A Simple Song : pour les amoureux de l’orgue, de la voix et de la poésie

par

Œuvres de L. BERNSTEIN, A. COPLAND, C. IVES, G. MAHLER, R. STRAUSS, A. PÄRT, M. DURUFLE, O. MESSIAEN, F. POULENC, F. MARTIN, F. LISZT, R. ROGERSAnne Sofie von Otter (mezzo-soprano), Bengt Forsberg (orgue), Fabian Fedriksson (guitare électrique), Sharon Bezaly (flûte), Margareta Nilsson (harpe), Nils-Erik Sparf (violon), Marie McLeod (violoncelle), Ellen Nisbeth (alto).2018 - SACD - 61’09’’ - Textes de présentation en anglais, allemand et français – Bis - BIS-2327

Alpha, suite en blanc 

par

Le catalogue Alpha est des plus riches et le label peut se permettre de le faire tourner dans le cadre d’une belle collection de réédition. Ainsi les collections : Rouge, Jaune, Bleue & Rose avaient permis de remettre sous les feux des projecteurs 56 titres ! 

En cette rentrée 2019, Alpha poursuit l’aventure avec 14 nouvelles rééditions des trésors de son catalogue, sous le signe de la couleur blanche, dénominateur graphique commun. Notons que le label ne sacrifie pas ces parutions sur l’autel des coûts et chaque parution est soignée avec la présence d’une digipack soigné et d’un livret trilingue (français, anglais, allemand). 

Hans Werner Henze, le théâtre des notes

par

Hans Werner Henze (1926-2012) : Los Caprichos, Fantasie per orchestra ; Heliogabalus Imperator, Allegoria per musica ; Englische Liebeslieder pour violoncelle et orchestre ; Ouverture zu einem Theater. Anssi Karttunen, violoncelle ; BBC Symphony Orchestra, Oliver Knussen. 2014-Livret en anglais et allemand-72’11’’-Wergo-WER 7344

A Sion, le génie de la violoniste Patricia Kopatchinskaja

par

Située dans le canton du Valais, la ville de Sion est l’une des capitales suisses du violon. Le mérite en revient au Hongrois Tibor Varga qui s’y installa en 1963 pour fonder une académie d’été, un festival et un concours international en 1967. Depuis sept ans, c’est toutefois un vent de fantaisie slave qui souffle sur le Sion Festival depuis que le violoniste Pavel Vernikov en a pris la direction artistique. 

Dans une programmation qui laisse une large place à des projets originaux, deux vedettes de l’école musicale « russe » créaient l’événement lors du week-end inaugural du Sion Festival. Originaire de Moldavie, la violoniste Patricia Kopatchinskaja est une fidèle du public helvétique puisqu’elle habite Berne depuis de nombreuses années et possède la double nationalité autrichienne et suisse. Aux côtés de la pianiste Polina Leschenko, la musicienne aux pieds nus sidère par son incroyable liberté interprétative.  Sous l’archet de son Pressenda de 1834, les Impressions d’enfance d’Enesco apparaissent comme un torrentueux livre d’images, tour à tour impressionnistes et modernistes (on songe parfois à Messiaen). Annonçant le nom des mouvements d’une voix gourmande, la violoniste moldave prend tellement de risques rhapsodiques qu’on remarque à peine le jeu franc et direct de sa consoeur pianiste. Même fascination pour la Sonate n°2 de Ravel (dont Enesco tenait la partie de violon à la création en 1927) que Kopatchinskaja réinvente sous nos yeux. Pas de poursuite hédoniste du beau son, au contraire, la violoniste se tient constamment sur un fil fragile et fantomatique. Avec un jeu aussi imprévisible, le célèbre Blues central prendra des couleurs de Far West et de jazz manouche. Kopatchinskaja tente beaucoup, ne réussit pas tout mais impressionne par une inventivité de tous les instants. 

A Pesaro, le génie de Rossini est l’atout majeur

par

En ce mois d’août 2019, le Rossini Opera Festival (ROF) présente sa 40 édition, car les deux premiers spectacles, La Gazza ladra et L’Inganno felice, ont été affichés à partir du 28 août 1980. Pour ma part, j’ai eu la chance de prendre part à vingt-cinq saisons consécutives ; s’il fallait tirer un bilan, je dois constater que le niveau musical et vocal s’est considérablement amélioré grâce à l’apport constant des jeunes artistes formés à l’Accademia Rossiniana, alors que les mises en scène partent dangereusement à la dérive, comme partout !

Le cru 2019 n’échappe pas à la règle, preuve en est donnée par la nouvelle production de Semiramide confiée à Graham Vick. Depuis août 2003, donc depuis seize ans, l’ouvrage n’a pas été repris par le festival. Au cours de la dernière décennie, le metteur en scène britannique y a donné des lectures décapantes de Mosè in Egitto et de Guillaume Tell qui ont divisé le public et la critique. Dans des décors et costumes de Stuart Nunn et des éclairages de Giuseppe Di Iorio, cette Semiramide provoque nombre de réactions négatives.

 Vive la fantaisie ! Avec Fabien Girard, administrateur du Sion Festival en Suisse

par

Il existe de nombreux festivals de musique classique en Suisse. Comment le Sion Festival se différencie-t-il dans le paysage estival ? 

Le Sion Festival est un petit festival mais très dynamique. Le festival a été créé en 1964 par Tibor Varga, qui s’était installé à Sion. Notre « patte » artistique, c’est vraiment Pavel Vernikov, le directeur artistique depuis 7 ans, qui l’apporte. Il amène non seulement ses compétences sur le violon mais également une ouverture sur toutes les disciplines. Lors des précédentes éditions, nous avons travaillé avec des clowns, de la danse, de la vidéo. Nous imaginons aussi des concerts cross-over qui plaisent énormément au public. L’esprit Vernikov, c’est une certaine originalité, une fantaisie à la russe. 

Quels sont les grands rendez-vous de cette édition 2019, qui s’achève le 1er septembre ?

Grâce à Pavel, nous accueillerons de grandes vedettes du violon, comme Patricia Kopatchinskaja en ouverture. Des stars comme Gidon Kremer reviennent chaque année à Sion avec des projets extrêmement originaux. A son niveau de carrière, il est réjouissant de constater que Kremer n’a rien perdu de son esprit créatif ! Il donnera le 29 août un concert Weinberg avec un film de Kirill Serebrennikov, le célèbre réalisateur russe. Nous recevrons également les 12 Violoncelles du Philharmonique de Berlin (27 août) et le Klangforum Wien qui donnera Frankentein !! de HKGrüber (21 août). La fantaisie dont je vous parlais, c’est d’oser amener ces projets au public sédunois qui répond de façon toujours très positive, ce qui est extrêmement gratifiant pour nous.