L'âme du violon

par narcissistic woman dating

Eugène YSAŸE
(1858 - 1931)
Six sonates pour violon seul
Olga GUY (violon)
2012-DDD-60’ 30’’-Texte de présentation en français et en anglais-Arion ARN68826

Ainsi que le savent tous les mélomanes, les Six sonates pour violon seul écrites par Eugène Ysaÿe en 1923 ont chacune un dédicataire : successivement Joseph Szigeti, Jacques Thibaud (et non pas Thibeaud comme l’orthographie par erreur l’éditeur du disque), Georges Enesco, Fritz Kreisler, Mathieu Crickboom et Manuel Quiroga  -des musiciens qu’Eugène Ysaÿe appréciait beaucoup. D’ailleurs, en les composant, Eugène Ysaÿe avait veillé à ce qu’elles correspondent chacune à leur personnalité propre, à leur style et à ce qu’on appelle d’ordinaire leur coup d’archet. Mais le plus étonnant, c’est qu’elles forment un ensemble d’une très grande cohérence et donnent même l’impression de dialoguer à tout moment les unes avec les autres. Depuis leur création, ces Six sonates ont connu, on l’imagine sans peine, d’innombrables interprétations, dont plusieurs restent mémorables, en particulier celle de Guidon Kremer en 1976 et celle, magnifique, de Frank Peter Zimmermann en 1994. À leurs côtés, la violoniste belge d’origine russe Olga Guy (que d’aucuns avaient baptisé « la petite Menuhin ») fait plutôt bonne figure et réussit à imposer son jeu, un jeu tout en nuances, tour à tour lyrique et vigoureux, passionné et subtil, et toujours juste. Agrément non négligeable : le superbe tableau du préraphaélite John Collier représentant une jeune cavalière nue, qui est reproduit sur la couverture du livret et sur l’étiquette du CD.
Jean-Baptiste Baronian
Son  8  -  Livret  6  -  Répertoire  10  -  Interprétation  8

 

Les commentaires sont clos.