11 accords pour 18 musiciens (enfin, 19) au Walden Festival

par

Music for 18 Musicians jaillit du programme (diversifié comme la ville qui l’accueille et plus teinté jazz cette année) de la quatrième édition du Walden Festival, « klassiek sur l’herbe », au Parc Léopold de Bruxelles (et ses lieux alentours : la bibliothèque Solvay, l’Espace Senghor, le lycée Émile Jacqmain…), joliment éclairé des rayons d’un soleil qui roule des mécaniques pour évacuer les nuages lourds de la veille : en habitué de la pièce, Ictus est à la manœuvre, sous la direction artistique de Tom De Cock et Gerrit Nulens et acoquiné cette fois avec des musiciens du Brussels Philharmonic et des voix du Vlaams Radiokoor.

Achevée en mars 1976 pour un instrumentarium alors innovant dans l’œuvre de Steve Reich (violon, violoncelle, deux clarinettes / clarinettes basses, quatre voix féminines, quatre pianos, trois marimbas, deux xylophones et un métallophone), le morceau s’enroule autour de deux rythmes simultanés – la pulsation régulière (c’est la marque de fabrique du compositeur minimaliste américain) des pianos et des percussions, et la respiration humaine, propulsée par les voix et les vents – et se structure sur un cycle de onze accords, joués au début et à la fin et distendus chacun au sein d’une petite section de cinq minutes pour en former la mélodie pulsée – à la manière d’un organum de Pérotin le Grand, compositeur français du 12ème siècle et père fondateur de la musique polyphonique occidentale.

L’autre source marquante d’inspiration pour Reich, qui déborde d’ailleurs du cadre de Music for 18 Musicians, est le gamelan balinais : le métallophone, qui ne joue qu’une fois ses motifs, déclenche le mouvement vers la mesure suivante ; il indique le changement par un signal audible qui, en même temps, prend part à la musique.

Jouée partout dans le monde (je l’ai vue pour la première fois aux mains de l’Ensemble Modern et de Steve Reich, alors âgé de 74 ans, à la Cité de la Musique de Paris), enregistrée sur disque par de multiples interprètes, l’œuvre est devenue un tube de la musique répétitive – un courant né lors de la création en 1964, à laquelle Reich participe, de In C, l’étrange partition (une page, un nombre indéfini de musiciens) de Terry Riley.

Une révolution au Festival International de Colmar

par

Le 12 juillet 2024 est une date à marquer d’une pierre blanche. Pour la toute première fois, les Percussions de Strasbourg se sont produites lors du Festival International de Colmar. En 62 ans d’existence pour l’ensemble et 45 ans pour le festival, il est étonnant que ce jour ne soit pas arrivé plus tôt. 

Cette journée s’est ouverte à 12h30 avec un concert proposé par deux jeunes musiciens du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP), Federico Altare à la flûte et Martin Jaspard au piano. Pour l’occasion, les deux musiciens ont construit un récital basé sur des figures importantes du CNSMDP. Très à l’aise dans leur rapport au public et proposant des explications bien senties, Federico Altare et Martin Jaspard ont débuté avec la Fantaisie en mi mineur pour flûte et piano Op.79 de Gabriel Fauré. Cette œuvre fut composée pour un examen de flûte au conservatoire en 1898. Ensuite, nous avons pu entendre un arrangement par Federico Altare de la Sonate pour violon et piano L.140 de Claude Debussy, la Sonate en sol majeur N.5 Op.58 de François Devienne et le Chant de Linos pour flûte et piano d’André Jolivet. 

En bis, les deux musiciens nous ont proposé une pièce écrite pour un examen de lecture à vue en flûte par Gabriel Fauré ainsi qu’une œuvre d’inspiration Ravelienne composée par Martin Jaspard. Que de maturité pour ces deux très jeunes musiciens ! Alliant une intelligence de phrasé et une compréhension totale des œuvres avec la fraîcheur de leur jeunesse, ils ont fait forte impression auprès du public. Avec un son très puissant et des basses particulièrement profondes, Martin Jaspard a toujours parfaitement géré ses nuances pour laisser de la place à Federico Altare et ses envolées virtuoses totalement maîtrisées. Il ne serait pas étonnant de les revoir bientôt sur la scène du festival ! 

À 18h, la salle du Théâtre Municipal de Colmar accueillait deux invités prestigieux, le clarinettiste Pierre Génisson et le pianiste Frank Braley. De la Fantasiestücke pour clarinette et piano Op.73 de Robert Schumann à un arrangement de la Rhapsody in Blue de Gershwin, en passant par la Sonate pour clarinette et piano N.1 en fa mineur Op.120 de Brahms et la Rhapsodie pour clarinette en si bémol de Debussy, le duo nous a fait vivre un moment magique. Très complices, les deux musiciens ont démontré tout leur talent. Pierre Génisson a une nouvelle fois prouvé sa maîtrise incomparable du phrasé et des nuances de son instrument, atteignant des pianissimos si doux qu’ils en devinrent presque imperceptibles. Frank Braley, quant à lui, a survolé le concert avec facilité, n’hésitant pas à ajouter un peu d’humour dans ses interactions avec le clarinettiste afin de charmer encore plus le public. En bis, ils nous ont proposé un arrangement du Prélude N.1 pour piano de Gershwin ainsi qu’un air de musique klezmer. 

Ouverture de la saison des concerts au Palais Princier de Monaco 

par

Comme chaque été depuis 1959, le Palais Princier de Monaco ouvre ses portes pour accueillir l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo avec sept concerts de gala, avec les chefs et solistes les plus réputés.

Le premier concert de la série présente le chef-d 'orchestre américain James Gaffigan avec en soliste le pianiste Alexandre Kantorow. Un programme court de 1h20 de musique, sans entracte. Le "dress code" exige une tenue de soirée pour les dames, veste et cravate pour les messieurs. On a perdu l'habitude de voir le public habillé de la sorte ; il règne sur la merveilleuse place du Palais une ambiance festive.

Le trop rare et pétaradant Chasseur Maudit de César Franck ouvre le concert.  James Gaffigan dirige un excellent orchestre sur un rythme vif et avec une dynamique la plus efficace possible. Les cors ainsi que les vents et timbales sont prodigieux.

Le Concerto n°2 de Liszt est un des plus beaux concertos jamais écrits. Peu de compositeurs peuvent exprimer une telle portée émotionnelle en 22 minutes et aucun ne peut rivaliser avec la maîtrise totale de Liszt en matière de transformation thématique. Alexandre Kantorow est un tigre du clavier qui cloue chaque note. Ce qui le distingue, c'est son toucher. Une compétence qui va au-delà de l'entendement, du tempo et de la force mise dans ses doigts. À chaque fois, cela provoque une émotion profonde. La sonorité de certains accords l'enivre presque d'extase. Sa musicalité n’est pas apprise, mais innée. Cette performance met en évidence cet attribut et solidifie cet incroyable point de saturation mentale. C'est excitant, lyrique et il dégage une énergie formidable. Après le final du concerto enlevé à une vitesse vertigineuse il offre en bis un morceau très intimiste, un arrangement de Keith Jarrett de la célèbre chanson irlandaise "Danny Boy". Kantorow joue cette mélodie avec ce sentiment émotionnel intense que cette chanson  évoque pour beaucoup. Elle a été utilisée par les soldats alliés pour garder l'espoir et la foi en l'avenir. La couleur sonore est exquise, et les nuances que Kantorow produit au piano transforment cette chanson en bien plus qu’une simple mélodie. Cela devient une tapisserie colorée. 

Soirée prestige au Festival International de Colmar

par

Après une première édition à la direction artistique du Festival International de Colmar très réussie, Alain Altinoglu nous a à nouveau réservé beaucoup de surprises pour cette édition 2024. Orchestre Symphonique de la Monnaie, Quatuor Modigliani, Grigory Sokolov, Emmanuel Pahud, les Percussions de Strasbourg ou encore Kazuki Yamada et l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, Alain Altinoglu a mis les petits plats dans les grands afin de satisfaire un public présent en nombre. 

Comme l’année précédente, plusieurs concerts sont au programme chaque jour, faisant place aux stars de demain à 12h30, aux artistes confirmés à 18h, et aux invités les plus prestigieux à 20h30. Nouveautés très bienvenues du festival version 2024, l’émission “Le Kiosque” animée par Olivier Erouart et Johnny Royer, pour des interviews des artistes et des interventions de membres de l’équipe organisatrice du festival, ainsi qu’une présentation de 15 minutes avant les concerts de 20h30, également animée par Olivier Erouart, pour donner les clefs d’écoute utiles à une bonne compréhension des œuvres présentées. 

En ce 11 juillet, nous avons pu entendre à 18h la pianiste Karen Kuronuma et la violoniste Mira Foron. Toutes deux soutenues par la Fondation Gautier Capuçon, créée en 2022, elles nous ont proposé un programme très varié. Elles ont tout d’abord commencé par la Sonate pour violon et piano No.3 en mi bémol majeur, Op.12, de Ludwig van Beethoven. Peut-être étouffées par la chaleur et le stress, les deux très jeunes musiciennes ont peiné à maintenir une balance adéquate et à insuffler leur personnalité dans une sonate qui fut quelque peu morne. Malgré tout, elles ont tout de suite impressionné par leur aisance à jouer et respirer ensemble, démontrant une précision des attaques et une entente qu’on ne voit pas toujours chez des musiciens jouant ensemble pour la première fois. 

Au clavecin et à l’orgue, trio anglais autour de l’anniversaire Byrd

par

Thomas Tallis (c1505-1585) : Felix namque FVB 109 & 110 William Byrd (c1540-1623) : O Mistress mine. The Galiard for the Victory. Ut re mi fa sol la. Walsingham FVB 68. Fortune FBV 65. Pavan & Galiard BK 14. Orlando Gibbons (1583-1625) : Lincoln’s Inn Mask. Fantasia in d. Nann’s Mask or French Alman. Mask: Welcome Home. Alman: The King’s Jewel MB 36. Whoop, do me no arm good man MB 31. Fantasia in C. Friederike Chylek, clavecin, orgue Leu de la Klosterkirche de Rheinau. Livret en allemand et anglais. Octobre 2022, Février 2023. TT 78’06. Oehms Classics OC 1727

Kevin Puts et l’opéra à succès 

par

Kevin Puts (né en 1972) : The Hours. Opéra en 2 actes sur un livret de Greg Pierce d’après le livre de Michael Cunningham et le film de Paramount Pictures. Renée Fleming, Clarissa Vaughan ;  Deneye Graves, Sally ; John Holiday, Man under the arch ; Tony Stevenson, Walter ; Joyce DiDonato, Virginia Woolf ; Sean Panikkar, Leonard Wolff ; Kathleen Kim, Barbara ; Kelli O’Hara, Laura Brown ; Kai Edgar, Richie ; Kyle Ketelsen, Richard ; Atticus Ware, Julian ; Patrick Scott McDermott, Quentin ; Lena Josephine Marano, Angelica ; Eve Gigliotti, Nelly ; Sylvia D’Eramo, Kitty & Vanessa ; John Holiday, Hotel clerk ; William Burden, Louis ; Kathleen Kim, Mrs.Latch. The Metropolitan Opera Orchestra and Chorus ; chef des choeurs : Donald Palumbo ; direction : Yannick Nézet-Seguin. 2022. LIvret en synopsis en anglais. 142’56. 2 CD  Erato 505419710524.

Rencontres musicales d’Évian 2024, Féerie entre lac et sommets

par

Les Rencontres Musicales d’Évian 2024 anticipent l’éclat de la programmation à venir, étendue sur toute l’année, en concluant la saison avec l’« Apothéose de l’orchestre », c’est à dire, la  Bacchanale de Daphnis et Chloé

Le dernier accord à peine dissipé, le public debout acclame les musiciens des «  Siècles » et son chef, Louis Langrée. « Le plus beau concert de la Saison ! » commentent les festivaliers ravis. Il faut dire que l’ensemble et le chef français sont rompus aux finesses comme aux rutilances de Ravel. Sous les poutres de l’immense datcha, devant la féerie de bouleaux et de cristaux, les Contes de Ma Mère l’Oye (Cinq pièces enfantines suivis de la Seconde suite orchestrale de Daphnis et Chloé touchent à la perfection. « La grandeur dans le simple » s’exclamait Eric Satie à propos des Contes de Ma Mère l’Oye. Ici, le chef et ses musiciens respirent avec la musique de Ravel soulevant ces houles chatoyantes, caressantes où se glissent avec une infinie délicatesse les plus touchantes émotions (métamorphose de la Bête en Prince par exemple).

En première partie, le jeune violoniste suédois d’origine russe, Daniel Lozakovich donnait une réplique magistrale à la même formation dans le 3e concerto de Saint Saëns, et offrait, en bis , la vertigineuse 3e sonate d’Ysaÿe puis la mélodie de Fauré, « Après un rêve », quelque peu alanguie. Hommage discret à l’heureuse programmation de plusieurs concerts Fauré.

La veille, Alexandra Dovgan, le Quatuor Modigliani et Béatrice Rana parcouraient des terres plus rudes, parfois mélancoliques, voire anguleuses. 

Babi-Yar, nouveau jalon des symphonies de Chostakovitch par John Storgårds 

par

Dmitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonie n° 13 en si bémol mineur op. 113 ‘Babi Yar’. Arvo Pärt (°1935) : De profundis, pour voix d’hommes et orchestre de chambre. Albert Dohmen, baryton-basse ; Estonian National Male Choir ; BBC Philharmonic, direction John Storgårds. 2023. Notice en allemand, en anglais et en français. Textes des poèmes en traduction anglaise. 69’ 31’’. Chandos CHSA 5335.