L'univers onirique de Scriabine

par

Alexandre SCRIABINE (1872-1915) : Préludes opus 13 et opus 16-Sonates n° 4 opus 30 et n° 5 opus 53-Poème tragique opus 34-Poème satanique opus 36-Etudes opus 42-Vers la flamme opus 72. Vadym KHOLODENKO (piano). 2017-DDD-72'01-Textes de présentation en anglais et français-Harmonia Mundi HMM 902255

Vainqueur du concours Van Cliburn, l'Ukrainien Vadym Kholodenko, né en 1986, a déjà un beau parcours discographique derrière lui: des concertos de Prokofiev, Grieg, Saint-Saëns, des pièces pour piano solo de Rachmaninov, Tchaikovski, Balakirev et d'autres. Ce récital Scriabine nous permet de découvrir une facette de son talent qui lui va comme un gant. L'univers si particulier de Scriabine nécessite des qualités propres telles que fluidité du jeu, expressivité intense mais toujours mesurée, conscience de l'héritage de Chopin mais comme transcrit dans une autre culture. Le programme propose, dans leur ordre chronologique, des pièces centrées autour des préludes (les opus 13, 16 et 42), des sonates (les 4e et 5e), des poèmes (opus 34 et 36) ainsi que, en guise d'épilogue, le fameux Vers la flamme opus 72, l'une des ultimes pages du Maître, et l'une de ses plus marquantes. A l'évidence, notre pianiste cultive des affinités stylistiques, voire psychologiques, avec le monde insaisissable du compositeur. Un exemple nous éclaire: l'opus 16 est abordé par l'interprète avec une complicité marquée, comme s'il se livrait à un dialogue en tête à tête avec l'auteur. Vision très poétique, entre réflexion, vague à l'âme, rêverie: l'interprète use de mille nuances qui sont autant d'instantanés d'une pensée intime d'où disparaît tout artifice. C'est dans le même esprit qu'est abordée la 4e sonate, particulièrement éthérée, que le pianiste traverse en somnambule dans son premier mouvement, alors que le second semble passer comme un songe entrecoupé de brusques sursauts qui génèrent autant de climats différents. Remarquable également, son approche des poèmes tragiques et sataniques, plus oniriques que sous d'autres doigts grâce à un toucher d'une assez exceptionnelle délicatesse. Les Etudes opus 42 sont fluides, ils coulent avec un naturel confondant et une aisance magistrale pour ces pièces très courtes mais qui exigent une grande virtuosité. L'étrange 5e sonate, aux portes de l'irréel, est rendue à la perfection dans tout son mystère et ses étrangetés. Enfin, Vers la flamme, voyage court mais énigmatique aux confins de notre univers conscient, ne possède peut-être pas, ici, le charisme qu'y mettait le gendre du compositeur, le légendaire Vladimir Sofronitsky mais convainc malgré tout. A l'issue de l'écoute de ce très beau disque, on réalise une chose : Kholodenko pourrait bien être le guide idéal pour introduire le mélomane décontenancé devant ces harmonies restées uniques dans l'histoire de la musique, en rendant accessibles leurs secrètes beautés par un jeu qui lie leurs particularités esthétiques à une vue empreinte de romantisme et de poésie. A découvrir sans retard.

Bernard Postiau

Son: 10 Livret: 10 Répertoire: 10 Interprétation: 10

 

Vos commentaires read this

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.