Hommage à la grande Martha

par

Read Full ReportMartha Argerich et ses amis
Œuvres (dans l’ordre) de Johannes BRAHMS (1833-1897), Robert SCHUMANN (1810-1856), Franz SCHUBERT (1797-1928), Ferdinand RIES 1784-1838), Joaquin TURINA (1882-1949), Béla BARTÓK (1881-1945), Claude DEBUSSY (1862-1918), Luis BACALOV (° 1933), Francis POULENC (1899-1963), Philip GLASS (° 1937) et Alberto GINASTERA (1916-1983)
Nathan BRAUDE (alto), Ilya GRINGOLTS (violon), Alexander MOGILEVSKI (piano), Lilya ZILBERSTEIN (piano), Mayu KISHIMA (violon), Akane SAKAI (piano), Paul MEYER (clarinette), Gautier CAPUÇON (violoncelle), Nicholas ANGELICH (piano), Andrey BARANOV (violon), Lyda CHEN (alto), Jing ZHAO (violoncelle), Enrico FAGONE (basse), Alissa MARGULIS (violon), Natalie MARGULIS (violoncelle), Jura MARGULIS (piano), Géza HOSSZU-LEGOCKY (violon), Stephen KOVACEVICH (piano, Eduardo HUBERT (piano), Sergio TIEMPO (piano), Karin LECHNER (piano), Giorgia TOMASSI (piano), Carlo Maria GRIGNOLI (piano), Alessandro STELLA (piano), Martha ARGERICH (piano), Orchestra della Svizzera Italiana, dir. : Alexander VEDERNIKOV
DDD–2016–68’ 55’’, 69’ 45’’et 79’ 57’’–Textes de présentation en anglais, allemand et français–Warner 0825646285495
Ces trois disques live ont été enregistrés durant les journées « Progetto Martha Argerich », qui se sont déroulées à Lugano en juin 2015. Il s’agissait alors de la quatorzième édition de ce festival de musique à nul autre pareil, réunissant autour de la pianiste argentine plus d’une vingtaine d’interprètes venus des quatre coins du monde, certains fort célèbres, d’autres au tout début de leur carrière. Mais contrairement à ce qu’on pourrait croire de prime abord, Martha Argerich ne joue pas elle-même toutes les œuvres inscrites à ce copieux programme allant de Franz Schubert à Philip Glass, en passant notamment par l’Argentin Luis Bacalov (il est né à Buenos Aires en 1933), qui s’est fait connaître en 1994 en signant la musique du film de Michael Radford Le Facteur (avec laquelle il a remporté un Oscar à Hollywood). L’œuvre de ce compositeur figurant ici est une sorte de concerto pour deux pianos et orchestre bizarrement intitulé Porteña Latitud 34° 36’ 30’’. Elle compte onze sections de facture classique, presque toutes très rythmées, ce qui, on le devine, convient à merveille au fougueux et désormais légendaire tempérament de Martha Argerich et à celui de son compatriote Eduardo Hubert, tous les deux dirigés par le chef russe Alexander Vedernikov, à la tête de l’Orchestra della Svizzera Italiano.
Les autres pièces jouées en partenariat par Martha Argerich sont les Six études canoniques op. 56 de Robert Schumann dans l’arrangement pour deux pianos réalisé par Claude Debussy en personne, les Variations D. 813 de Franz Schubert, le superbe Trio pour clarinette en la mineur op. 114 de Johannes Brahms, les Danses folkloriques roumaines de Béla Bartók et, pour finir, En blanc et noir de Claude Debussy, qu’elle interprète avec le pianiste américain Stephen Kovacevich et dont elle donne une version des plus impressionnistes. Petite curiosité dans cet ensemble très vivant : le Trio pour piano n° 2 en si mineur op. 76 de Joaquin Turina est, tout bonnement, une affaire de famille puisqu’il est joué par le pianiste russe Jura Margulis accompagné par ses deux sœurs, Alissa au violon et Natalia au violoncelle. Et on n’oubliera pas d’accorder une mention particulière aux deux jeunes pianistes argentins Sergio Tiempo et Karin Lechner, qui excellent dans leur interprétation de la magnifique et lumineuse Sonate pour deux pianos de Francis Poulenc, ce chef-d’œuvre si mal connu.
Jean-Baptiste Baronian

 

Les commentaires sont clos.