La saison 2017-2018 à La Monnaie

par
La Monnaie

Le 5 septembre 2017, le Théâtre Royal de La Monnaie rouvrira ses portes après deux ans de travaux, avec la création belge de Pinocchio, le nouvel opéra de Philippe Boesmans. Lors de sa conférence de presse ce vendredi 24 mars, le directeur-général, Peter de Caluwe, était fier de pouvoir annoncer la bonne nouvelle, pour la plus grande satisfaction des amoureux de La Monnaie, heureux de retrouver leur bâtiment. L'équipe Boesmans-Pommerat réitèrera ainsi le succès d'Au Monde, leur première collaboration, créé avec succès en mars 2014, également à La Monnaie. Les atouts sont solides : Chloé Briot, en pantin, sera entourée de Stéphane Degout, Vincent le Texier et Yann Beuron, sous la direction de Patrick Davin, très familier du compositeur. Prévu initialement pour la saison actuelle, Lucio Silla, d'un Mozart de 13 ans, verra s'affronter trois superbes chanteuses : Lenneke Ruiten, Anna Bonitatibus et Ilse Eerens, dirigées par Antonelle Manacorda. Quant à Lohengrin, il sera interprété en alternance par Eric Cutler et Jozef Kaiser, mise en scène par le tandem Py/Weitz et dirigé par le chef maison, Alain Altinoglu. Voilà qui sera l'un des grands moments de l'année 2018. Tout aussi traditionnel mais sans doute tout aussi attendu, l'ineffable double-bill Cavalleria Rusticana / Pagliacci, sous la baguette d'Evelino Pido, mis en scène par le brillant Damiano Michieletto (souvenons-nous de son Elisir d'amore !), avec, entre autres, Eva-Maria Westbroek et Carlo Ventre. Autre double-bill, mais plus aventureux, Il Prigionero de Dallapiccola sera couplé avec Das Gehege de Rihm. Angeles Blancas Gulin brillera dans les deux opéras, soutenu par le prisonnier de Georg Nigl. Le clou de la saison ? Probablement Dialogues des Carmélites, de Poulenc, mise en scène d'Olivier Py, dirigés par Alain Altinoglu, et honorés par une distribution brillantissime. Jugez : Patricia Petitbon/Anne-Catherine Gillet, Nicolas Cavallier, Stanislas de Barbeyrac, Guy De Mey, Sylvie Brunet-Grupposo, Véronique Gens, Sophie Koch/Karine Deshayes et Sandrine Piau! L'année scénique se clôturera par un troisième couplage, de Bartok cette fois, orchestral avec Le Mandarin merveilleux, et dramatique, avec Le Château de Barbe-bleue qui verra s'affronter deux imposantes figures de l'opéra, Ante Jerkunica et Nora Gubitsch, toujours sous la direction d'Altinoglu. Deux opéras donnés en concert complèteront cette programmation passionnante : Tancredi de Rossini, avec Marie-Nicole Lemieux et Enea Scala, et Leonore de Beethoven (première version de Fidelio, donnée en 1805), par le Freiburger Barockorchester, dirigé par René Jacobs. De nombreux récitals émaillent la saison : Anna Caterina Antonacci dans La Voix humaine, Pavol Breslik dans le Winterreise, sans compter Simon Keenlyside, Dieter Henschel, Natalie Dessay ou Christiane Stotijn. Le Requiem annuel sera celui de Dvorak par Hartmut Haenchen. Il y aura aussi un beau volet de musique hongroise, avec deux magnifiques concerts Liszt (2 poèmes symphoniques et les 2 concertos)/Bartok (Musique pour cordes, persussion et célesta, Concerto pour orchestre) et Kodaly (Hary Janos). Pour tout cela en plus détaillé, je conseille d'aller voir le site www.lamonnaie.be : tous les programmes, les dates et les interprètes, sans oublier les spectacles de danse, dont ceux d'Anne Teresa De Keersmaeker.
Bruno Peeters

Vos commentaires como funciona el viagra

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.