Le Journal

Première new-yorkaise de la Symphonie no 12 de Glass

par

Pendant plus de quarante ans, Dennis Russell Davies a défendu et présenté les premières représentations des symphonies et des opéras de Philip Glass.
Aujourd'hui, avec la Filharmonie Brno, Davies présente la première new-yorkaise de la Symphonie no 12 de Glass.

Avec la Symphonie n° 12 "Lodger", Glass conclut sa trilogie inspirée par les célèbres albums "Berlin" - Low, Heroes (tous deux en 1977) et Lodger (1979) - de l'icône du rock David Bowie.
Le concert comprend également des œuvres de deux maîtres tchèques : Taras Bulba, un chef-d'œuvre du célèbre citoyen musical de Brno, Leoš Janáček, qui a contribué à la création de la Filharmonie il y a 150 ans, et le délicieux scherzo, Thunderbolt-P47 de Bohuslav Martinů.

Aux Canaries, "La Paix surmonte la Guerre" avec l'Orchestre Symphonique de Kiev

par

L'Orchestre Symphonique de Kiev clôture le Festival international de musique des îles Canaries avec la symphonie La paix surmonte la guerre. Trois concerts : à Gran Canaria, à l'Auditorio Alfredo Kraus,  à Fuerteventura au Palacio de Formación y Congresos et à (Tenerife à l'Auditorio de Tenerife.

Sous la baguette du chef d'orchestre Luigi Gaggero et avec Catrin Mair Williams, harpiste soliste, ils interpréteront des oeuvres de Glière et Berezovsky, et la 3e Symphonie du compositeur ukrainien Liatoshynskyj, intitulée La paix surmonte la guerre.

Mark Elder dit qu'il va quitter Halle

par

Dans une interview diffusée à l'entracte de son concert avec l'Orchestre Symphonique de la Radio finlandaise hier soir, Sir Mark Elder a déclaré qu'il quitterait son poste de directeur musical de l'Orchestre de Halle dans 18 mois.

Mark Elder, 75 ans, aura été en charge pendant un quart de siècle : Je pense qu'après 24-25 ans, c'est le bon moment pour l'arrivée d'un nouveau directeur.

 

Deux rôles pour une mezzo quand le ténor tombe malade

par

Au Volksoper de Vienne, peu avant le lever du rideau d'Orphée aux Enfers, le ténor Daniel Kluge s'est retiré, malade.
Pas le temps de trouver un remplaçant.
La mezzosoprano française Katia Ledoux, qui chantait le rôle de Vénus, a tout simplement doublé Orphée dans le rôle du ténor. Elle a chanté, joué et bavardé pour les deux rôles, changeant de perruque et de costume entre les scènes.
Applaudissements assourdissants.

 

Changement de cap à Munich

par

La ville de Munich a annulé une rénovation générale du centre culturel Gasteig après qu'aucune des soumissions n'ait répondu aux critères fondamentaux.
Le Gasteig, ouvert en 1985, est inconfortable, démodé et son acoustique est faible.

C'est le siège de l'Orchestre Philharmonique de Munich mais, depuis deux ans, l'Orchestre joue dans l'Isarphilharmonie, un bâtiment préfabriqué de 1800 places qui semble convenir à tous les usages.

 

Diffusion de la culture roumaine

par

L'Institut Culturel Roumain (ICR) annonce la relance du Programme de Partenariats Culturels et de Financement de "Cantemir", destiné aux projets internationaux.
Dans le cadre de ce programme -précédemment exécuté entre 2006-2012 et repris en 2023 avec quelques modifications- l'ICR accordera un financement non remboursable pour des initiatives culturelles dans les domaines des arts visuels (beaux-arts, arts décoratifs, science/recherche et architecture, design, nouveaux médias, photographie, performance) et arts de la scène (théâtre, musique, danse).
Les événements associés aux projets financés seront organisés exclusivement à l'extérieur du pays.

Retour à l'original pour sauver le Requiem de Verdi

par

Mais un arrangement audacieux a sauvé la situation.
Gonzague Monney avait choisi un arrangement où l’orchestre est remplacé par deux percussionnistes, un corniste, un contrebassiste et un organiste : Or la fréquence de l’orgue baisse d’un hertz par degré, raconte le chef. On se retrouvait avec six hertz de différence entre l’orgue et le marimba!

Olivier Py au Châtelet

par

La mairie de Paris a choisi l'ex-directeur du Festival d'Avignon pour prendre la direction artistique du Théâtre du Châtelet. Voilà six mois que la mairie de Paris a lancé un appel international à candidature.
L'enjeu : succéder à Ruth Mackenzie, débarquée en 2020, et à Thomas Lauriot dit Prévost, qui a quitté le navire en juillet.

Olivier Py à Paris, ce n'est pas nouveau : de 2007 à 2012, il a dirigé l'Odéon avant de diriger le festival d'Avignon de 2013 à 2022.

Bon bilan pour les 100 ans du Festival Händel

par

La fondation Händel-Haus (Halle)a tiré un bilan positif pour 2022 : pour son centenaire, le Festival Händel a attiré plus de 40.000 visiteurs et près de 20.000 personnes ont assisté aux concerts et aux manifestations organisés dans la maison de Händel et la maison Wilhelm-Friedemann-Bach.

Les deux musées consacrés aux compositeurs ont proposé 153 manifestations, dont des séries de concerts, des conférences et des visites guidées. Outre les expositions permanentes "Haendel - l'Européen" et "Instruments de musique historiques" dans la Händel-Haus et l'exposition "Halle, ville de musique" dans la Wilhelm-Friedemann-Bach-Haus, s'ajoutait l'exposition spéciale "Feu d'artifice et Helle-luja - 100 ans de fêtes Haendel à Halle". Et plus de 2.000 enfants ont visité la Fondation Händel-Haus, dont les "jeux sonores" pour les enfants à partir de six ans.

Xavier Gagnepain à l'IMEP

par

Le 27 février (20:00) l'IMEP accueillera Xavier Gagnepain pour une Masterclass avec les étudiants de la classe de Joachim Eijlander à l'IMEP avant un concert.

Au programme :
Anton Bruckner : Locus Iste pour quatuor de violoncelles - Peter Eötvos : "deux poèmes à Polly, Xavier Gagnepain violoncelle solo - David Popper : sélection des études (édition Xavier Gagnepain pour 2 violoncelles) - Giacomo Carissimi : "plorate filii Israel" de l'opéra Jephte - Claude Debussy : La fille aux cheveux de lin pour sextuor de violoncelles (arr. Joachim Eijlander) - Jean Brizard : Spirituel pour ensemble de violoncelles.

Violoncellistes :
Prof. Xavier Gagnepain (Paris), Ariadna Besalduch, Jean-Philippe Feiss, Louise Delcommune, Artemis Koukouzika, Ai Chayuth, Prof. Joachim Eijlander (Namur)

Tarif : 15€ – 10€ (60+) – gratuit -26 ans)
Réservations obligatoires (billetterie@imep.be ou par téléphone au 081 73 64 37)
Salle de concert de l’IMEP

Rappel
Xavier Gagnepain (°étudié au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris avec Jacques Parrenin et Roland Pidoux, et à l'Université de Yale aux États-Unis. Il obtient des Prix aux Concours internationaux tels le Concours international de musique de l'ARD de Munich et celui de São Paulo.

Il entreprend une double carrière de soliste et de chambriste. Il est invité par des orchestres connus de la scène européenne, tels l'Orchestre Symphonique de Londres, le Sofia Radio Orchestra et les Solistes de Moscou.
Il joue régulièrement avec la pianiste Hortense Cartier-Bresson(la nièce du photographe Henri Cartier-Bresson (1908-2004).

Il est le violoncelliste du Trio à cordes de Paris de 2002 jusqu'à sa dissolution en 2007, et surtout du Quatuor Rosamonde. Le quatuor -fondé par ses maîtres Parrenin et Pidoux- est lauréat du Concours International d'Évian en 1983 avec le Prix d'interprétation de compositeurs modernes et le Prix spécial du Jury international des critiques et le 1er Prix du Concours International de Quatuors de L'Union des Radios Européennes à Salzbourg en 1986. Il participe notamment à Henri Dutilleux : Ainsi la nuit, film qui témoigne de la collaboration entre le compositeur et le quatuor. L'ensemble a aussi créé des œuvres de Michèle Reverdy (L’Intranquillité, 1992) et Tigran Mansourian (Testament, 2005)7.

En 1996, Xavier Gagnepain fut le premier à interpréter en concert les 12 pièces sur le nom de Paul Sacher, répertoire contemporain pour violoncelle seul, réputé pour sa difficulté (*).
Sa discographie comprend aussi bien des concertos que de la musique de chambre allant du duo au sextuor.
La Cité de la musique lui a commandé une oeuvre à vocation pédagogique publiée en 2001 sous le titre Du musicien en général au violoncelliste en particulier.

Xavier Gagnepain enseigne au Conservatoire à rayonnement régional de Boulogne-Billancourt.

(*) Pour célébrer le 70e anniversaire, en 1976, de Paul Sacher, chef d'orchestre et mécène suisse, les 12 pièces ont été commandées à plusieurs compositeurs (dont Henri Dutilleux qui en composa trois) en utilisant, comme point de départ, un motif composé des 6 lettres du nom de Sacher.