La Damnation de Faust avec Joyce DiDonato et Michael Spyres. 

par

Hector Berlioz (1803-1869) : La Damnation de Faust. Joyce DiDonato, Marguerite ; Michel Spyres, Faust ; Nicolas Courjal, Méphistophélès ; Alexandre Duhamel, Brander. Coro Gulbenkian, Les Petits Chanteurs de Strasbourg-Maîtrise de l’Opéra national du Rhin, Orchestre philharmonique de Strasbourg, John Nelson. 2019-Livret en : français, anglais et allemand-Texte chanté en français, traduction en allemand et anglais. 58’46’’ et 68’34’’- 2 CD et 1 DVD bonus Warner-019029417353

L’année Berlioz avance à bon rythme vers son crépuscule et finalement, sauf les enregistrements de François-Xavier Roth pour Harmonia Mundi et le coffret intégral Warner, le bilan éditorial est assez timide ! C’est dans ce contexte que l’on reçoit ce coffret de 2 CD et d’un DVD bonus enregistré à Strasbourg au printemps dernier. Cette captation a le gros avantage de proposer deux des meilleurs interprètes actuels des rôles de Marguerite et Faust : Joyce DiDonato et Michael Spyres. Ces deux chanteurs, qui fréquentent ces rôles avec assiduité, sont actuellement sans concurrence. On salue leurs timbres et leurs musicalités qui leur font épouser comme rarement les notes et le texte d’Almire Gandonnière, Gérard de Nerval et Hector Berlioz lui-même. L’incarnation de Joyce DiDonato est, comme toujours, exemplaire dans son vécu musical et chaque nuance est perceptible dans ce chant d’ultra grand luxe. Le Méphistophélès leur répond avec le charisme vocal et l’éclat nécessaires à ce rôle. Quant à Alexandre Duhamel, il est un Brander de grand luxe aussi. 

Grand connaisseur de Berlioz, John Nelson dirige avec sens du drame et musicalité un Orchestre Philharmonique de Strasbourg qui donne son meilleur. Certes, on relève parfois des timbres un peu neutres, mais en chef de grand métier, John Nelson sait tirer le meilleur de ces vaillantes troupes. Assez inattendu dans cette aventure alsacienne, le choeur Gulbenkian est irréprochable, y compris dans sa diction et son homogénéité, tout comme les Petits chanteurs de Strasbourg-Maîtrise de l’Opéra National du Rhin. 

La discographique de la Damnation de Faust est barrée par des interprétations insurpassables signées Charles Munch (RCA), Igor Markevitch (DGG) et John Eliot Gardiner (Philips). Très régulièrement enregistrée à l’époque des vaches grasses du CD classique, comme en témoignent les versions Nagano (Erato), Chung (DGG), Dutoit (Decca), Solti (Decca), Casadesus (Naxos), la partition est devenue plus rare. Dès lors, il faut célébrer cette nouvelle version qui réunit le meilleur du chant sous une direction probe et solide. Il n’y aura pas mieux avant un bon moment...

Son : 10 Livret : 10 Répertoire : 10  Interprétation : 9

Pierre-Jean Tribot

 

     

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.