Rencontre avec Thomas Dunford

par https://ubicaempleos.com/

Pour le premier enregistrement réalisé avec son ensemble Jupiter (créé en 2018), Thomas Dunford n'a cessé de récolter des éloges et des récompenses. Il est ainsi le récipiendaire d’un International Classical Music Award 2020. Eduardo Torrico du magazine espagnol Scherzo a réalisé une interview du musicien, l'un des luthistes les plus recherchés du moment. L'enregistrement publié par Alpha comprend des arias d'opéras et d'oratorios ainsi que des concertos d'Antonio Vivaldi. Dunford est entouré de deux de ses meilleurs amis et collaborateurs : la mezzo-soprano Lea Desandre et le claveciniste Jean Rondeau.

Quel effet cela fait-il de recevoir une distinction comme le prix de l'ICMA ?

La joie et la satisfaction à parts égales. Nous sommes également ravis de l'accueil que l'album a reçu en France, où il a été l'un des albums les plus vendus ces derniers mois. Notre intention est de faire découvrir la musique au plus grand nombre, et ce type de reconnaissance confirme que nous sommes sur la bonne voie.

C'est votre premier album avec votre ensemble 

Jupiter a été créé il y a un an et demi, en juin 2018. Après avoir collaboré avec différents groupes baroques et avec des personnes vraiment importantes dans la profession, et après m'être fait d'innombrables amis, comme Jean Rondeau ou Lea Desandre, j'ai pensé que le moment était venu d'avoir mon propre groupe, de pouvoir faire de la musique avec ces amis que j'apprécie vraiment en tant que personnes et avec lesquels j'aime jouer parce que nous nous comprenons merveilleusement bien et savons nous écouter.

En 2018, vous avez eu 30 ans. Avez-vous eu le sentiment que vous vieillissez et qu'il était temps d'avoir votre propre ensemble ?

Cela aurait pu avoir un rapport, oui, mais la vérité est que l'idée me trottait dans la tête depuis un certain temps.

Vous en êtes bien sûr le directeur, mais dans quelle mesure les opinions ou les décisions de Jean Rondeau ou de Léa Desandre vous influencent-elles lorsque vous interprétez la musique ?

Très sensiblement ! Et pas seulement celles de Jean et Léa, mais aussi celles de tous les membres du groupe. Je suis le directeur artistique et cela m'oblige à prendre les principales décisions mais d'une certaine façon, c'est un travail très consensuel. Lea, par exemple, m'aide beaucoup, elle est très impliquée dans tous les aspects, surtout pour le chant. Je pense que s'il y a une chose qui nous caractérise, c'est que nous travaillons comme un vrai groupe de chambre sur scène et hors scène, ce qui nous enrichit tous. J'ai besoin du soutien de mes collègues, car il faut écouter beaucoup de musique et voir beaucoup de partitions, et en raison de mon activité avec d'autres groupes, je dois gérer mon temps avec soin. Même si, pour moi, la musique n'est pas un travail.

Et pourquoi Vivaldi pour le premier CD ?

Au fond, parce que c'est une musique pleine de spontanéité et qui s'adapte à ce que je disais tout à l'heure, à savoir s'écouter les uns les autres, à pouvoir donner libre cours à notre énergie... Je connais un bon nombre de concertos de Vivaldi, mais je voulais jouer, en tant que luthiste, ceux dans lesquels le luth joue un rôle important, notamment le Concerto pour luth en ré majeur RV 93. Je voulais pouvoir les jouer comme je vois ces concertos, et non comme un autre chef d'orchestre les verrait. J'ai toujours pensé que la musique baroque est très moderne, contrairement à ce que pensent peut-être la plupart des mélomanes, qui voient cette musique comme quelque chose de trop classique et de trop conservateur. Je pense qu'elle est pleine de vie et de contrastes, et Vivaldi est le meilleur exemple de la façon dont on peut la remplir de couleurs, comme un peintre assis devant une toile encore vierge. Pour nous, cette toile vierge est juste le moment où nous allons commencer à jouer... Nous avons tous des couleurs à apporter dans le groupe et nous sommes tous prêts à les mettre sur la toile. Cette façon d'aborder cette musique est quelque chose que les gens aiment. Ce n'est pas parce que je le dis, mais à cause des commentaires de ceux qui assistent à nos concerts. "Nous pensions que cette musique était ennuyeuse, mais aujourd'hui nous avons découvert qu'elle est merveilleuse", nous disent-ils. Nous ressentons pendant le concert la communion qui s'établit avec le public. Et c'est la magie de la musique. Il y avait beaucoup de choix, bien sûr, mais je pense que la décision de commencer avec Vivaldi était la bonne.

Cet album est très varié, car il contient des airs d'opéra, des airs de l'oratorio Juditha Triumphans, un air du Nisi Dominus et, enfin, des concertos. Non seulement le concerto pour luth, mais un pour basson et un autre pour violoncelle. Comment avez-vous sélectionné les œuvres ?

J'ai évidemment choisi le concerto pour luth, car, comme je l'ai dit, je l'avais en tête depuis longtemps. J'ai choisi le concerto pour basson parce que j'ai pensé à Peter Whelan, qui est un vieil ami. Et comme le groupe comprend Bruno Philippe, qui est un violoncelliste exceptionnel, nous avons ajouté un des concertos que Vivaldi a composés pour cet instrument. Léa a eu beaucoup à dire dans le choix des arias, mais nous avions auparavant consulté les autres membres du groupe pour voir lesquelles pourraient être les plus brillantes. Ceux qui écoutent l'album verront que ces airs sont tous très différents les uns des autres.

Elles ont quelque chose en commun : une difficulté technique extraordinaire pour le chanteur.

Oui, mais Léa est capable de les affronter avec les plus grandes garanties car elle a beaucoup chanté la musique de Vivaldi lorsqu'elle étudiait à Venise avec Sara Mingardo. Il est vrai qu'elles sont extraordinairement difficiles et que tous les chanteurs ne peuvent pas les chanter parfaitement, mais ce n'est pas le cas de Léa, qui est passionnée par la musique de ce compositeur. Elle travaille sans problème dans cette colorature complexe que la partition exige. J'écoute Agitata da due venti et la première chose que je me dis est : "Il n'y a pas d'être humain capable de chanter cela". Mais ensuite, vous écoutez Lea et tout ce qu'elle contient vient naturellement. Et il en va de même pour l'aria Armatae face et anguibus de Juditha Triumphans.

Je suis surpris qu'elle ait inclus un autre air de cet oratorio, Veni, veni me sequere fida, essentiellement parce qu’il requiert un châle, qui est un instrument très inhabituel.

C'est une pièce merveilleuse. Et la couleur du châle est incroyable. Le son me rappelle une colombe, une « tortorella », comme dirait un Italien. J'aime le son de cet instrument, bien que la vérité soit que, jusqu'à l'enregistrement de l'album, nous ne l'avions jamais utilisé dans nos concerts, principalement pour des raisons économiques.

Revenons au concerto pour luth. J'en ai entendu des dizaines de versions et la vôtre est complètement différente de toutes les autres. Je veux dire que c'est une lecture simple, sans fioritures, qui, à mon avis, se rapproche le plus possible de ce que Vivaldi avait l'intention de dire lorsqu'il a écrit ce concerto.

Les ornements viennent quand ils doivent venir. Si vous y pensez trop, elles n'ont pas beaucoup de sens car vous ôtez à la musique son caractère naturel. Dans un concert, je me sens comme un musicien de jazz, dans le sens où j'improvise en fonction de ce que, à mon avis, la musique exige à chaque instant. Si vous lisez la partition de ce concerto pour luth, vous verrez que tout y est. C'est probablement l'un des concertos les plus purs que Vivaldi ait jamais écrit. La joie qui se dégage des premier et troisième mouvements ne nécessite aucune « décoration » supplémentaire. Et le sentiment de calme du deuxième mouvement ne doit être perturbé par rien.

Avez-vous déjà un plan pour le deuxième album de Jupiter ?

Oui mais, en fait, il y en aura deux. Nous allons faire Monteverdi, un spectacle que nous avons déjà mis en scène, avec des madrigaux des sixième, septième et huitième livres, et avec Patrizia Ciofi, Lea Desandre, Mélodie Ruvio, Marc Mauillon, Cyril Auvity et une excellente basse appelée Nicolas Brooymans, ainsi que le même groupe d'instrumentistes que pour le CD Vivaldi. Le deuxième album sera le premier récital officiel de Léa, et je pense que le thème n'a jamais été abordé : une musique dans laquelle les Amazones guerrières sont les protagonistes. La plupart des pièces que nous allons inclure dans ce récital n'ont jamais été enregistrées, ce qui est surprenant, car il existe de nombreux opéras qui traitent des Amazones.

Crédits photographiques : www.thomas-dunford.com

Propos receuillis par Eduardo Torrico pour le magazine Scherzo. Traduction et adaptation : Crescendo Magazinz 2020.

Crédits photographiques : Julien Benhamou

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.