Et si on parlait d'amour ?

par https://globalrightsfornature.com/

Benoît Mernier © Bernard Coutant

« Amour und Andere Probleme »
Musique de Hugo Wolf (1860-1903) et Benoît Mernier (°1964).
Solistes de l'EVD et de la CAMERATA, IMEP
Isabelle Jacques (soprano), Aurore Bureau et Amélia Jardon (mezzo-sopranos), Pierre Derhet (ténor), Kamil Ben Hsain Lachiri (baryton), Julien Collignon, Cristobal Diaz (violons), Emmanuel Mesaus (alto), Alexandre Bughin (violoncelle), Hervé Closset (clarinette), Patrick Leterme (piano)
Direction artistique et conception : Patrick Leterme – Benoît Mernier
Costumes – Graphisme : Gaël Bros - Infographie : David Dumortier - Régie : Geoffrey Magbag – Jérôme Fagnoul - Images et sons : archives de la SONUMA
Production organisée dans le cadre de NA ! (Pôle musical de Namur)

Ce samedi 27 février, l'Imep proposait la création de la production « Amour und Andere Probleme ». Celle-ci s'inscrit dans le cadre d'une collaboration avec la ville de Namur pour produire une série d'événements culturels. Cette production est menée par des solistes de deux nouvelles structures organisées par l'Imep : l'EVD, European Vocal Department, soit un opéra studio et la CAMERATA qui est un orchestre de chambre. Deux compositeurs sont au centre de ce projet : Hugo Wolf et Benoît Mernier. Les solistes de l'EVD ont ainsi pu interpréter de nombreux extraits des Itelianisches Liederbuch, des Spanisches Liederbuch et des Marieke-Lieder mais aussi des Heine Lieder de la plume du compositeur belge. La grande particularité est que les lieder de Wolf conçus à l'origine pour voix et piano ont été transcrits et orchestrés par Benoît Mernier. Et ce dernier prouve une fois de plus sa maîtrise et son immense talent. Il s'en dégage une lecture magnifique de ces lieder et un éclairage nouveau qui cohabite avec bonheur avec des sonorités plus contemporaines. Les prestations vocales sont entrecoupées par des projections d'images d'archives de la RTBF. Nous sommes plongés dans la Wallonie des années '70 où des quidam s'expriment à bâtons rompus et avec une authenticité simple et touchante sur leur vie amoureuse. Car il est bien là le sujet central : l'amour. Qu'il soit vrai, faux, passionné, tendre, fait de trahison mais surtout intemporel ! Qu'il soit mis en musique par Wolf ou Mernier, poétisé par Heinrich Heine ou exprimé par le plus commun des mortels, il est le même et il peut causer les mêmes souffrances ou les mêmes bonheurs. Les solistes de l'EVD chantent (et plutôt bien!) mais ils jouent aussi. Ils sont des personnages qui interagissent avec les individus projetés sur l'écran. Ils deviennent ces mêmes individus et ils se fondent même dans l'écran. Le grand écart culturel est vertigineux. Il prête tout d'abord à rire, il touche ensuite et enfin il émeut profondément. Les images d'archives ne détruisent pas la musique de Wolf et Mernier. Bien au contraire, ces derniers subliment tout à coup ces visages figés sur l'écran. A voir et à revoir !
Et vous, oseriez-vous parler d'amour ?
Michel Lambert
Namur, Imep, samedi 27 février 2016

Les commentaires sont clos.