Résultats de l’épreuve éliminatoire de la Deuxième édition du Concours International de Chefs d’Orchestre d’Opéra à Liège.

par

Le Concours International de Chefs d’Orchestre d’Opéra a commencé ce mercredi 17 août avec l’épreuve éliminatoire. Lors de cette première journée, 24 candidat.e.s de 14 nationalités différentes et âgé.e.s de 23 à 36 ans, se sont illustré.e.s dans cinq ouvertures et préludes. Au programme de cette épreuve inaugurale, Norma de Bellini, Carmen de Bizet, Don Giovanni de Mozart, Le Barbier de Séville de Rossini et Nabucco de Verdi.

Après cette journée intense pour les artistes et le public, le jury s’est retiré pour délibérer. Ils doivent sélectionner douze candidats pour l’épreuve du quart de finale ayant lieu ce jeudi 18 août.

Voici la liste des candidats admis à poursuivre le Concours :

LEROY CALATAYUD Marc (France, 1991),

LEVI Davide (Italie, 1987),

ROCA MARTINEZ Sergi (Espagne, 1987),

SIMONI Nicola (Italie, 1986),

TAFUR DIAZ Dayner (Pérou, 1998), 

TORO ARAYA Luis (Chili, 1995),

BENATI Félix (France, 1996),

BORNATI Mattia (Italie, 1996),

CILONA Guilio (États-Unis et Belgique, 1995)

FRYKLUND Magnus (Suède,1990),

HELFRICHT Hermes Jürgen (Allemagne, 1992)

HOLLANDER Gabriel (Belgique, 1988).

Rendez-vous ce jeudi 18 août à 14.00 et 19.00 dans la Salle Philharmonique de Liège pour la suite du Concours avec l’entrée en scène des 19 solistes.

Pour rappel, lors de cette épreuve, 12 candidat.e.s travailleront pendant 25 minutes lors d’une répétition musicale avec solistes au piano un extrait de l’une des œuvres suivantes, choisi par le jury: 

Les Pêcheurs de perles (Bizet), La Bohème (Puccini) et La Traviata (Verdi). Ces trois œuvres feront également l’objet des épreuves ultérieures.

Jean-Frédéric Neuburger, pianiste et compositeur

par

Le pianiste et compositeur Jean-Frédéric Neuburger fait l'événement avec la parution d’un nouvel enregistrement Des Canyons aux étoiles de Messiaen où il assure la redoutable partie de piano. Il donnera cette partition en concert aux festivals Berlioz et Ravel en compagnie des artisans de ce disque, l'Orchestre de chambre nouvelle Aquitaine sous la direction de Jean-François Heisser. Crescendo Magazine s’entretient avec ce musicien exceptionnel, l’un des plus importants pianistes de notre époque. 

Cette année 2022 marque les 30 ans de la disparition d’Olivier Messiaen. Avec désormais un certain recul du temps, qu’est-ce que l’on peut retenir, selon vous, de ce grand compositeur ? De sa place dans l’histoire de la musique du XXe siècle ?

Ce compositeur a marqué l’histoire de la musique de façon indéniable. Je retiens son sens de la grandeur -il n’a pas « peur d’en faire trop » »…-, son ouverture d’esprit -les chants d’oiseaux, les rythmes hindous et grecs, beaucoup de nouveaux matériaux ont été utilisés par Messiaen-, sa spontanéité mélodique… Sans oublier sa place marquante en tant que pédagogue !

Vous êtes également compositeur. Est-ce que Messiaen est une inspiration ou une influence pour vous ?

Oui, déjà à travers les aspects que je viens de dire. Mais il faut aussi savoir s’en éloigner : chose faite maintenant ! Là où son inspiration demeure, c’est précisément sur le sens de la grandeur, de ces émotions vives qu’il désirait vraisemblablement faire partager au public...

Que représente pour vous cette œuvre si particulière que sont ces Canyons aux étoiles ? Est-ce que l’interpréter est un défi particulier du fait de sa durée et des exigences techniques de la partie de piano ?

Cette pièce est un véritable OVNI ! Sa durée est un élément marquant (près d’une heure quarante minutes), mais elle fait vraiment « partie » de sa musique. Ramasser cette pièce en quarante-cinq minutes n’aurait aucun sens (tout comme l’opéra Saint-François d’Assise ou Parsifal de Wagner…). Ce n’est pas un défi particulier techniquement, c’est un voyage… au sens baudelairien du terme, celui que j’aime !

Vous aviez déjà interprété cette œuvre, en 2009, avec l’Orchestre philharmonique royal de Liège sous la direction de Pascal Rophé. Est-ce que votre vision de la partition a évolué au fil du temps ?

J’ai adoré jouer cette pièce avec l’Orchestre Philharmonique de Liège et Pascal, j’étais très jeune (j’avais vingt-deux ans), et à l’époque j’acceptais absolument tout ce que l’on me proposait. Lorsque j’ai accepté, je ne connaissais pas la pièce, ni sa durée ! Et c’était ma première interprétation d’une partition de Messiaen avec orchestre. Inutile de vous dire donc que ma vision Des Canyons aux étoiles a bien changé ! J’ai depuis joué d’autres pièces de Messiaen, mais aussi lu le fameux Traité de rythme et d’ornithologie, tout cela m’a permis de me rapprocher de son monde… et du coup, de prendre du recul dans mon interprétation.

Deuxième édition du Concours International de Chefs d’Orchestre d’Opéra à Liège

par

Près de cinq ans après la première édition du Concours International de Chefs d’Orchestre d’Opéra, la deuxième édition du Concours, organisé par l’Opéra Royal de Wallonie-Liège avec le soutien de la Fondation Polycarpe, se tiendra du 17 au 21 août 2022 dans la Salle Philharmonique de Liège. 

En effet, suite à l’incendie s’étant déclaré au Théâtre de l’Opéra de Liège le 7 juillet, le Concours ne peut y avoir lieu puisque des travaux de restauration sont en cours et ne permettent pas d'accueillir les artistes et le public. 

Cette année, 24 candidat.e.s présélectionné.e.s (contre 49 lors de la première édition) auront la chance de diriger l’Orchestre, le Choeur et la Maîtrise de l’ORW ainsi qu’une pléiade de solistes. Le jury est composé de 11 personnalités issues du monde musical et placé sous la présidence du chef d’orchestre et compositeur espagnol Pedro Halffter.

Du côté des solistes, 19 chanteuses et chanteurs de haut rang nous feront le plaisir de participer à ce prestigieux Concours.

Chez les dames, nous retrouverons Louise Foor, Adèle Lorenzi, Annick Massis, Marie-Catherine Baclin ainsi qu’Emma Watkinson.

Du côté des messieurs, nous pourrons écouter Raffaele Abete, Kamil Ben Hsaïn Lachiri, Patrick Delcour, Roger Joakim, Marc Laho, Samuel Namotte, Ionut Pascu, Valentin Thill, Ivan Thirion, Marcel Arpots, Benoît Delvaux, Bernard Aty Monga Ngoy, Benoît Scheuren et Marc Tissons.

Le Quatuor Ébène illumine les nuits de Dutilleux et de Schönberg

par

Henri Dutilleux (1916-2013) : Ainsi la Nuit, pour quatuor à cordes – Raphaël Merlin (né en 1982) : Night Bridge, poème nocturne pour sextuor à cordes – Arnold Schönberg (1874-1951) : La Nuit transfigurée, pour sextuor à cordes. Quatuor Ébène ; Antoine Tamestit, alto ; Nicolas Altstaedt, violoncelle. 2020. 69’51. Livret en français, en anglais et en allemand. 1 CD Erato 190296641886.

Celibidache en concert à Stuttgart 

par

Franz Joseph Haydn (1732-1809) : Symphonie n°102 en si bémol majeur  Hob I:102 ; Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Symphonie n°6 “Pathétique” en si mineur, Op.74. Radio-Sinfonieorchester Stuttgart, Sergiu Celibidache. 1959. Livret en allemand et anglais. 75:29’.SWR Classic. SWR19118CD. 

Sillages avec Florian Caroubi 

par

Louis Aubert (1877-1968) : Sillages ; Gabriel Dupont (1878-1914) : La Maison dans les dunes (extrait : Voiles sur l'eau), Le Soir dans les pins, Clair d’étoiles ;  ; Claude Debussy (1862-1918) : Reflets dans l’eau (Extrait des Images, Première série) ; Maurice Ravel (1875-1937) : Une Barque sur l’Océan (extrait des Miroirs)Gustave Samazeuilh (1877-1967) : Le Chant de la Mer. Florian Caroubi, piano. Livret en français et anglais. 69’12’’. Hortus 210.