Mots-clé : Simone Piazzola

Sans aucun filtre : la Forza del destino à Liège

par

La Forza del Destino, telle qu’elle est représentée à l’Opéra de Liège en ouverture de la saison, est typique d’une certaine façon d’entretenir la pérennité d’un genre qui ne cesse d’exalter ses spectateurs. Une intrigue (plutôt) compliquée, des personnages déchirés, des airs fastueux dans le bonheur ou le désespoir, un chef attentif et précis, une discrétion scénique sans filtre qui laisse toute leur place aux voix.

C’est en 1862, à Saint-Pétersbourg, et en 1869, à Milan, enrichie alors de sa fameuse ouverture, que l’œuvre est successivement créée. Elle a ému, elle a exalté, elle ne cesse d’émouvoir, elle ne cesse d’exalter. C’est qu’elle porte bien son titre : ce qui est à l’œuvre là, et dans toute sa force, c’est le destin, fatal évidemment. On ne cesse de le répéter d’ailleurs, j’ai vite abandonné de compter le nombre de fois où les personnages en soulignent la présence et les effets dévastateurs.

Don Alvaro et Donna Leonora de Vargas s’aiment d’un amour contrarié, ils veulent s’enfuir. Surgit le père de Leonora. Un geste malheureux d’Alvaro, un coup de feu accidentel, le père est mortellement touché. De quoi susciter un désir irrépressible de vengeance chez Don Carlo di Vargas, le frère de Leonora. Une vendetta dont les épisodes emmèneront le spectateur dans une auberge, un couvent, une église, un champ de bataille, un camp militaire, le couvent de nouveau et une grotte d’ermite. La complexité de l’intrigue prouve à merveille que le destin ne se fatigue jamais ! De plus, contrairement à d’autres opéras de Verdi, comme Otello par exemple, l’intrigue ne se concentre pas uniquement sur ses héros, elle accorde pas mal de place à des personnages annexes : le Père Guardiano, l’imposant supérieur du couvent, Fra Melitone, un moine jaloux et drôlement colérique, Preziosilla, une bohémienne à la Carmen, Trabuco, un muletier affairiste. Ils ont leurs moments. En fait, ils sont une façon -shakespearienne- pour Verdi et son librettiste d’aérer leur terrible propos, de le ramener « au niveau du sol », avant de lui rendre toute son intensité. 

Vérone rend hommage à Franco Zeffirelli

par

Pour sa 97e édition depuis août 1913, le Festival des Arènes de Vérone affiche cinq productions lyriques, dont une Aida originale de 1913 reconstituée par Gianfranco de Bosio, ainsi que Carmen et Tosca dans les mises en scène de Hugo de Ana. Mais l’on a surtout fait appel à Franco Zeffirelli pour une nouvelle production de La Traviata et la reprise de son Trovatore de juillet 2001.

A ce qu’il déclare dans ses notes de régie intitulées « Violetta, mon amour », il a été heureusement surpris de recevoir, à la fin de l’été 2018, un appel téléphonique de Cecilia Gasdia, l’ex-soprano actuelle directrice artistique de la Fondazione Arena di Verona, qui lui proposait de réaliser une nouvelle Traviata, « l’opéra des opéras », selon ses dires. Bravant les affres de son âge vénérable (95 ans !) et l’altération progressive de son état de santé, l’infatigable créateur a investi toutes ses dernières forces dans la redoutable aventure, en jouant la carte de l’expansion du concept de base élaboré pour les représentations de juin et octobre 1958 à Covent Garden et à Dallas avec Maria Callas dans le rôle de Violetta. Mais il s’est éteint à Rome le 15 juin dernier, six jours avant la première véronaise du 21 juin. 

Verdi et douze compositeurs italiens rendent hommage à Rossini

par

Messa per Rossini. Requiem de Verdi et 12 autres compositeurs en mémoire de Rossini.  Maria josé Siri, soprano ; Veronica Simeoni, mezzo-soprano ; Giorgio Berrugi, ténor ; Simone Piazzola, baryton ; Riccardo Zanatello, basse. Choeur et Orchestre de La Scala de Milan,  Riccardo Chailly. 2018 - enregistré en direct Teatro alla Scala, Milan 8-15 novembre 2017- 2CD -CD 1 59.48- CD 2 40.56- livret en anglais, allemand, français, italien- textes en allemand, latin, anglais, français-chanté en latin-DECCA483 4084