Falstaff : quelle belle fête !

par

Au Théâtre de l’Archevêché, ils nous ont séduits : Verdi tel qu’en lui-même et vivifié par le chef Daniele Rustioni, Falstaff tel qu’espièglement dynamisé par le metteur en scène Barrie Kosky. Quelle belle fête !

Falstaff, l’énorme Falstaff, le perpétuel affamé et assoiffé, toujours en quête de la « bonne idée » qui lui permettra de remettre à flot des finances toujours en péril. Sa dernière trouvaille justement : séduire à la fois les belles et riches Alice Ford et Meg Page. Aussi vite pensé, aussi vite ourdi. Mais le réel… et surtout Shakespeare, qui est le « papa » du bougre, et Arrigo Boito, qui est l’auteur du livret, vont évidemment lui compliquer la tâche. Tisser des intrigues subtiles, préparer des contre-offensives, organiser des rencontres improbables, ridiculiser le prétendant, l’embarquer dans une cérémonie magique au fond d’une noire forêt. Il sera berné, mais gardera sa bonne humeur dans des festivités générales. La vie continue et, comme il le proclame, « le monde entier n’est qu’une farce. L’homme est né bouffon » !

Falstaff est le dernier opéra de Verdi. On connaît ses terribles et merveilleuses tragédies, espoirs, désespoirs, trahisons, lamentations, morts presque toujours assurées. Eh bien non ! Le vieux monsieur (il a alors 80 ans), au sommet de sa gloire et qui a déjà tout prouvé, se lance un défi : faire rire ! Pari gagnant. Surtout grâce à une extraordinaire partition : elle est non seulement comme un récapitulatif transcendé de tout ce qu’il a écrit jusqu’alors, mais il en joue dans de savoureuses auto-citations, des auto-parodies, des détournements. Et tout cela est immensément créatif ! Les spectateurs découvrent « Falstaff » et retrouvent en filigrane tant et tant d’évocations de ce qui les a réjouis par ailleurs. 

Mais si cette fête de la partition a bien eu lieu, c’est que Daniele Rustioni, à la tête de l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, a été un magnifique passeur de cette musique-là. Quelle précision dans sa direction, quelles belles impulsions, quelle belle mise en valeur de ces instruments qui « chantent » avec les solistes, quelles atmosphères, quels contrastes et ruptures bienvenus. L’œuvre est drôle dans ses notes !

Réédition d’un portrait vocal et instrumental de Johann Rosenmüller autour de l’ensemble I Fedeli à ses débuts

par

Johann Rosenmüller (1619-1684) : Estote fortes in bello ; Sonata quarta a 3 ; Surgamus ad laudes ; O dives omnium bonarum : Ego te laudo ; In te Domine speravi ; Sonata duodecima a 5 ; Laudate pueri Dominum ; Salve Regina. Lorenza Donadini, soprano. Javier Robledano Cabrera, contreténor. Daniel Issa, ténor. Lisandro Abadie, Ismael González Arróniz, basses. I Fedeli. Josué Meléndez Peláez, cornet, direction. Mars 2010, réédition 2021. Livret en allemand, anglais ; texte des paroles en latin non traduit. TT 62’12. Christophorus CHE 0222-2

Une excitante et spectaculaire intégrale des sonates Mozart par Kristian Bezuidenhout

par

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Intégrale des Sonates ; Variations K. 179, 180, 264, 265, 352, 353, 354, 398, 455, 500, 573, 613 ; Suite K. 399 (complété par R. Levin) ; Fantaisies K. 396 (complétée par M. Stadler), 397 et 475  ; Rondos K. 485 et 511 ; Préludes K. 284A et 624/626a ; Prélude et Fugue K. 394 ; Adagios K.  Anh. 206a [A 65] et 540 ; Allegros K. 312 et 400 (complétés par R. Levin) ; Menuetto K. 355 ; Gigue K. 574 ; Romance K. Anh. 205 ; Marche K. 453a. Kristian Bezuidenhout, pianoforte. 2009-2014. 10h51’. Livret en anglais, en français et en allemand. 1 CD harmonia mundi HMX 2904007.15.

Nelson, un opéra de Lennox Berkeley sur les amours et le destin du vainqueur de Trafalgar

par

Lennox Berkeley (1903-1989) : Nelson, opéra en trois actes. David Johnston (Lord Nelson), Eiddwen Harrhy (Lady Emma Hamilton), Brian Rayner Cook (Sir William Hamilton), Elizabeth Bainbridge (Mrs Cadogan), Mary Thomas (Madame Serafin), Margaret Kingsley (Lady Nelson), Richard Angas (Captain Hardy), Eric Shilling (Admiral Lord Minto), etc. ; BBC Singers ; BBC Symphony Orchestra, direction Elgar Howarth. 1983. Notice en anglais. Livret complet en anglais. 130.00. Un album de deux CD Lyrita SRCD 2392. 

Farce, dénonciation, confusion : Les Noces du Figaro à Aix-en-Provence

par

La metteure en scène néerlandaise Lotte de Beer propose une vision surlignée des Nozze di Figaro, les transformant d’abord en farce burlesque, les faisant ensuite une œuvre dénonciatrice plutôt Me Too, pour conclure, en conjonction de ces deux moments, en une démonstration bariolée, malheureusement plutôt confuse. Thomas Engelbrock et son Balthasar Neumann Ensemble n’y ont pas trouvé leur vrai rythme l’autre soir.

On le sait, Le Nozze di Figaro, comme toute grande œuvre, peut susciter de nombreuses approches, contrastées même. Lotte de Beer opte d’abord pour une lecture burlesque, farcesque. Elle fait de nous les spectateurs de l’enregistrement d’un de ces feuilletons -soap opera- qui rythmaient la vie quotidienne des « ménagères américaines de moins de cinquante ans ». Trois cases-décors sur le plateau : une chambre à coucher, une buanderie, un salon. Deux panneaux placés en hauteur signalent les moments où les spectateurs doivent « applaudir » et « rire ». Cette façon de voir les choses peut se justifier : le Comte veut abuser d’un droit de cuissage normalement supprimé sur cette jeune soubrette, Suzanne, qui va bientôt épouser le valet Figaro. Une façon de faire qui désespère sa femme, la Comtesse, autrefois Rosine tant aimée. Chérubin, un petit page éternellement amoureux, tout aussi éternellement maladroit, vient faire rebondir l’intrigue. C’est drôle, c’est très vaudeville. C’est très farce. Et notamment dans un catalogue désopilant de tentatives de suicide de la Comtesse. Lotte de Beer réussit à la mener grand train, avec beaucoup d’inventivité dans le rythme sans faille qui convient. On objectera que c’est réducteur. Oui, mais on s’amuse.

Après l’entracte, changement de décor : le plateau est vide, sinon une cage en verre dans laquelle se trouve un lit d’apparat… et la Comtesse, femme prisonnière, témoin des turpitudes de son mari. Nous sommes dans une tout autre perspective, celle d’une dénonciation des abus mâles. MeeToo est passé par là. 

Magnifique Charles Dutoit

par

Par deux fois, le Concert de l’An des Amis genevois de l’Orchestre de la Suisse Romande a été reporté à cause des mesures sanitaires. Martha Argerich aurait dû en être la soliste mais elle n’a pas pu modifier son agenda surchargé pour prendre part à la soirée du vendredi 2 juillet. C’est pourquoi Charles Dutoit a choisi un programme radicalement différent  en décidant d’en consacrer l’essentiel à la commémoration du cinquantième anniversaire de la mort d’Igor Stravinsky. 

Démarche dégingandée, œil vif, sourire aux lèvres, le chef montre une indomptable énergie en abordant le Dumbarton Oaks Concerto en mi bémol majeur. Il lui prête l’élégance du concerto grosso en mettant en valeur la pulsation rythmique sous le babillage des bois. L’Allegretto étire les lignes tandis que la flûte gouailleuse dialogue avec le basson sur un canevas de cordes instillant un arrière-goût étrange. Le Con moto final pétille avec les continuels changements de mesure aussi incisifs que précis.

Le premier album d’un orchestre de chambre sans chef ? Des divertimentos !

par

Jacques Ibert (1892-1962) : Divertissement pour orchestre de chambre. Emile Bernard (1843-1902) : Divertissement pour instruments à vent op. 36. Béla Bartók (1881-1945) : Divertimento pour cordes Sz. 113. Michael Ippolito (°1985) : Divertimento pour orchestre de chambre. c/o chamber orchestra. 2018-2020. Notice en anglais, en allemand et en français. 79.22. SACD BIS-2499.

Un coffret de 25 CD chez Naxos pour la fine fleur de la chanson anglaise

par

English Song Collection. Mélodies, cycles de chansons et airs populaires de William Alwyn (1905-1985), Benjamin Britten (1913-1976), George Butterworth (1885-1916), Jonathan Dove (°1959), Gerald Finzi (1901-1956), Ivor Gurney (1890-1937), Gustav Holst (1874-1934), John Ireland (1879-1962), Liza Lehmann (1862-1918), Roger Quilter (1877-1953), Arthur Somervell (1863-1937), Ralph Vaughan Williams (1872-1958), Ian Venables (°1955), William Walton (1902-1983) et Peter Warlock (1894-1930). Felicity Lott, Margaret Feaviour et Janice Watson, sopranos ; Susan Bickley, mezzo-soprano ; John Mark Ainsley, Thomas Allen, Martyn Hill, Philip Langridge et Anthony Rolfe Johnson, ténors ; Gérard Finley, Simon Keenlyside, Roderick Williams et David Wilson, barytons ; Osian Ellis, harpe ; Steuart Bedford, Iain Burnside, Graham Johnson et David Owen Norris, piano ; BBC Singers ; Sacconi Quartet ; Duke Quartet ; Northern Sinfonietta, etc. 1995-2014. Livret en anglais, sans textes des chants. Environ 25 heures de musique. Un coffret Naxos de 25 CD 8.502507. 

Le violon voyageur d’Hélène Collerette 

par

Maurice Ravel (1875-1937) : Tzigane ; Béla Bartók (1881-1945) : Sonate et Danses populaires roumaines ; Bruno Coulais (1954) : Mosaïque ; György Kurtág (1926) : Huit duos pour violon et cymbalum. Hélène Collerette, violon ;  Cyril Dupuy et Ludovit Kovac : cymbalum. 2021-Texte de présentation en français et anglais - 66’46’’ Signature/Radio France- SIG 11117