Renaissance italienne intimiste

par
LI DUE ORFEI œuvres de Giulio CACCINI (1551 - 1618) Jacopo PERI (1561 - 1633) Marc MAUILLON, ténor, Angélique MAUILLON, harpe double 2016- 57'12- Textes de présentation en français et anglais-Textes en italien, français, anglais-chanté en italien-Outhere Arcana 393 Beau programme représentatif de cette fameuse Camerata Bardi qui, à Florence, vers la fin du XVIe siècle, renouvelle les approches musicales héritées du Moyen-Age et s'engage sur des chemins fort nouveaux et hardis suscitant une « pléiade » de compositeurs-poètes dont Caccini (1550-1618) et Peri (1561-1633) avant le proche Monteverdi (1567-1643) sont les fers de lance. Ce renouveau, sur tous les plans - littéraire, philosophique, musical, esthétique, s'accompagne alors de recherches vocales en perpétuel devenir : ce fameux « parlar cantando » qu'on a tenté de reconstituer avec des bonheurs divers. Exercice de mise en abîme d'autant plus délicat qu'il s'agissait déjà pour Caccini auteur du recueil « Le Nuove Musiche » et ses amis, de retrouver l'élan expressif du théâtre de la Grèce Antique. Ces recherches donnèrent peu à peu naissance à l'opéra mais parurent aux contemporains parfois monotones. C'est l'écueil de ce programme dont l'ambitus de couleurs, d'intensité et d'émotion poétique reste assez restreint. La voix est belle, captée de près, sensible aux nuances, aux plus infimes changements dynamiques, à l'art rhétorique dont « Odi Euterpe » (Ecoute Euterpe) avec des passages tel « Sur la neige, le cœur me brûlait » donne un bel exemple. Art en osmose avec la harpe double d'Angélique Mauillon à l'habile technique. Osmose fraternelle également de deux artistes au regard ardent et velouté (sur la photo de présentation) à l'image de la musique qu'ils interprètent avec une sensibilité musicale qui vient du cœur. Bénédicte Palaux Simonnet Son 8 - Livret 9 - Répertoire 8 - Interprétation 8

Les commentaires sont clos.