L’art du trio à cordes

par https://lebanesefreelancers.com/

Ludwig van BEETHOVEN (1770-1827)
Trio à cordes n° 5 en do mineur op. 9/3
Franz SCHUBERT (1797-1828)
Trio à cordes n° 1 en si bémol majeur D 471
Jean FRANÇAIX (1912-1997)
Trio à cordes
Bohuslav MARTINU (1890-1959)
Trio à cordes n° 2 H 238
Trio Oreade
DDD–2015–55’ 14’’–Textes de présentation en allemand et en anglais–BMN 20152

Le trio à cordes serait-il l’enfant pauvre et déshérité de la musique de chambre ? Si on le compare à la sonate et au quatuor à cordes, la réponse est assurément affirmative. D’ailleurs, peu de formations de ce type ont marqué l’histoire de l’interprétation musicale à travers le monde et les plus connus d’entre eux se comptent sur les doigts d’une seule main (par exemple le Trio Pasquier ou le Beaux-Arts Trio). En général, les grands classiques du répertoire sont joués par des solistes de renom qui se retrouvent occasionnellement, le temps d’un concert ou d’un enregistrement discographique. Ou bien ils sont joués par de jeunes solistes au début de leur carrière comme c’est le cas ici avec le Trio Oreade – un trio féminin –, qui s’est fait connaître au Concours international de trio à cordes de Munich en 2012, en obtenant le premier prix.
Le présent disque prouve que cette distinction n’était pas usurpée. Il rassemble les deux grands classiques du genre que sont le Trio à cordes n° 5 de Beethoven et le Trio à cordes n° 1 (inachevé) de Schubert, ainsi que deux œuvres du XXe siècle : le Trio à cordes de Jean Françaix datant de 1933 et le Trio à cordes n° 2 de Bohuslav Martinu datant, lui, de l’année suivante, une pièce en deux mouvements dédiée au Trio Pasquier et qui, dans sa texture rythmique, doit beaucoup au maître du compositeur tchécoslovaque, Albert Roussel (son propre magnifique Trio à cordes a été écrit en 1937, quelques mois avant sa mort). Dans chacune de ces œuvres, le Trio Oreade combine fort bien élégance et vigueur, souplesse et énergie, ces propriétés presque indispensables à tout ensemble pour cordes digne de ce nom. Précision notable : un blue-ray accompagne le CD. Ce qui permet de voir, de voir en action pour ainsi dire, les trois dames de la jeune formation : la violoniste Yukiko Ishibashi, l’altiste Ursula Sarnthein et la violoncelliste Christine Hu. De bien agréables personnes…
Jean-Baptiste Baronian

Son 8 – Livret 7 – Répertoire 10 – Interprétation 9

Les commentaires sont clos.