Mots-clé : Paul Hindemith

Romances oubliées

par

Hans Sitt (1850-1922) : Sechs Albumblätter op.39
Alexander Glazounov (1865-1936) : Elégie op.44
Louis Vierne (1870-1936) : Deux pièces pour alto
Henri Vieuxtemps (1820-1881) : Elégie op.30
Henryk Wienawski (1835-1880) : Rêverie
Franz Liszt (1811-1886) : Romance oubliée S.527
Fritz Kreisler (1875-1962) : Romance op.4 – Aucassin & Nicolette
Zoltan Kodaly (1882-1967) :
Adagio
Tabea Zimmermann, alto – Thomas Hoppe, piano
2014-SACD-63’40-Textes de présentation en anglais, allemand et français-Myrios Classics-MYR014

Hindemith au sommet !

par

Paul Hindemith (1895-1963)
Sonate op.11 n°4 pour alto et piano – Sonate op.25 n°1 pour alto solo – Der Schwanendreher – Trauermusik
Antoine Tamestit, alto – Markus Hadulla, piano – Frankfurt Radio Symphony Orchestra, dir.: Paavo Jarvï
2013-DDD-Texte de présentation en français, anglais et allemand - Naïve V 5329

La Belgique à l’honneur à Lille !

par

Victoria Borisova-Ollas (1969) : Open ground
Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour violon et orchestre, en ré majeur, op.61
Paul Hindemith (1895-1963) : Symphonie « Mathis der Maler »
Orchestre National de Belgique, Andrey Boreyko, direction – James Eynes, violon
Se déplacer à l’étranger est-il un bien fait pour les orchestres ? Etant donné l’excellence du concert de ce soir à Lille et celle de l’Orchestre Philharmonique de Liège en janvier dans la même salle, cette hypothèse peut s’envisager.