L’OFJ lève son camp d’été par un stimulant concert à Lille : cap à l’Ouest !

par

Comme chaque année depuis 1982 et plus de deux mille six cents professionnels aguerris dans son giron, l’OFJ réunissait une pépinière de jeunes talents : près de 90 musiciens principalement venus des écoles et conservatoires de l’Hexagone, destinés aux phalanges nationales et internationales. Accueillie en résidence dans les Hauts-de-France depuis 2017, la session d’été se concluait ce mardi 07 septembre au Nouveau Siècle de Lille. En prélude, une allocution de Catherine Puig tout récemment nommée à la tête de l’OFJ à la suite de Pierre Barrois. Autre renouveau : après quatre années sous la direction musicale de Fabien Gabel, c’est désormais Michael Schønwandt qui reprenait le flambeau, parallèlement à ses activités à Montpellier. 

Par rapport à l’académie de 2020, près de la moitié des pupitres de cordes était remodelée. Au sein des nouveaux, on comptait Mélissa Daudin, Maddie Duhau, Lara Favre, Aurore Le Noan, Agnès Marias, Chloé Mauger, Rebecca Pavageau, Élise Persiaux, Irène Queyroux, Anaïs Sallès, Anna Schneegans, Claire Théobald chez les violons, et Jean-Christophe Bernard, Gabriel Canneva, Inès El Jamri, Maud Guillou, Paul Wiener chez les altistes. Chez les dix violoncellistes, Juliette Delanys, Emma Derosier, Aymeric Houé, Valentin Jouanny, Thomas Martin et Priscilla Maschio rejoignaient l’équipe de l’an passé, de même qu’Emeline Bouillier, Charles Cavailhac, Camille Courtois, Thao Dardel et Philémon Renaudin-Vary pour les contrebasses.

Kirill Petrenko et les Berliner Philharmoniker : le génie et l’excellence... avec le sourire !

par

Pour ce deuxième concert symphonique de sa saison, trois jours après l’Orchestre du Festival de Bayreuth, sous la direction d’Andris Nelsons, dans un programme entièrement consacré à Richard Wagner, la Philharmonie de Paris avait invité l’Orchestre Philharmonique de Berlin et son « nouveau » (les guillemets s’imposent, car s’il est en poste depuis deux ans, la situation sanitaire en a fait une période pour le moins à part, et c’était la première fois qu’ils venaient ensemble à Paris) directeur musical Kirill Petrenko.

Ils avaient choisi le même programme que pour leur concert d’ouverture à Berlin, 100 % allemand : Carl Maria von Weber, Paul Hindemith et Franz Schubert.

Le cor et les cordes introduisent l’ouverture d’Oberon avec une douceur rare, suave et enchanteresse. L’attention du public est acquise d’emblée, et ne baissera pas. La partie rapide est brillante à souhait, avec des phrasés merveilleusement travaillés et expressifs. Le solo de clarinette, repris par les violons, est un mélange de désolation et de tendresse du plus profond effet. Toute la fin de l’ouverture est d’une généreuse énergie, toujours canalisée, ample et joyeuse, jamais agressive. Et quand le niveau sonore est élevé, dans cette acoustique, et surtout avec un tel équilibre instrumental, il ne sature pas. Une entrée en matière idéale !

Heureuse idée que de poursuivre avec les Métamorphoses symphoniques sur des thèmes de Carl Maria von Weber, même si ces thèmes sont pour le moins transformés par Hindemith. Ils ne sont du reste pas les plus célèbres de Weber (ceux des 1er, 3e et 4e mouvements viennent de pièces pour piano à quatre mains, assez confidentielles ; celui du 2e mouvement vient de l’ouverture de Turandot, qui est l’une des moins jouées). De sorte que si, tout au long de ces Métamorphoses, nous percevons des thèmes « classiques », ils n’évoquent pas spécialement Weber.

Enjôleuse anthologie du romantisme germanique, sur un récent orgue polonais nouveau au disque

par

Emotionality & Virtuosity. Felix Mendelssohn (1809-1847) : Prélude et Fugue en ut mineur Op. 37 no 1 ; Sonate en ut mineur Op. 62 no 2 ; Sonate en si bémol majeur Op. 65 no 4. Feliks Nowowiejski (1877-1946) : Méditation. Josef Rheinberger (1839-1901) : Sonate no 16 en sol dièse mineur Op. 175. August Freyer (1803-1883) : Fantaisie de concert en fa mineur Op. 1. Max Reger (1873-1916) : Variations et Fugue sur l’hymne national anglais. Ireneusz Wyrwa, orgue de l’église świenta Kazimierza de Nowy Sącz. Livret en polonais, anglais, allemand. Avril 2018. TT 68’52. Dux 1642

Pancho Vladigerov, volume 5 chez Capriccio : place au chant

par

Pancho Vladigerov (1899-1978) : Chants populaires bulgares pour basse et orchestre ; Six Chants lyriques pour soprano et orchestre et ‘Lud Gidyia », ballade pour basse et orchestre op. 5 ; Quatre Chants pour soprano et orchestre op. 67 ; Six Chansons populaires bulgares pour soprano et orchestre, op. 56 ; Chanson pour l’aimée. Roumiana Valcheva-Evrova, Maria Ventsislavova et Evelina Stoitseva, sopranos ; Pavel Gerdjikov, basse ; Orchestre Symphonique de la Radio nationale bulgare, direction Alexander Vladigerov. 1970-1975. Notice en allemand et en anglais. Textes des chants en traductions allemande et anglaise. 85.31. Un album de deux CD Capriccio C8070.

La Passion de Tomás Luis de Victoria par Jordi Savall : quand le mysticisme est au rendez-vous

par

Tomás Luis de Victoria (1548-1611) : Passion. Officium Hebdomadae Sanctae. La Capella Reial de Catalunya ; chant grégorien : Andrés Montilla-Acurero, ténor ; Hespèrion XXI, direction Jordi Savall. 2018. Notice en français, en anglais, en espagnol, en catalan, en allemand et en italien. Textes chantés complets en latin avec traduction en six langues (les mêmes que dans la notice). 201.35. Un album de 3 SCAD AliaVox AVSA9943.

Le Baroque autrichien au sommet : suave récital de rares arias de Johann Joseph Fux 

par

Arias for the emperor. Johann Joseph Fux (c1660-1741) : extraits des operas et oratorios Giunone placata, K. 316 ; Dafne in Lauro, K. 308 ; La Desposizione dalla croce di Gesù Cristo Salvator nostro, K. 300 ; Il Fonte della salute, aperto dalla grazia nel calvario, K. 293 ; Julo Asciano, K. 304 ; La Decima fatica d'ercole, K. 307 ; Orfeo ed Euridice, K. 309 ; Il Testamento di nostro Signor Gesù Cristo sul Calvario, K. 299. Maria Ladurner, soprano. Biber Consort. Livret en anglais, allemand ; paroles des chants en langue originale (italien) et traduction allemande. Septembre 2020. TT 61’12. Pan Classics  PC10425.