Arcadi Volodos en récital à Monte-Carlo

par

C'est dans le cadre de la série "Grande Saison - Récitals" que l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo a invité Arcadi Volodos. Le pianiste se présente en Principauté précédé de son immense réputation et à la tête d’une prestigieuse discographie caractérisée par une technique immaculée, son et phrasés magnifiques, virtuosité, sensibilité, musicalité, enthousiasme tout y était ! 

Cependant le récital à Monte-Carlo n'a pas répondu aux attentes. La salle Rainier III est plongée dans la pénombre. Il n'y a qu'un léger éclairage sur le piano : même ambiance choisie par Sviatoslav Richter et par Grigory Sokolov. Volodos commence son récital par la Sonate en fa dièse mineur de Muzio Clementi. Un petit bijou d’un caractère romantique avant l’heure. Du premier mouvement subtil au tumultueux "Presto final" en passant par le "Lento e patetico" empreint d'un climat funèbre et dont les dissonances douloureuses font penser à Chopin. Volodos déploie une palette de nuances et de couleurs superbes, des pianissimi parfois aux confins du silence, il prête attention aux moindres détails. Son jeu est très raffiné.

Entretien avec Arnaud Marzorati : Histoire et musique se rencontrent

par

Proposant une nouvelle épopée, Les Lunaisiens et Les Cuivres Romantiques, rejoints par Sabine Devieilhe, reviennent à la musique qui a accompagné les partisans et les détracteurs de Napoléon. Signant leur nouveau disque Sainte-Hélène : La légende napoléonienne, ils reconstruisent l'ambiance sonore de toute une époque. Le disque dépasse rapidement le concept du simple enregistrement et fascine par ses diverses entrées (musicologique, organologique, historique…) qui permettent à tous de s’approprier ces musiques. Une vraie leçon d’histoire racontée en musique. 

Arnaud Marzorati, le baryton et directeur artistique des Lunaisiens, a partagé avec nous quelques détails de la fabrication de cette aventure au vrai sens du terme.

Votre disque s’inscrit dans le cadre du bicentenaire de la mort de Napoléon Ier. Quelle est l’origine de ce projet qui s’inscrit dans la continuité d’une longue série d’ouvrages et de disques publiés à cette occasion ?

Dès l’origine, les deux ensembles sont impliqués dans le projet : Les Lunaisiens pour le côté "chanson historique" et Les Cuivres Romantiques qui sont des grands spécialistes d’instruments anciens. Nous avons une passion commune pour l’histoire de la musique et nous avions véritablement cette envie de récréer un univers napoléonien. Cela fait des années que je travaillais sur ce répertoire de chanson et je voulais que Les Cuivres Romantiques accompagnent ce projet qui réunit des musiques de circonstance, des musiques presque guerrières et puis tout cet art de la chanson. C’est la raison pour laquelle nous avons été soutenus par Le Souvenir Napoléonien qui nous a attribué ce label.

Votre projet bénéficie de nombreux partenaires, notamment celui du Festival Berlioz qui vous accueille régulièrement à la Côte-Saint-André, de la Philharmonie de Paris et du musée de la Musique pour le prêt d’instruments historiques. Comment se sont déroulés ces divers partenariats qui vous ont permis de ressortir un répertoire méconnu et peu enregistré ? 

Effectivement, certaines chansons n’ont jamais été enregistrées même si, depuis déjà des années, un certain nombre d’historiens s’intéressent à cet univers de la chanson d’un point de vue poétique. Ils considèrent ces chansons comme une passerelle très pertinente pour s’intéresser à toutes les strates de l’histoire. 

Pour ce qui est des musiques instrumentales, nous avons eu le souci de faire sonner les instruments d’origine qui nous ont été prêtés par le Musée de la musique de la Philharmonie de Paris pour retrouver les couleurs originales de ces musiques. Rappelons qu’à l’époque c’étaient les grands solistes de l’Académie Royale de Musique de Paris qui jouaient ces instruments un peu inhabituels pour nous, comme le serpent, les cors naturels et autres. Lors de l’enregistrement, Les Cuivres romantiques maniaient certains de ces instruments avec des gants. 

Une semaine de streaming : Paris, Lille, Londres et Hambourg

par

On commence avec un concert enregistré dans la Nef du Musée d’Orsay avec l’Orchestre de Paris sous la direction de Pablo Heras-Casado. Au programme :  les Tableaux d’une Exposition de Modeste Moussorgski (dans l’orchestration de Maurice Ravel) ainsi que Bolero. La soprano Sabine Devieilhe est une invitée de prestige pour les courtes mais si belles Cinq mélodies populaires grecques. Ce concert est à revoir sur le site de la Philharmonie de Paris 

A Lille, notre cher Chœur de Chambre de Namur est aux côtés de l’Orchestre National de Lille pour Thomas, Roi d’Egypte sous la direction de notre compatriote David Reiland. Une interprétation en compagnie de la comédienne Clara Hédouin Saïs et dans une mise en scène de Damien Chardonnet-Darmaillacq.  

Au Wigmore Hall de Londres, qui propose une fomidable série de concerts de musique de chambre et de récitals en streaming, on s’attarde avec une soirée de musique contemporaine en compagnie de l’excellent Nash Ensemble dans des oeuvres de notre temps :  Simon Holt,  Sir Harrison Birtwistle,  Julian Anderson, Colin Matthews et  Mark-Anthony Turnage.  

Enfin à Hambourg, la NDR met en ligne une belle archive de Maria Callas dans la Seguidilla de Carmen de Bizet 

Un anniversaire quelque peu oublié: le 230e anniversaire de la naissance de Carl Czerny

par

Carl Czerny est né le 20 février 1791 au début de cette année qui, en décembre, verra la mort de Mozart. Comme fils unique du professeur de piano Wenzel Czerny, sa destinée était tracée : il sera pianiste ! Lorsqu’il a neuf ans, le jeune Czerny est présenté à Beethoven par le violoniste Wenzel Krumpholtz, frère du virtuose de la harpe. Beethoven, alors âgé de 30 ans, est séduit par les capacités du jeune Carl et s’occupera de son éducation musicale. Évoluant dans le cercle viennois, Czerny sera, comme son prestigieux aîné, remarqué par le Prince Lichnowsky. Pour le Prince, il devra jouer de mémoire, alors que ce n’était pas la tradition, l’ensemble des œuvres connues de Beethoven. Il en résultera une profonde coopération entre les deux musiciens ; en 1811, l’aîné demandera au cadet de créer son célèbre 5e Concerto, "L’Empereur". C’est également Czerny qui se chargera de la réduction pour piano de Fidelio. Sédentaire, il ne quittera pas sa ville natale et se consacrera exclusivement à l'enseignement et la composition, parmi lesquelles un grand nombre d’Exercices et d'Études pour le piano. Quel pianiste ne se souvient pas de "L'art de la vélocité" ou celui de "délier les doigts" ? Mais le catalogue du Maître comporte plus de 850 opus parmi lesquelles onze Sonates pour le piano, six Symphonies (dont seules les deux premières ont reçu un numéro d’opus, les autres restant à l’état de manuscrit), une trentaine de Quatuors, deux Concertos pour piano, un Concerto pour piano à quatre mains, une rareté à côté de ceux pour deux pianos et… un Concerto pour quatre pianos. 

Célèbre, Czerny est évidemment sollicité pour les oeuvres collectives. On le trouve dans le recueil des 50 Variations Diabelli dont il compose aussi la coda conclusive. Il y est associé à des personnalités comme Hummel, Kalkbrenner, Moscheles, le fils Mozart, Schubert, l'abbé Stadler ou encore le jeune Liszt de 11 ans. Au début des années 1830, il collabore avec Pixis, Thalberg, Herz et… Chopin à l’Hexameron de Franz Liszt, une oeuvre pour piano et orchestre élaborée à l'instigation de la Princesse de Belgiojoso. C’est une série de Variations sur la Marche des Puritains de Bellini dont il écrit la cinquième Variation "vivo e brillante". 

Czerny ne pratiquera que peu une carrière de pianiste virtuose. Il se consacrera pleinement à ses compositions didactiques. Il meurt à Vienne le 15 juillet 1857. Fauré a déjà 12 ans, d’Indy, 6 et Claude Debussy naîtra six ans plus tard.

Berio et la quintessence de la voix, avec Lucile Richardot et les Cris de Paris 

par

Luciano Berio (1925-2003). Berio To Sing. Sequenza III pour voix de femme. Cries of London pour huit voix. O King pour voix et cinq instruments. Folk Songs pour mezzo-soprano et sept instruments. Michelle II pour mezzo-soprano, flûte, clarinette, harpe, violon, alto, violoncelle et contrebasse. There is no tune pour chœur de chambre. E si fussi pisci, chanson d’amour sicilienne, pour chœur mixte a cappella. Lucile Richardot, mezzo-soprano ; Les Cris de Paris, direction Geoffroy Jourdain. 2020. Notice en français en anglais. Textes originaux, avec traduction. 58.06. Harmonia Mundi HMM 902647.

Le MythenEnsembleOrchestral réenchante la Quatrième Symphonie de Mahler

par

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie N° 4 (arrangement pour ensemble de chambre par Klaus Simon) ; Artur Schnabel (1882–1951) : Lieder Op. 11 Nᵒˢ̊ 2, 4 & 7 et Op. 14 Nᵒˢ̊ 4 & 6 (arrangement pour ensemble de chambre par Graziella Contratto). Rachel Harnisch, soprano ; MythenEnsembleOrchestral ; Graziella Contratto, direction. 2016. 69’34. Livret et textes chantés en anglais, en français et en allemand. 1 CD Schweizer Fonogramm LC91357