean-Noël von der Weid propose ici un condensé de connaissances, de pensée et de réflexion sur les champs métaphoriques communs qui unissent musique et peinture. « Des yeux pour entendre ; quand l'oreille se prend à observer ».