Le concert symphonique est-il l’avenir de la musique ? 

par

L’http://kataranne.com/what-happens-during-a-hookup/ a publié les chiffres de l’évolution de la fréquentation des concerts symphoniques. Le nombre de spectateurs est passé de 5,9 à 7 millions entre 2000/2001 et 2016/2017 ! Pendant ce temps, les spectateurs “live” de l’opéra ont baissé de 4,7 millions à 3,8 millions. Si bien évidemment, il faut ajouter à ces chiffres ceux qui suivent des retransmissions dans les cinémas ou en VOD, ces résultats étonnent ! 

Pendant longtemps, le concert symphonique faisait un peu figure de malade, victime de l’érosion et du non renouvellement des publics alors que l’opéra par son côté spectacle total parvenait à garder son public traditionnel et à charmer de nouvelles générations. 

Certes en Allemagne, pays temple des relectures avant-gardistes, le côté répétitif et souvent déjà vu de mises en scènes souvent gratuitement provocantes au détriment de la musique, a pu fâcher jusqu’aux tranches les plus fidèles du public. 

Du côté du concert, beaucoup d’institutions ont mené des projets innovants, qu’ils soient pédagogiques ou collaboratifs sans oublier la part de plus en plus grande des cinés-concerts. À ce titre, Simon Rattle, lors de son passage à la tête de la Philharmonie de Berlin a révolutionné tous ces aspects, hissant le niveau et l’ambition de ces “activités complémentaires” d’une programmation à un niveau de qualité inégalé. 

Par ailleurs, l’Allemagne a vu fleurir de nombreuses nouvelles salles de concerts au cours des 20 dernières années : si la Philharmonie de l’Elbe est le porte-drapeau de prestige de ce mouvement, il faut citer les salles de Dortmund, Bochum ou Essen, lieux de grandes qualités acoustiques et architecturales qui ont créé une dynamique. 

En Belgique, il faut saluer le succès du Brussels Philharmonic dans sa base emblématique de Flagey qui associe création contemporaine à une programmation de haute ambition, portée par le charisme de Stéphane Denève, son directeur musical. Dès lors quand ambition et qualité sont au rendez-vous, le public adhère ! 

La rentrée est également l’occasion de parler de quelques évolutions à venir pour Crescendo Magazine. Pour cette rentrée, Crescendo-Magazine inaugure une série d'entretiens avec des professionnels des métiers de la musique classique. Pour ce premier rendez-vous, vous pourrez lire les propos de Mathilde Serraille, bibliothécaire au Melbourne Symphony Orchestra. Outre le développement de nos podcasts, le mois d’octobre sera marqué par des changements. En attendant de vous les présenter le mois prochain, toute la rédaction vous souhaite une excellente rentrée avec le maximum de musiques.  

Crédits photographiques : Pixabay

Pierre-Jean Tribot

  

 

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.