Mots-clé : Philippe Albèra

Philippe Albèra, Contrechamps 

par

Le musicologue Philippe Albèra a fondé Contrechamps en 1977. Depuis lors, cet ensemble helvétique et les éditions qui lui sont associées se sont imposés comme des piliers de la diffusion de la musique contemporaine en Europe, créant un duopole unique dans le monde de la musique. À l’occasion du lancement d’une nouvelle collection de poche, il revient sur les activités d’édition de Contrechamps. 

Vous lancez une collection de poche centrée sur des grands classiques de la modernité. Le premier titre est consacré à György Ligeti et ses “Etudes pour piano”. Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer cette nouvelle collection ? 

Il s'agit d'attirer l'attention sur les grandes œuvres de la modernité en proposant une approche qui puisse à la fois s'adresser à l'honnête homme désireux de comprendre les enjeux de la création et aux étudiants ou aux spécialistes qui ont besoin d'une telle documentation. Cela s'inscrit dans l'effort des éditions Contrechamps d'offrir différentes sortes de médiations capables de replacer la musique contemporaine au cœur des préoccupations intellectuelles et artistiques. Tous les livres de cette collection seront des commandes à des auteurs, et donc des textes inédits. Le format de poche permet par ailleurs de proposer des livres à un prix très abordable.

Les parutions des éditions Contrechamps sont toujours du haut de gamme éditorial avec une grande exigence qualitative. Est-ce que c’est une application des valeurs suisses à l’édition ?

J'y vois plutôt le souci légitime de la qualité, rendu possible par un soutien institutionnel qui compense la non-rentabilité absolue de l'entreprise ! 

Les écrits de Brian Ferneyhough

par filipino dating culture facts

Brian FERNEYHOUGH  (° 1943) : Univers parallèles. Contrechamps, 2018, 498 p.

D’une certaine manière, Brian Ferneyhough est l’intellectuel de la musique contemporaine. Fortement marqué par des philosophes tels que Theodor W. Adorno, Walter Benjamin et Gilles Deleuze, auxquels il se réfère souvent, il est connu pour s’être opposé aux mouvements esthétiques prônant la simplification de l’art musical (en particulier les minimalistes américains) et pour défendre le sérialisme, ainsi que l’illustrent ses propres œuvres, ses essais et les diverses interviews qu’il a accordées çà et là, depuis les années 1960. Et ainsi que l’illustrent également son enseignement, ses cours et ses séminaires dans des conservatoires et de grandes universités, aussi bien Europe occidentale qu’en Amérique du Nord : Oxford, Cambridge, Durham, Harvard…