Non classé

Un ‘Eugène Onéguine’ de qualité au Grand-Théâtre de Genève 

par

Après le misérable ‘Rigoletto’ d’ouverture de  saison, le Grand-Théâtre de Genève fait à nouveau appel à Robert Carsen pour le chef-d’œuvre de Tchaikovsky. Reprenant la production du Met immortalisée par le DVD, le metteur en scène recourt aux éclairages conçus par Jean Kalman et Christine Binder pour suggérer un climat automnal nimbant de feuilles mortes  le cadre scénique dépouillé et les costumes sobres imaginés par Michael Levine.

Une Manon de grande classe ouvre les feux à Lausanne

par

Anne-Catherine Gillet, J.Osborn © Marc Vanappelghem

L’Opéra de Lausanne ouvre sa saison avec ‘Manon’ de Jules Massenet ; et Anne-Catherine Gillet s’empare du rôle-titre en lui conférant une crédibilité de chaque instant. Par la qualité de son timbre de grand lyrique, la provinciale naïve, riant sous cape des maladresses de Guillot de Morfontaine, se laisse gagner par la passion et par le plaisir qui précipite sa chute ;

La Gioconda ouvre la saison à Marseille

par

Barnaba (Marco di Feici, Gioconda (Micaela Carosi) © Christian Dresse

Pour commencer la saison 2014-2015, l’Opéra de Marseille relève le défi de présenter l’un des ouvrages italiens les plus difficiles à monter, ‘La Gioconda’ d’Amilcare Ponchielli. Elaborée trois ans après ‘Aida’, sur un livret d’Arrigo Boito, créée à la Scala de Milan le 8 avril 1876, l’œuvre possède une dynamique théâtrale et une générosité mélodique qu’il faut pouvoir restituer.

Une Tosca de référence

par

Martina Serafin (Tosca), Marcelo Alvarez (Mario Cavaradossi) et Ludovic Tézier (Scarpia) © Charles Duprat / Opéra national de Paris

Un envol de femmes nues (Bouguereau), une citation de Freud (le programme) un dramaturge  (pour épauler le metteur en scène ?) quelques allusions visuelles surgies du cinéma italien (Fellini, Pasolini ou Rosselini) et voilà Tosca telle qu'en elle-même l'a conçue Puccini !

La musique classique chinoise

par

S’il est un domaine de la musique du vingtième siècle mal connu en Occident, c'est bien celui de la musique chinoise. Un nombre important de mélomanes s'était dès lors rassemblé à l'Académie Royale des Beaux-Arts pour assister à un exposé de Jean-Marie André sur ce sujet original. Eminent chimiste, cet académicien connaît bien la Chine, enseigne à l'université Tsinghua à Pékin, et a découvert un monde musical insoupçonné, qu'il a fait vivre pour le public durant presque deux heures, avec de nombreux exemples musicaux à l'appui.

Rêves sonores

par

Claude Ledoux (° 1960)
Notizen-Fragmente, Cahier I et Cahier II
Jean-Pierre Deleuze (° 1954)
Voici l’absence
Cindy CASTILLO (orgue), Aurélie FRANCK (mezzo-soprano)
2014-DDD-69’ 35’’-Texte de présentation en français et en anglais-Paraty 114122

Cris, chuchotements et sifflements

par

Neue Vocalsolisten Stuttgart
Drama
Sarah Maria SUN (soprano), Susanne LEITZ-LOREY (soprano), Truike VAN DER POEL (soprano), Daniel GLOGER (contreténor), Martin NAGY (ténor), Guillermo ANZORENA (baryton), Andreas FISCHER (basse)
2014-DDD-72’ 24’’-Texte de présentation en allemand et en anglais-Col Legno 20413

Une prise de son décevante

par

Gustav MAHLER (1860-1911)
19 Lieder dont les Lieder eines fahrenden Gesellen et les Kindertotenlieder Bernarda FINK (mezzo-soprano), Anthony SPIRI (piano),
Gustav Mahler Ensemble, Tonkünstler Orchester Niederösterreich, dir. : Andrés Orozco-Estrada
2014 - 77'53'' - Textes de présentation et textes en français, anglais, allemand - Chanté n allemand - Harmonia Mundi HMV 902173