Pärt égal à lui-même

par https://howtojailbreakiphone4s.com/

Arvo PÄRT (°1935)
Kanon Pokajanen

Chœur de chambre Aquarius, dir. : Marc Michael DE SMET
DDD-47’ 17’’ et 45’ 37’’-Texte de présentation en français et en anglais-Jade 699 803-2

Kanon Pokajanen regroupe un ensemble de chœurs a capella qu’Arvo Pärt a composés à partir d’un canon de repentance attribué à saint André de Crète et tiré d’anciens manuscrits slaves – en fait une commande faite au musicien estonien pour le sept cent cinquantième anniversaire de la cathédrale de Cologne. On serait tenté de dire que c’est du pur Arvo Pärt, un type de musique auquel tous les mélomanes se sont familiarisés depuis cinquante ans et qui frappe toujours par sa régularité, son homogénéité et l’extrême amplitude de sa texture sonore. Du reste, il est devenu au fil du temps parfaitement identifiable. Ce qui, pour certains des détracteurs d’Arvo Pärt, serait moins une grande qualité qu’un défaut majeur – le signe d’une inspiration sans renouvellement aucun et sans véritable génie inventif. Les onze morceaux qui figurent sur ces deux disques ont, en tout cas, de profonds accents graves et invitent à la fois au recueillement et à l’apaisement, et d’autant plus que leur interprétation par le chœur de chambre Aquarius, le premier chœur de chambre flamand de musique contemporaine, fondé en 1995 par Marc Michael De Smet, est des plus maîtrisées et des plus communicatives. Un « régal pour l’âme », lit-on sur la pochette. C’est assurément exagéré, mais il est vrai que l’âme humaine n’a pas non plus souvent l’occasion de se régaler…
Jean-Baptiste Baronian

Son 9 - Livret 7 - Répertoire 8 - Interprétation 9

Les commentaires sont clos.