Audio&Vidéo

Les nouveautés sur supports audios et vidéos

Bells - la touche éclectique d’Anthony Romaniuk

par

Béla Bartók (1881-1945), Johann Sebastian Bach (1685-1750), Claude Debussy (1862-1918), György Ligeti (1923-2006) William Byrd (1539-1623) George Crumb (*1929), Ludwig van Beethoven (1770-1827), Federico Mompou (1893-1987), Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Chick Corea (*1941), Jean-Philippe Rameau (1683-1764), Anonyme (c. 1300, Flandre), Henry Purcell (1659-1695), Dmitri Shostakovich (1906-1975). Anthony Romaniuk; piano, pianoforte, clavecin et Fender Rhodes. Avril 2019 - 77'49’’ - livret en anglais et français - CD – Alpha Classics/Outhere Music - ALPHA631.

Cendrillon de Massenet en DVD :  Fiona Shaw met en scène la question de l’identité 

par

Jules MASSENET (1842-1912) : Cendrillon, conte de fée en quatre actes. Danielle de Niese (Cendrillon) ; Kate Lindsey (Le Prince charmant) ; Lionel Lhote (Pandolphe) ; Nina Minasyan (La Fée) ; Agnes Zwierko (Madame de la Haltière) ; Eduarda Melo (Noémie) ; Julie Pasturaud (Dorothée) ; The Glyndebourne Chorus ; Orchestre Philharmonique de Londres, direction John Wilson. 2019. Notice et synopsis en anglais. Sous-titres en anglais, français, allemand, japonais et coréen. 148.00.  DVD ou Blu Ray  Opus Arte 0A1303D.

Le Postillon de Lonjumeau d’Adolphe Adam, éblouissante première en DVD

par

Adolphe ADAM (1803-1856) : Le Postillon de Lonjumeau, opéra-comique en trois actes. Michael Spyres (Chapelou/Saint-Phar) ; Florie Valiquette (Madeleine/Madame de Latour) ; Franck Leguérinel (Le Marquis de Corcy) ; Laurent Kubla (Biju/Alcindor) ; Michel Fau (Rose) ; Yannis Ezziadi (Louis XV) ; Julien Clément (Bourdon) ; Chœur Accentus ; Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, direction Sébastien Rouland. 2019. Notice en anglais et en français. Synopsis en anglais et en français. Sous-titres en français, anglais, allemand, japonais et coréen. 137.00. Naxos 2.110662. Aussi disponible en Blu Ray.

Subtile interprétation de pages pour violon et orchestre de Vieuxtemps

par

Henri Vieuxtemps (1820-1881) : Fantaisie « Souvenir de Russie » opus 21 ; Old England opus 42 ; Duo brillant opus 39 ; Andante et Rondo opus 29 ; Variations sur un thème de Il Pirata de Bellini opus 6 ; Hommage à Paganini opus 9. Reto Kuppel, violon. Kirill Bogatyrev, violoncelle. Marcus Bosch, Orchestre philharmonique du Qatar. Février-mars 2019. Livret en anglais et allemand. TT 65’55. Naxos 8.573993

Le Requiem glagolitique d’Igor Kuljerić , un cri de souffrance et d’espoir

par

Igor Kuljerić  (1938-2006) : Requiem croate glagolitique. Jakov Gotovac (1895-1982) : Hymne à la liberté. Kristina Kolar, soprano ; Annika Schlicht, mezzo-soprano ; Eric Laporte, ténor ;  Ljubomir Puškarić, baryton ; Chœur des Bayerischen Rundfunks ; Orchestre de la Radio de Munich, direction : Ivan Repušić. 2019-2020. Livret en anglais et en allemand. Textes du Requiem en slavon, avec traduction en allemand et en anglais. 61.20. BR Klassik 900331.

Verdi par Ildar Abrazakov

par

Giuseppe Verdi (1813-1901) : airs d'opéra.  Ildar Abrazakov, basse ; Rolando Villazon,  ténor : Choeur et orchestre métropolitain de Montréal, Yannick Nézet-Seguin. 2019-71’11-présentation en anglais et allemand-textes en italien, anglais et allemand- chanté en italien-DG48336096

Trois albums de concertos de Penderecki pour le label Dux…  qui n’oublie pas Bacewicz 

par

Grazyna BACEWICZ (1909-1969) : Concerto pour violoncelle et orchestre n° 2. Krzysztof PENDERECKI (1933-2020) : Concerto pour violoncelle et orchestre n° 2. Roman Jablonski, violoncelle ; Grand Orchestre Symphonique de la Radio et de la Télévision polonaises : Jerzy Katlewicz et Tadeusz Strugała .1984 et 1996. Livret en anglais et en polonais. 53.20. Dux 1605.

Maîtrise et émotion avec Daniel Rowland et Maja Bogdanovic

par

Pas de Deux. Musique pour violon et violoncelle du 20ème siècle. Jean SIBELIUS (1865-1957) : Water Droplets ; Krzysztof PENDERECKI (1933-2020) : Chaconne, In memoriam Giovanni Paolo II ; Peteris VASKS (né en 1946) : Castillo interior ; Claude DEBUSSY (1862-1918) : La sérénade interrompue, extrait des Préludes, Livre 1, n° 9 ; Maurice RAVEL (1875-1937) : Sonate "à la mémoire de Claude Debussy" ; Giovanni SOLLIMA (né en 1962) : Heimat Terra ; Marcelo NISINMAN (né en 1970) : Die Albträume des Todes ; Astor PIAZZOLLA (1921-1992) : 3 Tangos : S.V.P. - Tzigane tango - Preparense. Daniel Rowland, violon, Maja Bogdanovic, violoncelle.  2020, Livret en anglais,  71'13   CHALLENGE CLASSICS  CC72833

Anton Bruckner, les symphonies (n°7 à n°9) : analyse et orientations discographiques 

par

Suite et fin de la publication de l’article rédigé par Harry Halbreich en 1996 sur les Symphonies de Bruckner (lire ici et ici les deux précédents textes). Cette dernière étape est consacrée aux Symphonies n°7 à n°9. Si le texte d’analyse est publié tel quel, la discographie des symphonies de Bruckner, qui s’est particulièrement développée au cours des 30 dernières années, a été actualisée par Bertrand Balmitgere et Christophe Steyne sous la coordination de Pierre-Jean Tribot.

Symphonie n°7 en mi majeur

Ce fut la Septième Symphonie qui apporta enfin la consécration internationale au compositeur sexagénaire à la suite de sa sensationnelle création à Leipzig sous la direction d'Artur Nikisch, suivie de celle de Hermann Levi à Munich. La Septième demeure avec la Quatrième la plus populaire de la série. D'une inspiration sereine, rayonnante et lumineuse, elle conquiert l'auditeur dès l'envolée prodigieuse de son thème initial, et ne cessera de le captiver grâce à une forme particulièrement claire et à des profils mélodiques mémorables. Le grandiose et émouvant Adagio culmine en une bouleversante musique funèbre des cuivres graves, à la mémoire de Wagner qui venait de mourir. Succédant à un Scherzo dont le thème très original est un cri de coq stylisé, le Finale est plus bref et moins monumental que ceux des autres Symphonies, ce qui facilite peut-être l'accès de l'oeuvre en général, mais crée un certain déséquilibre entre les deux premiers mouvements et les deux derniers. Bruckner avait primitivement prévu le Scherzo en deuxième position, et cette succession créerait certes un équilibre meilleur. Composée de 1881 à 1883, la Septième ne fut jamais remaniée, et la seule controverse textuelle qu'elle présente est le fameux coup de cymbales au sommet de l'Adagio, rajouté après coup, puis supprimé, puis remis... La très grande majorité des chefs l'adoptent, à juste titre à mon avis. Discographie pléthorique, avec maintes versions sublimes : Wilhelm Furtwängler (DGG), Karl Böhm (DGG) , Eugen Jochum à Dresde (Warner), Herbert von Karajan à Vienne (DGG), Daniel Barenboim à Berlin (Teldec), Giuseppe Sinopoli à Dresde (DGG), Carlo Maria Giulini à Vienne (DGG).