Villa-Lobos en symphoniste majeur 

par

Heitor Villa-Lobos  (1887-1959) : Intégrale des symphonies, Uirapuru, Mandu-çarará. Leonardo Neiva, baryton ; Saulo Javan, basse ; São Paulo Symphony Orchestra and Choir, Isaac Karabtchevsky. Enregistré entre 2012 et 2017. Livrets en portugais et anglais. 1 coffret de 6 CD Naxos. Référence. 8.506039.

Anthologie vocale autour du temps pascal : Hammerschmidt enluminé par Vox Luminis

par

Ach Jesus Stirbt. Andreas Hammerschmidt (c.1611-1675) : Ach Jesus stirbt ; Ist nicht Ephraim ; Warum betrübst du dich ; Ach Gott, warum hast du mein vergessen ; O barmherziger Vater ; Erbarm dich mein ; Bis hin an dess Creutzes stamm ; Vater unser ; Triumph, Victoria ; Christ lag in Todesbanden ; Die mit Tränen säen ; Wer wälzet uns den Stein ; Ich bin gewiss, dass weder Tod ; Ich fahre auf zu meinem Vater ; Siehe, wie fein und lieblich ists. Lionel Meunier, Vox Luminis, Ensemble Clematis. Septembre 2019. Livret en anglais, français, allemand ; textes des chants en allemand, traduction anglais et français. TT 70’27. Ricercar RIC 418

Portrait-souvenir de la mezzo-soprano belge Livine Mertens

par

Airs et mélodies. Extraits d’œuvres de Boieldieu, Thomas, Massenet, Bizet, Gounod, Offenbach, von Suppé, Richard Strauss, Humperdinck, Ravel, de Falla, De Boeck, Tchaïkovski, Moret, Hillier, Guiraud et Lauweryns. Livine Mertens, mezzo-soprano, Annette Talifert, soprano, Fernand Goeyens, piano ; Chœurs et Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie de Bruxelles, direction Maurice Bastin. Années 1930. Livret en français, anglais, néerlandais et allemand. 69.09. Musique en Wallonie MEW 1996.

Premier album avec orchestre de la violoncelliste Anastasia  Kobekina 

par

Dmitri Chostakovitch  (1906-1975) : Concerto pour violoncelle et orchestre n° 1 op. 107. Mieczyslaw Weinberg  (1919-1996) : Fantaisie pour violoncelle et orchestre op. 52. Vladimir Kobekin (°1947) : Bacchants, pour violoncelle et orchestre. Anastasia Kobekina, violoncelle. Orchestre symphonique de Berne, direction Kevin John Edusei. 2018. Livret en allemand et en anglais. 52.41. Clavès 50-1901.

Les nommés 2021 des International Classical Music Awards

par

Le jury des International Classical Music Awards est heureux de communiquer les productions nommées pour l’édition 2021.

Pour les prix 2021, le jury des International Classical Music Awards (ICMA) a nommé 365 productions audio et vidéo issues de 122 labels. Pour être nommée, une production doit être proposée par au moins deux membres du jury. Avec 28 nominations, Naxos arrive en première position. Il est suivi par Harmonia Mundi et Alpha (16 nominations) et BIS (14).

Parmi les 21 pays cités, l'Allemagne est en tête (113 nominations), suivie de la France (64) et du Royaume-Uni (34).

Les finalistes seront annoncés le 15 décembre, et les lauréats 2021 seront communiqués le 20 janvier 2021. 

Les nommés par catégories

Les nommés par labels

Le site des International Classical Music Awards.   

Isaac Karabtchevsky à propos de Villa-Lobos et Guarnieri 

par

Le label Naxos a la bonne idée de proposer en coffret l’intégrale des symphonies de Villa-Lobos enregistrées entre 2011 et 2017 par Isaac Karabtchevsky au pupitre de l’excellent Orchestre Symphonique de São Paulo (OSEP). Cette parution est une occasion de parler de ce corpus magistral avec le grand chef brésilien qui fait également l’actualité avec un album consacré à des partitions de Camargo Guarnieri, un contemporain de Villa-Lobos. 

Qu’est-ce qui fait la particularité des symphonies de Villa-Lobos ? 

Pour comprendre l'œuvre de Villa-Lobos, il faut se replonger dans les années qui suivent la Première Guerre mondiale. Rio était une ville pleine de chaleur et de culture, et tous les compositeurs étaient sous l’influence de Debussy, spécialement Villa-Lobos. On peut dire que Debussy est la clef pour comprendre sa production. Ses partitions sont également les enfants de la Belle Epoque, une période de nouvelles tendances harmoniques, une réaction anti-wagnérienne, à la recherche de formules musicales novatrices. Les symphonies de Villa-Lobos étaient une tentative de trouver une voie personnelle. 

Est-ce que, dans ses symphonies, Villa-Lobos vous apparaît comme foncièrement brésilien ? 

Oui ! Malgré le fait qu’il se fond dans des formes musicales classiques comme celle de la sonate, il associe à cette base une dimension folklorique. Le folklore brésilien est toujours présent dans ses partitions et on ne peut pas le dissocier de son oeuvre. 

Emmanuelle Stéphan, pianiste 

par

La pianiste française Emmanuelle Stéphan est à l’aise dans son époque. Si elle revendique la nation de tradition et d’école, elle manie avec brio les canaux de communication de son époque. Crescendo Magazine rencontre cette musicienne dont le duo qu’elle forme avec Gabriel Tacchino est des plus demandés à travers le monde.

J’ai lu que vous citez souvent les écoles “russe” et “française” qui ont façonné votre formation. Pourquoi ces deux nations musicales ? Est-ce que le terme d’école ou de style national a encore un sens actuellement ? 

C’est le hasard des parcours de vie qui nous façonne, et un heureux hasard qui a mis sur mon chemin des représentants de l’école russe et de l'école française. Pour moi, une grande chance fut que Yuri Klempert, élève d’un élève de Heinrich Neuhaus, fut mon premier professeur de piano. Klempert était un excellent traducteur de l’Art du Piano, ouvrage méthodologique du grand maître russe. Il m’a transmis sa passion du piano, et j’ai par la suite entretenu cet aspect en recueillant les conseils de Lilya Zilberstein à Vienne. Ma seconde nation musicale, française, est plus naturelle et choisie, c’est ici le goût qui m’a porté vers la musique française et notamment l’interprétation de Satie et Poulenc par Gabriel Tacchino. Si l’on s’accorde pour dire qu’une école au sens culturel est une concordance d'idées autour de personnalités majeures, alors oui, le terme a sûrement toujours un sens actuellement. Du moins lorsque l’on parle de la formation, où l’on se réfère en musique classique à des œuvres passées.

Quant aux œuvres actuelles, je suppose qu’il y a toujours une notion d’école : on dira toujours que tel compositeur est représentatif de la musique plutôt sérielle, minimaliste, etc,...

L'Europe des Temps modernes : stravaganza baroque au Portugal

par

Nouvelle étape musicale de l'Europe des Temps modernes : Le Portugal. L’expression du baroque en musique a été le moteur d’une véritable frénésie de création à l’échelle européenne. Nous ne pouvons donc décemment quitter notre tour d’horizon de la Stravaganza baroque sans évoquer les compositeurs qui ont brillamment défendu la cause du baroque en musique bien au-delà des frontières des pays qui ont joué à cette époque un rôle prépondérant.

Après plus d’un siècle de prospérité politique et économique qui en ont fait l’une des grandes puissances maritimes du globe, le Portugal a connu dans la seconde moitié du XVIe siècle une période de grave déclin qui l’a progressivement rendu totalement dépendant de son voisin espagnol. Du point de vue culturel, et plus particulièrement musical, c’est une véritable crise d’identité qui s’en est suivie. Toute l’activité artistique profane, qu’elle soit littéraire, théâtrale ou musicale, en a directement souffert. Jugé intrinsèquement frivole et moralement suspect, cet art profane a donc progressivement disparu sous la chape de plomb de la Contre-Réforme et du mysticisme ibérique. En conséquence, les témoignages d’une réelle activité musicale dans le domaine profane au tournant des XVIe et XVIIe siècles sont extrêmement peu nombreux : la tradition des chansonniers portugais s’éteint peu à peu, et il n’en subsiste paradoxalement qu’un seul écho... en Espagne, où quelques compositeurs lusitaniens tels que Manuel Machado cultivent avec succès le nouveau genre du tono humano. Quant à l’Eglise portugaise, elle tolère l’insertion au sein de la célébration des fêtes les plus joyeuses de l’année liturgique (Noël, Epiphanie, Fête-Dieu...) de villancicos sacrés chantés dans la langue du pays. Ces compositions simples, vivantes et colorées, souvent très rythmées, connaissent un succès considérable tout au long du XVIIe siècle.