L'alto de Timothy Ribout, une belle découverte

par https://shastaviewanimalclinic.com/walmart-viagra-cost/

Ralph VAUGHAN WILLIAMS (1872-1958) : Suite pour alto et orchestre ; Bohuslav MARTINU (1890-1959) : Concerto-Rhapsodie pour alto et orchestre H 337 ; Paul HINDEMITH (1895-1963) : Trauermusik pour orchestre à cordes avec alto solo ; Benjamin BRITTEN (1913-1976) : Lachrymae op. 48a. Timothy Ridout, alto ; Orchestre de chambre de Lausanne, direction : Jamie Phililips. 2020. Livret en anglais. 69.05. Claves 50-3000.

François-Xavier Roth dirige un Beethoven plus que jamais éternel et universel

par

Voilà un concert intimement lié à l’actualité.

Le 15 (ou le 16, on ne sait pas ; on sait seulement qu’il a été baptisé le 17) mars 1770, naissait Ludwig van Beethoven. En 2020, on fête donc le 250e anniversaire de cet incroyable génie qui aura tellement marqué l’histoire de la musique dans tous les genres auxquels il aura imprimé sa personnalité révolutionnaire. Parmi eux, il en est un qui lui aura donné une popularité sans frontières : la symphonie. Alors, année Beethoven oblige, les intégrales des symphonies se multiplient. 

Un quart de millénaire après la naissance de ce prodigieux compositeur qui, à lui tout seul, aura marqué l’Humanité, et malgré les progrès de la médecine, le monde est secoué par un virus venu de l’autre bout de la planète et qui, en quelques semaines, est en train de tous nous bouleverser. Les rassemblements de plus de 1000 personnes ont été interdits. Tous les concerts dans la Grande Salle de la Philharmonie de Paris ont été annulés. A Versailles, la jauge est en-deçà. Les concerts sont donc maintenus.

C’est dans cet autre aspect de l’actualité que s’inscrivait le premier concert de cette intégrale, avec les symphonies Nos 1, 4 & 6. Il débutait à l’heure précise où le Président de la République parlait aux Français, dans une allocution télévisée regardée par près de 25 millions de nos concitoyens, un record alors absolu. Dans le splendide et luxueux opéra commandé par Louis XIV, ce discours occupait certainement beaucoup de têtes. Mais aucune retransmission n’étant prévue, seuls Beethoven et ses symphonies se faisaient entendre.