Musiques mexicaines

par eatyourkimchi dating New Hampshire

Samuel ZYMAN (*1956) : Concerto para piano y orquesta
José ROLON (1876-1945) : El Festin de los Enanos-Concerto para piano y grande orquesta
Claudia CORONA (piano), Nuremberg Symphony, dir. : Gregor BÜHL
2013-DDD-58’ 33’’-Livret de présentation en allemand, anglais et espagnol-TYXart TXA 1 3024

Ainsi que le souligne Markus Bandur, qui signe les textes de présentation du présent CD, l’histoire de la musique mexicaine du XXe siècle est déterminée autant par « l’idéologie d’une musique nationale mexicaine que par les influences de la vie musicale européenne ». En écoutant les œuvres de Samuel Zyman et de José Rolon enregistrées ici, on s’en aperçoit fort bien -un syncrétisme plutôt réussi entre couleurs locales et classicisme, alors que, par contraste, chez des compositeurs mexicains de renom comme Silvestre Revueltas et Carlos Chavez, les couleurs locales sont beaucoup plus présentes et, forcément, beaucoup plus sensibles. La bonne, l’excellente surprise est sans conteste le Concerto pour piano et grand orchestre opus 42 de José Rolon dans sa version de 1935. Divisé en trois mouvements, il est captivant de la première à la dernière mesure et montre que José Rolon (en réalité José Rolon Alcaraz) est un compositeur doué, parfaitement maître de son art -un art qu’il a en partie perfectionné à la fin des années 1920 à Paris où il a suivi des cours de théorie de l’harmonie avec Nadia Boulanger et des cours de composition avec Paul Dukas en personne. Il donne l’impression de couler sous les doigts de Claudia Corona (qui est mexicaine, mais qui, de longue date, s’est établie en Allemagne), d’être fait pour jaillir du piano comme une source vive, limpide et lumineuse. Et si, dans trois ans, au prochain Concours Reine Elisabeth pour piano, un candidat téméraire inscrivait à son programme ce concerto de José Rolon ? On peut toujours rêver, non ?
Jean-Baptiste Baronian

Son 8 - Livret 6 - Répertoire 9 - Interprétation 9

 

Les commentaires sont clos.