Alors on danse ?

par read this

Bela Bartok (1881-1945) : Romanian Folk Dances op.7
Antonin Dvorak (1841-1904) : Slavonic Dance op.46 n°1 - Humoresque op.101n°7
Zoltan Kodaly (1882-1967) : Adagio - Three Hungarian Dances
Ernest Bloch (1880-1959) : Abodah (a Yom Kippur Melody)
Johannes Brahms (1833-1897) : from hungarian Dances
Astor Piazzolla (1921-1992) : from Histoire du Tango
Ladislav Kupkovic (b. 1936) : Souvenir
Cécile Huijnen, violon, Marieke Grotenhuis, accordéon
2015 - Super Audio CD – 55'14'' – Livret de présentation en anglais – Challenge Classics CC72683

C'est la danse qui est le fil conducteur de l'enregistrement proposé par le duo Huijnen et Grotenhuis. La danse mais aussi les compositeurs classiques, dans le sens large du terme, qui ont puisé leur inspiration dans leur terreau national. Comme leurs patronymes le suggèrent, ces deux dames sont originaires des Pays-Bas. La violoniste Cécile Huijnen a étudié avec Davina van Wely and Jaap van Zweden. Elle développe une carrière intéressante dans son pays et elle est concert master de « Het Gelders Orkest ». Marieke Grotenhuis a étudié l'accordéon à Rotterdam. Concertiste reconnue, elle est très active dans le domaine de la musique contemporaine et elle est dédicataire de plusieurs œuvres. Elle est professeur d'accordéon au Conservatoire d'Amsterdam et elle est la directrice artistique du Bach Festival de Dordrecht. Le programme de ce CD est bien balancé, diversifié et festif. L'accordéon y trouve sa place. Notons les danses roumaines de Bartok qui fonctionnent tout particulièrement avec cet instrument. Globalement, on écoute ce disque avec plaisir ; le duo est séduisant tout comme le répertoire. Huijnen joue avec une sonorité brillante, une justesse remarquable et elle fait preuve d'une grande virtuosité bien servie par Marieke Grotenhuis. On pourrait cependant attendre plus d'audace dans les transcriptions et dans les arrangements où l'accordéoniste reste un peu trop accompagnatrice. On apprécie l'énergie dans les danses hongroises de Brahms mais il manque le dernier coup de rein dans le tempo pour vraiment mettre le feu !
Michel Lambert

Son 9 – Livret de présentation 8 – Répertoire 10 – Interprétation 8,5

Les commentaires sont clos.