Ballets russes (2) : Diaghilev du "Monde de l'Art" aux ballets russes

par https://www.oceanspringshospital.com/

idiaghi001p1

L'activité de Diaghilev et l'héritage esthétique qu'il a suscité sont tellement liés aux Ballets Russes à Paris que l'on en vient souvent à ignorer ou à minimiser le chemin qu'il a parcouru auparavant dans son propre pays. Et s'il est exact que malgré la portée exceptionnelle de son entreprise parisienne, son activité de mécène et d'organisateur a été une alternance de succès et de revers de fortune, il s'avère que les scintillements de son étoile autant que ses éclipses épisodiques l'ont accompagné depuis ses débuts.

Arrivé à Saint-Pétersbourg en 1890 à l'âge de 18 ans après une enfance passée en majeure partie dans la ville de Perm, aux avant-postes de l'Oural le jeune Diaghilev est déjà passionné de théâtre et de musique. Il prend des cours de chant et s'essaie même à la composition. Las, ses débuts créatifs sont étouffés dans l'oeuf par le verdict sans merci que lui décerne Rimski-Korsakov. Il ne deviendra jamais musicien. Mais simultanément la rencontre avec un groupe de peintres, dont font partie Alexandre Benois, Léon Baskt, Konstantin Somov -futurs grands noms des Ballets Russes- et esthéticiens comme Filosofov (son cousin) et Nouvel, l'aiguille sur une nouvelle orientation esthétique. C'est dans le domaine de la critique d'art et de l'organisation artistique que se formera la personnalité de Diaghilev. Plusieurs voyages en Europe en 1890-95 lui ont permis de parfaire sa culture artistique. A partir de 1896, il publie dans Les Nouvelles et le Journal de la Bourse de Saint-Pétersbourg des articles sur des expositions de peinture, tout particulièrement sur le groupe de "peintres ambulants" (peredvijnki) dont font partie Vasnetsov, Répine et Sourikov. 

carbon dating exponential equations

par https://www.oceanspringshospital.com/

Compositeur frustré, Diaghilev fut et demeura un excellent pianiste amateur. Dans ses productions de ballet (ou plus rarement d'opéra, mais cette rareté avait des causes plus économiques qu'artistiques), il attacha toujours une importance primordiale à la musique, et ses choix dans ce domaine reflètent ses goûts personnels, qu'il s'agisse de commandes ou de reprises de musiques existantes.

Or, ces choix, très vite orientés vers la nouveauté prospective et l'avant-garde, révèlent une prédilection presqu' exclusive pour ce que l'on peut appeler l'axe franco-russe (un axe dont il fut du reste pratiquement le créateur), au détriment de l'axe germanique, et plus largement de l'Europe Centrale qu'il ignora presque totalement. La nouveauté, pour lui, ce fut Stravinski et Prokofiev, Debussy, Ravel, Satie et les "Six", alors que cela eût pu être aussi Schoenberg et l'Ecole de Vienne, Bartok, Janacek, Hindemith, Kurt Weill ou Krenek. Il est significatif qu'après l'unique appel à Richard Strauss, d'ailleurs assez peu concluant, il ait écarté l'Allemagne, et que parmi les jeunes compositeurs du Groupe des Six, il n'ait pas sollicité l'alémanique Honegger. D'autres rencontres eussent pu se produire sans des obstacles politiques et géographiques, et l'on ne peut que rêver, par exemple à ce qu'eût donné une collaboration avec un Szymanowski !

Mais plutôt que de rêver à ce qui ne fut pas, examinons plutôt ce qui fut et qui, indépendamment de son importance scénique et chorégraphique, constitue un chapitre capital de l'histoire de la musique du début de ce siècle.

Pour ses premiers spectacles, Diaghilev puisa tout naturellement dans le fonds si riche de l'Ecole russe traditionnelle, et il continua à le faire pratiquement jusqu'à la fin : si les Danses Polovtsiennes du Prince Igor de Borodine, si Schéhérazade, Sadko, et Le Coq d'Or (ce dernier, cas unique d'un opéra monté sous forme de ballet !) de Rimski-Korsakov, si Thamar de Balakirev, comptent au nombre de ses premiers triomphes, s'il remonta avec Fokine Le Lac des Cygnes original dès 1911, il poursuivit pendant la guerre avec Les Contes Russes sur trois pièces d'Anatole Liadov (Baba-Yaga, Le Lac Enchanté, et Kikimora), et surtout monta une production nouvelle de La Belle au Bois Dormant de Tchaïkovski en 1921. L'épilogue de cette série basée sur les classiques russes fut, en 1924, Une Nuit sur le Mont-Chauve de Moussorgski, chorégraphiée par Nijinska. De ce même compositeur, il avait déjà produit, non seulement Boris Godounov avec Chaliapine, point de départ de toute sa carrière parisienne, mais aussi La Khovantchina, beaucoup moins connue.

Des mille et une manières d’accommoder Offenbach

par

Telle la queue d’une comète, la célébration du bicentenaire de la naissance de Jacques Offenbach, en 2019, laisse derrière elle une poussière d’étoiles où quelques diamants scintillent encore. Ils démontrent -avec plus ou moins de brio et de pertinence- que l’auteur de la Belle Hélène s’accommode à toutes les sauces : burlesque, sage, ou opulente à travers ces trois enregistrements ...

Un mari à la porte. Opérette en un acte (1859). Patrizio La Placa, Henri Martel ; Marina Ogii, Suzanne ; Matteo Mezzaro, Florestan Ducroquet ; Francesca Benitez, Rosita.Orchestro del Maggio Musicale Fiorentino, Valerio Galli, dir.Enregistré en direct au Teatro del Maggio Musicale Fiorentino en février 2019 2019-47’12- livret en italien et anglais- textes en italien, anglais et français-chanté en français-Dynamic Maggio Musicale Fiorentino

La musique pour clarinette de Weinberg : une superbe intégrale

par

Mieczyslaw WEINBERG (1919-1996) : Concerto pour clarinette et cordes, op. 104 ; Sonate pour clarinette et piano, op. 28 ; Symphonie de chambre n° 4 pour clarinette, triangle et cordes, op. 153. Robert Oberaigner, clarinette ; Michaël Schöch, piano ; Solistes de Chambre de Dresde, direction :  Michail Jurowski. 2020. Livret en anglais. 83.08. Naxos 8.574192.

Chostakovitch par Muti 

par

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonie n°13 “Babi Yar”. Alexey Tikhomirov, baryton-basse, Hommes du Chicago Symphony Orchestra Chorus, Chicago Symphony Orchestra, Riccardo Muti. 2018. Livret en anglais, allemand et français. texte chanté en russe, traduction en anglais. 68’00’’. CSOR 901 19 01. 

Gregory Rose dirige ses propres compositions

par

Gregory Rose (1948) : Birthday Ode for Aaron Copland ; Red Planet ; Concerto pour violon et orchestre ; Suite pour cordes ; Sept Danses tirées de « Danse macabre ». Peter Sheppard Skaerved, violon ; Royal Ballet Sinfonia, direction Gregory Rose. 2020. Livret en anglais. 62.00. Toccata TOCC 0558.

Coups de projecteur sur le piano d’Antoine Reicha

par

Antoine REICHA (1770-1836) : Musique complète pour piano, volume 4 : Sonate en ré majeur ; Andante en sol majeur ; Fantaisie en mi mineur/majeur op. 61 ; L’Espiègle, Allegro scherzando ; Allegro en mi majeur ; Fantaisie en do majeur ; Fantaisie en si majeur ; Grande Sonate en mi majeur. Henrik Löwenmark, piano. 2020. Livret en anglais. 71.08. Toccata TOCC 0273.

Călin Humă : un romantique au XXIe siècle

par

Călin Humă (1965) : Symphonie-Concerto pour piano et orchestre ; Symphonie n° 1 « Carpatica ». Sergiu Tuhutju, piano ; BBC National Orchestra of Wales, direction Christopher Petrie. 2020. Livret en anglais, en roumain, en français et en allemand. 66.28. Guild GMCD7824.

Raphaël Pichon porte les Vêpres de Monteverdi jusqu’au sublime

par

Claudio MONTEVERDI (1567-1643) : Vespro della beata Vergine. Lea Desandre et Eva Zaïcik, sopranos ; Lucile Richardot, alto ; Olivier Coiffet, Emiliano Gonzalez Toro et Zachary Wilder, ténors ; Nicolas Brooymans, Renaud Bres et Geoffroy Bussière, basses. Chœur et Orchestre Pygmalion, direction Raphaël Pichon. 2020. Livret en français, en anglais et en allemand. 117.00. Un DVD Château de Versailles CVS018.