Liederabend de Martina Arroyo

par https://suppliday.com/

Martina ARROYO, soprano
Leonard HOKANSON, piano (?)
Liederabend 1968
ROSSINI, SCHUBERT, DVORAK, 4 SPIRITUALS
1968-ADD-56'18-Présentation en allemand et anglais-Pas de textes-Chanté en italien, allemand, anglais- SWR music Hänssler classic SCM CD 93.719

En 1968, (Martina Arroyo vient tout juste de fêter son 32e anniversaire) la célèbre soprano américaine donne une soirée musicale (Liederabend) lors du Festival de Schwetzinger. Qu'en penser aujourd'hui? Il faut d'abord surmonter une prononciation exotique: de tout ce récital on ne comprend vraiment que les neuf dernières minutes consacrées aux «Spirituals». Tout le reste se fond dans un flux certes agréable mais rebelle. Il y a ensuite un pianiste qui semble sur une autre planète (d'ailleurs son nom n'est même pas mentionné dans la présentation) et une prise de son remasterisée lointaine et peu sensible. Et pourtant dès l'entrée, avec Rossini, on est captivé par un tempérament de feu, de sensualité. Le Boléro L'invito devient délicieusement courtois dans la Canzonetta La Promessa et plein de fougue dans la célèbre Tarentelle La danza. Avec Brahms, bonhomie aidant, s'ébrouent avec naturel les Mädchenlieder tandis que Dvorak inspire de subtils rythmes et mélodies dans la version allemande des Zigeunermelodien. Le meilleur? Schubert avec Das Echo, Ganymed, et surtout Die junge Nonne. Et puis, pour un éblouissant final quatre spirituals dans lesquels elle est souveraine absolue en son domaine. Un disque qui séduira tous ceux qui l'admirèrent dans les opéras de Verdi et ceux qui suivent sa belle carrière d'enseignante.
Bénédicte Palaux Simonnet

Son 6 - Livret 5 - Répertoire 9 - Interprétation 8

Les commentaires sont clos.