Moisson de printemps des éditions Henle.

par jamaican hairy pussy

Les éditions Henle proposent quelques belles nouveautés. En tête d’affiche, il faut placer une superbe édition du Quintette avec piano de César Franck, réalisée sous la houlette de Ernst-Günter Heinemann et de Klaus Schilde pour le doigté des parties de piano. On apprécie la qualité de l’introduction de Ernst-Günter Heinemann qui nous rappelle que ce chef d’oeuvre, même s’il ne s’est pas imposé au répertoire régulier des ensembles de musique de chambre, n’en reste pas moins une merveille qui mérite d’être encore plus diffusée. La qualité de cette nouvelle édition, qui ravira les passionnés de l’oeuvre, devrait servir sa notoriété.

César Franck, Klavierquintett f-moll, G.Henle Verlag, ISMN : 979-0-2018-1142-0

buy essay cheap

par

Richard Wagner (1813-1883) : “Vorspiel und Liebestod” (Tristan une Isolde) ; Pyotr Ilyich Tchaikovsky (1840-1893) : Symphonie n°4 en fa mineur, Op. 36. Philharmonie Zuidnederland, Dmitri Liss, direction. 2018-DDD-58’04-Textes de présentation en anglais, français et néérlandais-Fuga Libera-FUG754

Nicholas Angelich retrouve Beethoven

par

Ludwig Van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour piano n°4 en sol majeur, Op. 58 – Concerto pour piano n°5 en mi bémol majeur, Op. 73. Nicholas Angelich, piano – Insula Orchestra, Laurence Equilbey, direction. 2018-DDD-74,16-Textes de présentation en français, anglais et allemand-Erato-0190295634179

Un irrésistible opéra de Gerald Barry au Théâtre de l’Athénée

par

Gerald Barry est un compositeur célèbre en Grande Bretagne. Après Nancy en 2013, le Théâtre de l’Athénée présentait une version scénique du cinquième opéra du musicien irlandais L’Important d’être Constant d’après Wilde, par la troupe suisse de l’Opéra Louise.

Les premières mesures donnent le ton : on se retrouve emporté dans un maelstrom fiévreux de fanfares virtuoses (infaillible Orchestre de Chambre Fribourgeois dirigé par Jérôme Kuhn) alors même que l’exposition dramatique est précipitée. Tout ce qui pourrait paraître daté à des oreilles continentales (L’Important d’être constant est relativement méconnu de ce côté-ci de la Manche) est ici pulvérisé au profit d’un délicieux nonsense. On pense à David Lynch, on pense à Alice aux pays des merveilles de Lewis Carroll avec ces décors rose, violet, menthe et ces costumes acidulés. Bien sûr, on ne comprend pas toujours tout au début : les deux personnages masculins (Jack Worthing, Algernon Moncrieff) et féminins (Gwendolen Fairfax, Cecily Cardew) ne sont pas différenciés, si bien qu’il faut du temps pour savourer la mécanique délicieusement confectionnée par le metteur en scène Julien Chavaz.

Voces 8, une carte postale des Îles Britanniques

par

Œuvres de Barber, Adès, Tavener, Radiohead,…Ensemble vocal Voces 8.Barnaby Smith : directeur musical. Sibéal Ní Chasaide : voix folk ; Eleanor Turner : harpe ; Matthew Sharp : violoncelle ; Thomas Gould, Jeremy Isaac : violons ; Gareth McLearnon, Abigail Burrows : flutes ; Eoin Schmidt-Martin : alto ; Robert Clark : contrebasse. 2019- DDD - Textes de présentation en anglais – DECCA 483 4670 (DH)

Aux Hall’on a l’esprit subtil, avec André Messager

par

André MESSAGER (1853-1929) : LES P’TITES MICHUViolette POLCHI, Marie-Blanche ; Anne-Aurore COCHET, Blanche-Marie ; Philippe ESTEPHE, Gaston Rigaud ; Marie LENORMAND, Mme Michu ; Damien BIGOURDAN, M.Michu ; Boris GRAPPPE, Le Général des Ifs ; Artavazd SARGSYAN, Aristide ; Caroline MENG, Mlle Herpin ; Romain DAYEZ, Bagnolet ; Orchestre National des Pays de Loire ; Choeurs d’Angers Nantes Opéra ; Pierre DUMOUSSAUD, dir. Enr. Théâtre Graslin, Nantes les 23 et 24 mai 2018. 2018- 2 CD - CD1 59:25 - CD2 43:30 – Palazzetto Bru Zane Livre-Disque – textes en français et anglais- chanté en français

Arriaga : Un génie en son printemps

par

Juan Crisostomo de ARRIAGA (1806-1826) : Ouverture « Los escalvos felices », Herminie, Ouverture Op.20, Air de l’Opéra « Médée », Symphonie à grand orchestre. Berit NORBAKKEN SOLSET. BBC Philharmonic.  Zoë BEYERS. Juanjo MENA2019-DDD-68:09- livret anglais, anglais, français, espagnol-texte français, anglais- chanté en français- CHANDOS-CHAN 20077

23e Festival de Pâques de Deauville : excellence et surprises

par

Il y a 23 ans qu’à la période de Pâques, la salle Elie de Brignac, la première salle française qui, en 1892, a connu la vente de purs sangs (aujourd’hui sept ventes aux enchères par an), devient haut lieu de concerts qui réunit les purs sangs de la musique de chambre. Sous l’égide d’Yves Petit de Voize (également conseiller musical de la Fondation Singer-Polignac), quatre générations de jeunes interprètes les plus en vue se sont succédé depuis 1997 au Festival de Pâcques de Deauville, parmi lesquels Nicolas Angelich, Bertrand Chamayou, Renaud Capuçon, Adam Laloum, Julien Chauvin, Justin Taylor, Quatuors Hermès et Arod, Jérémie Rhorer et le Cercle de l’Harmonie… Les deux derniers concerts de cette année, l’un consacré à la musique française et l’autre à une passion de Bach, résument eux seuls la caractéristique de la manifestation : excellence et surprise.

Un voyage à travers les courants musicaux de l’Europe baroque

par

En ce dimanche ensoleillé, de nombreux mélomanes sont venus assister à un concert de musique baroque donné à l’occasion des Festivals de Wallonie.

Le concert prenait place dans le très beau choeur de l'église de Jodoigne -église qui, dans le cadre d’un projet de réaffectation partielle, a été aménagée spécialement pour pouvoir accueillir des concerts, en collaboration entre autres avec le Centre Culturel de Jodoigne. Équipée de gradins rétractables, d’un éclairage adapté et de panneaux acoustiques, l'église était remplie à craquer.

Les cinq musiciens -Alice Foccroulle au chant, Benoît Laurent au hautbois, Mathilde Wolfs au violoncelle, Marie-Anne Dachy et Bernard Foccroulle aux clavecins- nous embarquaient dans un voyage au coeur de la musique baroque des 17e et 18e siècle. Le programme était constitué d’un panaché de pièces très variées au niveau de l’instrumentation et présentées dans un ordre non chronologique ; ils nous ont ravis aussi bien en solo qu’en trio, en quatuor ou en quintette. Les uns après les autres, les artistes de l’ensemble se sont partagé la tâche d’introduire les différentes pièces auprès du public.