A quel titre ? Die Entführung aus dem Serail à Luxembourg

par

En janvier 2020, dans ces pages, Paul-André Demierre rendait compte de sa perplexité à la découverte de la façon dont Luk Perceval avait (mal)traité, au Grand-Théâtre de Genève, L’Enlèvement au Sérail de Mozart. Une bronca, plutôt rare en ces paisibles lieux genevois, avait marqué la fin de la représentation le soir de la première. Cette production fait étape au Grand Théâtre de Luxembourg. Elle a connu quelques changements de distribution, et c’est l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg qui est cette fois dirigé par Fabio Biondi.

Ayant vu et revu cette production, je voudrais, en tant que « consommateur culturel », m’insurger contre une façon de faire qui pourrait s’apparenter à de la « tromperie sur la marchandise ». En effet, ce qui est annoncé, c’est L’Enlèvement au Sérail de Mozart. Ce que l’on découvre sur le plateau, c’est une appropriation, qui plus est, radicale de cette œuvre.

Qu’on en juge : dans ce singspiel, tous les passages parlés du livret de Johann Gottlieb Stephanie ont été éliminés et remplacés par des extraits du « Mandarin miraculeux », un roman d’Asli Erdogan, une auteure turque en exil radicalement opposée au régime de son pays natal. Ainsi privée des informations que fournissaient les dialogues parlés, le Pacha Selim ayant été éliminé (un spectateur découvrant l’œuvre ne peut la comprendre), les chanteurs étant doublés par des comédiens âgés disant les textes d’Erdogan, la partition, elle aussi, a été revue : trois duos ont été supprimés, on y a inséré quelques séquences d’Ascanio in Alba, et le chant conclusif de louange à l’humanisme, effacé, est remplacé par An die Hoffnung, un lied d’une tout autre tonalité.

On reconnaît là des libertés que s’octroient régulièrement des metteurs en scène désireux de régénérer, actualiser, réveiller, déringardiser les partitions auxquelles ils s’attaquent. Qu’on ne me taxe pas, manichéennement, de ringardise : certaines de ses appropriations sont en effet parfois plus que bienvenues. 

Non, ce qui m’exaspère en l’occurrence, c’est que cette « relecture » n’est pas annoncée ! Ainsi, par exemple, pas mal de parents, soucieux de développer la culture de leur progéniture, pourraient se dire que cet Enlèvement constitue une excellente introduction à l’univers lyrique qui a leur prédilection…

Dans un cas pareil, il conviendrait simplement d’annoncer la couleur : « D’après L’Enlèvement au sérail », « Variation sur L’Enlèvement au Sérail », « L’Enlèvement au Sérail revisité », etc. C’est ce qu’a fait le si regretté Peter Brook avec ses La Tragédie de Carmen ou Une Flûte enchantée. C’est ce qu’Aurore Fattier fait ces jours-ci au Théâtre de Liège avec sa Hedda – variation contemporaine d’après l’Hedda Gabler d’Ibsen. Il n’y a pas « « tromperie sur la marchandise ».

Je ne m’étendrai pas ici sur la relecture de Luk Perceval, sinon pour dire qu’elle ne m’a pas convaincu : on y perd L’Enlèvement, on n’y trouve pas Asli Erdogan.

On me fera remarquer qu’à l’opéra, quelles que soient les péripéties d’une mise en scène, il y a toujours la musique et les voix. Oui, bien sûr, mais dans ce cas précis, les interprètes, quelles que soient leurs qualités, sont cesse bloqués dans leur élan par le silence et l’immobilité que leur imposent les parties parlées confiées à d’autres.

N’empêche, et c’est une consolation, Mozart, même ainsi (mal)traité, reste un bonheur.

Stéphane Gilbart

Grand Théâtre de Luxembourg, le 27 septembre 2022


Crédits photographiques : Carole Parodi

 

5 commentaires

  1. Avatar
    Delattre

    voila ce que j ai écrit au théâtre

    Bonjour

    Enlèvement au Sérail samedi soir

    Je pense sincèrement qu’au moins 15% du prix des deux billets que j’ai achetés pour la représentation de samedi soit de l’Enlèvement au Sérail devrait m’être remboursé.

    L’opéra était tronqué d’à peu près 15% notamment sur la fin, et ce n’était même pas en fait l’opéra de Mozart contrairement au titre trompeur qui l’annonçait.

    Evidemment je ne parle pas de la réparation du préjudice moral subi consistant à nous faire assister en direct à la vandalisation prétentieuse d’une œuvre inscrite au patrimoine de l’humanité.

    Si je ne souhaite évidemment pas réellement ce remboursement, mais j’aurais naïvement souhaité au moins que la teneur de mon mail soit transmis à la direction du théâtre.

    Très cordialement et j’espère à bientôt pour une représentation mieux réussie comme c’est heureusement souvent le cas.

    Philippe DELATTRE

  2. Avatar
    Bruno Rossignol

    Tout à fait d’accord avec cette critique. Une très grande déception devant cette mise en scène prétentieuse et affligeante.

  3. Avatar
    Doucet

    Quelle tartuferie !
    J'ai vécu ce qui est écrit ci-dessus: Surpris et désagréablement...
    Amoureux d'art lyric, je n'y ai pas trouvé mon salaire.
    De plus, à mon sens, la qualité du travail est discutable.
    Ce n'est pas une surprise, mais bien une tromperie volontaire, faisant partie du projet médiocrement revendicatif.
    Les artistes seraient plutôt bons, c'est l'œuvre délivrée qui est médiocre.
    Ça arrive de passer une mauvaise soirée. Un pouillé fuisse m'a réconforté, Dieu merci.

    • Avatar
      Delattre

      Bonjour

      Enlèvement au Sérail samedi soir

      Je pense sincèrement qu’au moins 15% du prix des deux billets que j’ai achetés pour la représentation de samedi soit de l’Enlèvement au Sérail devrait m’être remboursé.

      L’opéra était tronqué d’à peu près 15% notamment sur la fin, et ce n’était même pas en fait l’opéra de Mozart contrairement au titre trompeur qui l’annonçait.

      Evidemment je ne parle pas de la réparation du préjudice moral subi consistant à nous faire assister en direct à la vandalisation prétentieuse d’une œuvre inscrite au patrimoine de l’humanité.

      Si je ne souhaite évidemment pas réellement ce remboursement, mais j’aurais naïvement souhaité au moins que la teneur de mon mail soit transmis à la direction du théâtre.

      Très cordialement et j’espère à bientôt pour une représentation mieux réussie comme c’est heureusement souvent le cas.

      Philippe DELATTRE

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.