Mots-clé : Fabio Biondi

Fabio Biondi rend hommage à Vivaldi et à ses élèves orphelines

par

Antonio VIVALDI (1678-1741) : Concerti per La Pietà : Concerto per due violini, RV 513 ; Concerto per violino « per la Signora Chiara », RV 222 ; Concerto per violino, organo e violoncello, RV 554a ; Concerto per viola d’amore, liuto ed archi, RV 540 ; Concerto per archi ripieno, RV 152 ; Concerto per violino « per Anna Maria », RV 349. Europa Galante, Fabio Biondi, violon solo et direction. 2020. Livret en anglais, en français et en allemand. 71.04. Glossa GCD 923414.

A Genève, un Enlèvement au Sérail défiguré 

par

Sur un plateau tournant se dresse une gigantesque cage à bois ajouré, flanquée d’une tour ; jeunes et vieux ne cessent de courir sans raison apparente, tandis que Fabio Biondi et l’Orchestre de la Suisse Romande attaquent le Presto dans l’Ouverture de Die Entführung aus dem Serail ; mais sur la musique de l’Andante intervient un comédien débitant un propos incriminant l’isolement du visiteur étranger dans une ville (suivez mon regard…) où l’argent des banques fait la loi. Du fond du parterre, un spectateur excédé s’écrie : « Et Mozart ? ». Que lui dire puisque le metteur en scène Luk Perceval et son team (Philipp Bussmann pour la scénographie, Ilse Vandenbussche pour les costumes, Mark Van Denesse pour les lumières) ont jugé le livret de Johann Gottlieb Stephanie d’une alarmante insuffisance ?

Aussi tarabiscoté qu’il soit, un tel texte s’inscrit dans une époque déterminée que le spectateur d’aujourd’hui considère avec le recul nécessaire. Tout bibliophile, amateur de bandes dessinées d’autrefois, ne procède-t-il pas de manière identique avec un album comme Tintin au Congo qu’il feuillette avec plaisir sans trop se préoccuper des connotations racistes de l’intrigue ? Dans le cas présent, plutôt que de réécrire les dialogues, le régisseur recourt à un roman, Le Mandarin miraculeux, rédigé en 1996 par Asli Erdögan, première étudiante turque dans le domaine de la physique au CERN et farouche opposante au régime de son pays natal. Donc, sur scène, quatre des chanteurs sur cinq sont doublés par un acteur plus âgé qui parle de sa solitude et du passage de vie à trépas. Mais rapidement l’on bute sur un problème : chacun de ces monologues, parfois difficiles à comprendre tant les micros faciaux sont de mauvaise qualité, n’a aucun rapport avec l’ouvrage de Mozart dont a été conservé fallacieusement le titre. N’y a-t-il pas une imposture par rapport au produit que l’on a accommodé au goût du jour, en organisant force défilés de contestation avec drapeaux blancs, que côtoie un Osmin acteur en chaise roulante mais à la libido effervescente, propulsé dans les extrémités de scène par son double chantant ? Comment ne pas se sentir grugé lorsque la partition que l’on vous présente a été modifiée selon les exigences de la relecture avec, sur les vingt-et-un numéros existants, trois ‘Duetten’ qui passent à la poubelle et un Finale modifié qui incorpore ‘An die Hoffnung’, un lied pour voix de soprano K 390 et quelques séquences dansées extraites d’Ascanio in Alba ?

Curiosité opératique

par

Antonio CALDARA (c.1671 - 1736)
Morte e sepoltura di Christo
Maria Grazia SCHIAVO (Maria Maddalena), Silvia FRIGATO (Maria di Giacobbe), Martina BELLI (Giuseppe d'Arimatea), Anicio ZORZI GIUSTINIANI (Nicodemo), Ugo GUAGLIARDO (Centurione), STAVANGER SYMPHONY ORCHESTRA, Fabio BIONDI violon et dir.
2014-DDD-2 CD-124'37-Texte de présentation en français, anglais, allemand-texte en italien et anglais-chanté en italien- GLOSSA GCD 923403