Mots-clé : Franco Fagioli

Franco Fagioli en lévitation à Versailles

par

Aux côtés de Pergolèse, Hasse ou Porpora son grand rival, Leonardo Vinci (1696-1730) auquel est consacré ce récital, figure comme l’un des compositeurs majeurs de l’âge d’or du bel canto. Couvert de gloire dès ses débuts à peine âgé de 19 ans, Vinci est l’auteur de plus de quarante œuvres scéniques dont des comédies en dialecte napolitain (perdues) et des operas serias parmi lesquels Siroe re di Persia, Catone in Utica, Alessandro nell’Indie et Artaserse qui ont fait l’objet d’enregistrements remarquables (cf. Crescendo). De cet Artaserse, l’aria d’Arbace « Vo solcando un mar crudele » (Je vais sillonnant une mer cruelle) remporta à sa création un triomphe qui se renouvelle aujourd’hui grâce au contre-ténor Franco Fagioli. Quel défi ! Ces coloratures abyssales, ces sauts vers l’aigu, ces traits vocalisés ornés de soupirs, trilles ou piqués, cet « agitato » des rythmes pointés reposant sur un chant semi-syllabique si caractéristique du compositeur, cette expressivité imitative stylisée (la tempête reflète le trouble intérieur du héros) furent -tout de même- taillés aux mesures des Carestini ou Farinelli ! Parfaitement rodé à un style de répertoire qu’il vit de l’intérieur, le contre-ténor argentin en fait un moment de beauté et de joie.

Un disque qui fera date dans la discographie haendélienne !

par

George Frederic HAENDEL
(1685 - 1759)
Airs d’Opéra (Oreste, Serse, Rinaldo, Imeneo, Il pastor fido, Rodelinda, Giulio Cesare in Egitto, Ariodante, Partenope)
Franco FAGIOLI, conterténor, IL POMO D'ORO, dir.: Zefira VALOVA
2018-79'43- livret en anglais, allemand, français-textes en anglais, allemand, français, italien-chanté en italien- Deutsche Grammophon DG 479 7541

Un concert de voix enchanteresses

par

Antonio VIVALDI
(1678 - 1741)
Gloria en ré majeur - Nisi Dominus - Nulla in mundo pax sincera
Julia LEZHNEVA (soprano), Franco FAGIOLI (contreténor), Choeur de la Radiotélévision suisse, I Barocchisti, dir.: Diego FASOLIS
2018-59'16''-Notice en anglais, français et allemand-Chanté en latin-Textes chantés inclus-Decca 4833874

Transcendant Haendel

par

Karina Gauvin (photo Michael Slobodian)

« Rinaldo » version oratorio
En novembre 1710 Haendel arrive à Londres. En deux semaines il compose « Rinaldo » qui paraît sur la scène du « Queen's Theatre » à Haymarket, le 24 février 1711 pour 15 représentations. Bien entendu -comme c'est l'usage- les deux tiers des arias sont taillées dans des partitions précédentes, « Almira » (1705), « La Resurrezione » (1708), « Agrippina » (1710) et autres pages composées pour l'Italie. Les meilleurs et plus habiles chanteurs sont recrutés pour la circonstance. Deux castrats, deux sopranos, une contra-alto, une basse et deux personnages (disparus dans l'actuelle production : le magicien chrétien et le Hérault).