Don Pasquale, réussite totale à La Monnaie

par

Venant après une Flûte enchantée très problématique et une De la maison des morts peu festive par nature, cette nouvelle production de Don Pasquale de Donizetti faisait office de bulles de champagnes bien en accord avec l’ambiance des fêtes de fin d’année. Il faut dire que l’affiche pouvait rassurer les plus sceptiques : Laurent Pelly à la mise en scène et Alain Altinoglu en fosse ! Un tandem qui a fait ses preuves à La Monnaie !

https://darsanclinica.com/

par https://happytowander.com/

Comme spectacle de fin d’année, l’Opéra National du Rhin à Strasbourg présente Barkouf ou un chien au pouvoir, un opéra-bouffe en trois actes de Jacques Offenbach sur un livret d’Eugène Scribe et Henri Boisseaux, créé à l’Opéra Comique à Paris le 24 décembre 1860 et ..assez mal reçu. L’accueil du public est plutôt enthousiaste mais ce n’est sûrement pas un triomphe. Mais certaine presse n’est pas tendre et trouve intolérable l’irruption du genre «bouffe» à l’Opéra Comique et parle même de «rythmes grimaçants et une harmonie qui n’est pas de ce monde ». Mais c’est surtout le livret qui cause des problèmes car Barkouf est une œuvre étonnamment subversive, qui évoque les méfaits du despotisme et cela sous le règne de Napoléon III ! La censure d’un opéra qui s’ouvre sur une révolte contre un régime autoritaire et donne temporairement le pouvoir à un chien (prise de pouvoir par le peuple ?) était inévitable.

Es war einmal..., Il était une fois..

par

Robert Schumann (1810-1956) : Märchenerzählunge, op. 132 pour clarinette, alto et piano ; Fantasiestücke pour piano et clarinette, op. 73 ; Märchenbilder pour piano et alto, op. 113 ; Jörg Widmann (1973) : Es was einmal ... Fünf Stücke im Märchenton pour clarinette, alto et piano.  Tabea Zimmermann, alto, Jörg Wildman, clarinette, Dénes Várjon, piano. DDD-2017-Notice en allemand, anglais et français. 70'29". Myrios MYR020

À la Scala, un ATTILA  subjuguant  par sa musique

par

Depuis sa création mouvementée à la Fenice de Venise le 17 mars 1846, l’Attila de Giuseppe Verdi a ouvert, avec un succès modéré, la saison de carnaval de la Scala de Milan le 26 décembre de la même année puis a été repris quatre fois jusqu’à mars 1867. A notre époque, il a fallu attendre mai 1975 pour le voir réapparaître à l’affiche avec Nicolai Ghiaurov, Piero Cappuccilli, Rita Orlandi Malaspina et Veriano Luchetti sous la direction de Giuseppe Patanè ; et le triomphe remporté par cette production incita Riccardo Muti à le reprendre avec Samuel Ramey en juin 1991, entraînant,  vingt ans plus tard, une nouvelle mise en scène de Gabriele Lavia qui faisait alterner Orlin Anastassov et Michele Pertusi sous la baguette de Nicola Luisotti.

Joaquin Achucarro, l’essentiel 

par

Frédéric Chopin (1810-1849) : 24 Préludes op. 28 – Prélude op. 45 – Prélude op. Posthume – Fantaisie-Impromptu en do dièse mineur, op. Posthume 66 – Nocturne en mi bémol majeur, op. 9 n°2 – Nocturne n°20 en do dièse mineur, op. Posthume – Barcarolle en fa dièse majeur, op. 60.  Joaquin Achucarro, piano. 2018-DDD-74’32-Textes de présentation en français, allemand, anglais et chinois-La Dolce volta-LDV44

Die Tote Stadt à Toulouse : les hallucinations de Paul

par https://happytowander.com/

C’est dans la production de Philipp Himmelmann, réalisée en 2010 pour l’Opéra National de Lorraine, que Die tote Stadt de Korngold a fait son entrée au répertoire du Capitole de Toulouse. Une production captivante et originale qui pourtant demande une certaine familiarité avec l’œuvre pour en comprendre complètement l’action et apprécier la mise en scène dans le décor de Raimund Bauer.

Violetta et son double sur la scène dépouillée au Théâtre des Champs-Elysées

par

Dans la nouvelle production de La Traviata au Théâtre des Champs-Elysées (du 28 novembre au 9 décembre), Deborah Warner invente un double : Violetta à l’hôpital, entourée d’une équipe médicale, et qui interagit avec la Violetta en ville. Pour sa prise de rôle, Vannina Santoni incarne la jeune femme infiniment touchante aux côtés de Saimir Pirgu (Alfredo) et Laurent Naouri (Germont) tout aussi inspirés.

Violoncelle de Guerre

par

Ernest BLOCH (1880-1959) : Schelomo, pour violoncelle et orchestre – Edward ELGAR (1857-1934) : Concerto pour violoncelle en mi mineur. Gary Hoffman (violoncelle), Orchestre Philharmonique de Liège, Christian Arming (direction) – 62’53 – Textes de présentation en français, anglais, japonais et allemand – La Dolce Volta LDV42

Nouvel hommage discographique à Krzysztof Penderecki

par

« Hommage à Penderecki ». Krzysztof PENDERECKI (né en 1933) : La Follia, Duo concertante, Sonate n°2, Concerto pour violon n°2 « Métamorphoses ». Anne-Sophie MUTTER, violon – Roman PATKOLÓ, contrebasse – Lambert ORKIS, piano – London Symphony Orchestra, dir. Krzysztof PENDERECKI. 2018-2CD-88’11"-Textes de présentation en français, anglais et allemand-DG 483 5163