Mots-clé : Dmitri Tcherniakov

Bayreuth : la vengeance de H. 

par

Richard Wagner (1813-1883) : Der fliegende Holländer. Mise en scène et décors : Dmitri Tcherniakov ; Costumes : Elena Zaytseva ; dramaturgie :  Tatiana Werestchagina. Georg Zeppenfeld, Daland ; Asmik Grigorian, Senta ; Erik Cutler, Erik ; Marina Prudenskaya, Mary ; Attilio Glaser, Der Steuermann ; John Lundgren, Der Höllander. Chœur de festival de Bayreuth, chef des chœurs : Eberhard Friedrich. Orchestre du festival de Bayreuth, direction : Oksana Lyniv. Réalisation : Andy Sommer.  Formats images : 1080i: High Résolution 16:9 (BD) & NTSC Couleur 16:9. Formats sons : PCM Stereo, DTS-HD Master &Audio 5.0 (BD). Toutes les régions. Menu anglais. Sous-titres : allemand, anglais, français, espagnol et coeéen. Durée : 148’’ . 1 coffret DGG de 1 Blu-Ray et 1 DVD. 00440 073 6174. 

Carmen-Thérapie à Luxembourg

par

Au Grand Théâtre de Luxembourg, si la Carmen de Bizet, magnifiquement servie par ses interprètes, a encore imposé les envoûtements de sa partition, sa « représentation », elle, mérite quelques réflexions.

Voilà une partition qui, depuis sa création en 1875 (même si ses premiers jours furent difficiles), ne cesse de fasciner encore et encore des publics de partout. Cette saison, elle fera l’objet de 89 productions et sera représentée 547 fois ! Fascination pour son héroïne évidemment. Fascination aussi pour sa partition : entendre Carmen, c’est en retenir les airs et les retrouver à l’instant, quelques notes suffisent. A Luxembourg, elle a été musicalement très bien servie. Eve-Maud Hubeaux a été une excellente incarnation vocale de la redoutable gitane : séductrice, amoureuse, agressive, libre dans les notes qui la définissent. Epanouie. Michael Fabiano a peu à peu (c’est lié au concept de la mise en scène) manifesté la sidération de Don José, la façon dont il bascule dans une folie amoureuse inexorable. On regrettera peut-être alors qu’il « passe trop en force », notamment dans le duo final où il couvre la voix de sa partenaire. Anne-Catherine Gillet, quelles que soient les apparences qu’« on » a imposées à sa Micaëla, a justement exprimé toute la tendresse d’un amour « ordinaire », raisonnable. L’Escamillo de Jean-Sébastien Bou nous a paru un peu en retrait. Louise Foor (Frasquita), Claire Péron (Mercédes), Jean-Fernand Setti (Zuniga), Pierre Doyen (Moralès), Guillaume Andrieux (le Dancaïre) et Enguerrand de Hys (le Remendado) ont été leurs « comparses » bienvenus. Dans la fosse, José Miguel Pérez-Sierra a prouvé, avec l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, qu’il maîtrisait sa Carmen. Une mention particulière pour l’ensemble choral Aedes, intense présence.

Dmitri Tcherniakov revisite Eugene Oneguin

par

Pyotr Ilyich TCHAÏKOVSKI (1840-1893) : Eugene Oneguin. Mariusz Kwiecien, Tatiana Monogarova, Margarita Mamsirova, Andrey Dunaev, Makvala Kasrashvili, Anatolij Kotscherga, Valery Gilmanov ; Chœurs et Orchestre du Théâtre du Bolchoï, sous la direction d’Alexander Vedernikov. Mise en scène : Dmitri Tcherniakov. 2019. Livret en français, anglais et allemand. 150.00 (+ Bonus de 26.00). 2 DVD Bel Air BAC 246. 

Le Conte du Tsar Saltane à La Monnaie. Quel chef !

par

Emerveillement des yeux ! On n’oubliera pas ce que l’on a vu ! Avec d’abord le surgissement, par la salle, de personnages en costumes étonnants (Elena Zaytseva), figures de jeux de cartes, matriochkas, illustrations des livres de contes de notre enfance. C’est inventif, c’est coloré, c’est somptueux. Avec soudain, sur et derrière une immense toile, l’apparition peu à peu dessinée et coloriée d’un paysage, d’une ville, d’animaux, de personnages, d’images animées. Le héros traverse la toile et trouve sa place dans le décor dessiné, une femme-cygne y apparaît. On est ailleurs.

Dans un conte traditionnel, dans l’histoire d’une pauvre jeune femme trahie par ses sœurs et leur tante, condamnée à l’exil avec son fils, récompensée par un cygne-princesse (séduisante Olga Kulchynska) sauvé des griffes d’un rapace, jusqu’à ce que justice soit faite.