Mots-clé : Lang Lang

Rencontre avec Lang Lang

par

Il est l’une des rares stars mondiales de la musique classique. A 41 ans le pianiste Chinois est en Europe pour des concerts et pour la promotion de son dernier album consacré à Saint-Saëns et à la musique française. Il s’entretient avec Nicola Catto, Rédacteur en chef de la revue Musica et Secrétaire général du Jury des ICMA, en prélude à des concerts à Rome et Milan.  

Notre dernière interview remonte à l'automne 2014, lorsque vous avez donné une masterclass à Turin. À quel point Lang Lang a-t-il changé en tant qu'homme et musicien au cours de ces dix années ? 

Cela fait déjà si longtemps ? Laissez-moi réfléchir à ce que j'ai fait au cours des dix dernières années.  Tout d'abord, je suis maintenant père d'un garçon de trois ans. Je me suis marié et j'ai aussi joué les Variations Goldberg, qui sont presque aussi importantes ! Et je pense que mon approche de la musique est probablement très différente aujourd'hui : j'ai essayé beaucoup de nouvelles choses, en termes de répertoire. Mais, en fin de compte, l'amour de la musique est resté le même : c'est plutôt la curiosité qui est plus grande qu'il y a dix ans. Et le fait d'avoir une famille m'a rendu plus terre-à-terre, je dirais. Je suis un père, je suis un homme plus mûr.

Vous avez dû interrompre votre carrière pendant de nombreux mois à cause d'une tendinite. Avez-vous repensé, après ce problème, votre jeu, votre technique, votre répertoire ? 

Je ne sais pas. En fait, je l'ai déjà oublié, parce que cinq ans ont déjà passé et maintenant je suis complètement revenu à ce que j'étais avant, physiquement parlant. J'ai perdu un peu de temps, j'y ai beaucoup pensé pendant plus d'un an, mais la vie est redevenue normale.

Votre épouse Gina Alice Redlinger est également pianiste et elle joue un rôle important dans ce dernier enregistrement. Comment se passe votre relation artistique ? Vous aidez-vous mutuellement ?

Je n'utiliserais pas le terme d'aide : c'est quelque chose de plus. Deux pianos et deux pianistes ne fonctionnent que s'ils se soutiennent mutuellement : bien sûr, étant mariés, il est plus facile de trouver une meilleure connexion entre nous. Nous nous inspirons mutuellement : vous pouvez l'entendre dans les morceaux de ce dernier album. D'autre part, Gina Alice est également auteur-compositeur, une musicienne très créative. Elle ne se contente pas de jouer, elle écrit aussi des chansons : je pense qu'elle a probablement apporté un peu de cet aspect à ce projet.

Parlez-nous de votre dernier double album avec le Concerto pour piano n°2 et le Carnaval des animaux ainsi qu’une série de pièces à deux et quatre mains : il vient après deux projets très différents, comme celui consacré aux chansons de Disney et, avant cela, les Variations  Goldberg de Bach ?

J'ai toujours voulu faire un album en français, mais cela n'a jamais été possible. Ce n'est pas facile non plus : les gens identifient souvent la musique française exclusivement aux compositeurs impressionnistes, Debussy, Ravel. Je cherchais une musique virtuose, romantique, différente : c'est pourquoi j'ai été très prudent avec ce projet. Parce que si vous écoutez un enregistrement de deux heures avec uniquement de la musique impressionniste, c'est un peu trop "léger". C'est comme si on ne mangeait que des amuse-bouches pendant deux heures ! Il fallait, en somme, un plat de résistance : que j'ai identifié précisément dans le Concerto n°2 de Saint-Saëns, l'une de mes partitions  préférées, que je n'avais jamais jouée avant septembre 2021 pour diverses raisons ! La possibilité de l'enregistrer était en quelque sorte la réalisation d'un rêve : et j'ai immédiatement pensé l'enregistrer avec le Carnaval des animaux. Et aussi des pages de Ravel, Debussy, Fauré.

Lang Lang  au Grimaldi Forum de Monte-Carlo

par

Ce récital de la star mondiale Lang Lang ne fait pas partie de la programmation des institutions musicales monégasques, il s’agit d’un concert proposé par une société de production qui organise des tournées d’artistes comme Elton John ou David Hallyday. Le Grimaldi Forum et ses 1800 places ont été loués à cet effet. D’emblée le ton est donné ! 

En dépit d’un prix des places très élevé, la salle de concert était complète pour ce programme très classique avec les Variations Goldberg de Bach telle une tournée de promotion mondiale consacrée à son dernier album pour DGG qui propose ce même cycle. 

Avec 20 ans de carrière, Lang Lang se sent assez mature pour se lancer à l’assaut de ce qui constitue l’Everest de la musique classique : Jean-Sébastien Bach. En programmant les Variations Goldberg, il met à jour un travail qui lui a pris près de 27 ans  pour en livrer une version lente, presque mystique, qui s’approche comme une promenade intérieure.

L’artiste du XXIe siècle peut-il être hors connexion ?

par

Les réseaux sociaux ont pris dans le monde de la musique classique une part non négligeable pour soutenir une visibilité et entretenir une notoriété. Mais un cas particulier est intéressant car complètement à rebours des pratiques en vogue : Kirill Petrenko, directeur musical désigné de l’Orchestre Philharmonique de Berlin. En effet, le chef russe est arrivé au pupitre de la philharmonie par des chemins détournés. Loin des Karajan ou Abbado, rois des marchés du disque et stars mondiales de la musique classique ou d’un Simon Rattle parangon des projets communautaires et pédagogiques, Petrenko a fait une carrière prestigieuse à l’ancienne mais sans les attributs de la star de la musique classique. Il a gravi pas à pas les marches du métier en se concentrant sur l’opéra, parvenant jusqu’à la direction de l’Opéra de Bavière à Munich. Son legs discographique officiel (on trouve sur Youtube une belle quantité d’enregistrements de concerts piratés sans vergogne !) se limite à un coffret d’oeuvres de Josef Suk enregistrées lors de son passage au pupitre de l’Orchestre du Komische Oper Berlin pour le valeureux mais modeste label allemand CPO. De plus, il fuit toutes les interviews et il est volontairement absent des réseaux sociaux !

Musique sans images

par

Howard SHORE
(° 1946)
Ruin & Memory–Mythic Gardens
Lang LANG (piano), Sophie SHAO (violoncelle), The China Philharmonic Orchestra, dir. : Long YU ; 21th Century Chamber Orchestra, dir. Ludwig WICKI
DDD–2016–53’ 34’’–Textes de présentation en anglais, français et allemand–Sony 88985348732