Le charme discret de Gabriel Pierné

par read here

Gabriel PIERNÉ (1863-1937)
Œuvres pour orchestre, volume 2
Jean-Efflam BAVOUZET (piano), BBC Philharmonic, dir. : Juanjo MENA
DDD–2015–72’ 58’’–Textes de présentation en anglais, allemand et français–Chandos CHAN 10871

Natif de Metz, élève de Jules Massenet et disciple puis successeur de César Franck comme organiste de Sainte-Clotilde à Paris, Gabriel Pierné fait partie de ces artistes qu’on appelle d’habitude les petits maîtres. Coïncidence extrêmement troublante, il est mort la même année que deux de ses plus illustres confrères et compatriotes, Albert Roussel et Maurice Ravel – 1937 restant ainsi une année noire dans l’histoire de la musique française du XXe siècle. En tant que chef d’orchestre, Gabriel Pierné a d’ailleurs dirigé en 1911, à la tête de l’Orchestre Colonne, la création de la première suite de Daphnis et Chloé de Maurice Ravel. (Il est aussi le créateur en concert de Jeux de Claude Debussy, en 1914).
Les compositions de Gabriel Pierné sont fort nombreuses et certaines d’entre elles ont non seulement été unanimement saluées lors de leur première exécution en concert, mais sont même devenues des classiques, comme l’oratorio La Croisade des enfants d’après Marcel Schwob, le ballet Cydalise et le chèvre-pied ou l’amusante Marche pour les petits soldats de plomb pour piano écrite en 1887, quoiqu’elles ne soient souvent jouées. À l’instar de tout petit maître digne de ce nom, Gabriel Pierné est loin d’être un musicien négligeable, et on ne peut que féliciter le label Chandos et le BBC Philharmonic de s’être intéressés à ses œuvres pour orchestre. Sur le présent CD, sept d’entre elles ont été réunies, dont trois avec piano : Fantaisie-Ballet, Scherzo-Caprice et Poème symphonique, qui datent respectivement de 1886, 1890 et 1901 et dans lesquelles transparaît la profonde sensibilité musicale de l’auteur lorrain. Mais les meilleures œuvres enregistrées ici sont sans conteste Les Cathédrales (1915) et Paysages franciscains (1919), où les quartes initiales, selon Roger Nichols qui a rédigé le texte d’accompagnement, « anticipent L’Enfant et les sortilèges de Ravel (achevé en 1925) ». Elles dégagent chacune énormément de charme et une élégance discrète, dénuée de toute fioriture et de tout lyrisme tapageur, avec une technique d’écriture qui tient à la fois de Gabriel Fauré et de Claude Debussy ainsi qu’avec une grande liberté harmonique. Il y a, c’est certain, un petit monde Gabriel Pierné – un petit monde loin de tout académisme, qui mériterait de sortir une fois pour toutes des immenses territoires enfouis de la musique. Il faut espérer que ce deuxième volume de ses œuvres orchestrales chez Chandos y contribuera.
Jean-Baptiste Baronian

Son 8 – Livret 8 – Répertoire 8 – Interprétation 9

Les commentaires sont clos.