Le Journal

Muti pour sortir Rome de la torpeur

par

OperaRomeComment lutter contre la légendaire Scala ?
Tout d'abord, attirer Riccardo Muti, associé à la Scala pendant 19 ans, et le nommer «directeur honoraire à vie." C'est ce que le Teatro dell'Opera de Rome a fait il y a deux ans. Mais il s'intéresse aussi aux jeunes en fondant une école pour jeunes musiciens et danseurs et en élaborant des programmes destiné au jeune public et prévoit d'étendre l'utilisation des spectaculaires Thermes de Caracalla. Lorsque Riccardo Muti a accepté l'invitation de l'Opéra de Rome en 2011, le prestige international du théâtre s'est renforcé et la vente des billets a considérablement augmenté. Le taux d'occupation est aujourd'hui de 97 %, selon Catello De Martino, directeur général du théâtre, et la vente de billets est en hausse de 47%. La direction de M. Muti avait eu un effet similaire sur les recettes de l'Orchestre symphonique de Chicago, où il est devenu directeur musical en 2010, selon les déclarations de Deborah Rutter, présidente de l'orchestre.
Cette saison, Muti dirigera trois opéras de Verdi : Simon Boccanegra, I due Foscari et Nabucco.
L'opéra de Rome a connu deux rénovations importantes : l'une en 1928, l'autre en 1958, toutes deux réalisées par l'architecte Marcello Piacentini. S'il a donné au théâtre son caractère particulier, ses travaux ont créé des problèmes insurmontables pour répondre aux besoins d'aujourd'hui. En effet, il est construit sur des ruines romaines, ce qui empêche de creuser et son enfermement empêche tout élargissement des coulisses. "Nous sommes physiquement resserrés" a déploré M. De Martino. "
En grande partie à cause de cela, nous produisons en moyenne huit opéras et quatre ballets par saison; si j'avais une scène moderne, je pourrais tripler les productions." a-t-il ajouté.
Alors, suffit-il d'un nom pour sortir Rome de sa torpeur?

Lettre ouverte des deux directeurs des Conservatoires de Bruxelles

par

Lettre ouverte écrite ce jour par les directeurs des deux conservatoires de Bruxelles et envoyée au Secrétaire d’État Monsieur Servais Verherstraeten, en charge de la Régie des Bâtiments, avec copie à ses collègues du Gouvernement fédéral. Pour rappel, l’état de délabrement du bâtiment est tel que les directeurs s’inquiètent pour la sécurité des personnes.

Conservatoire lettre ouverte

Peter Schreier reçoit la Bach Medal de la ville de Leipzig

par

Peter-Schreier-foto-Christian-AhsbarFabriquée en porcelaine de Meissen, elle est décernée à une personnalité du monde musical lors de chaque Bachfest depuis 2003. La médaille lui sera remise par le maire de Leipzig, Burkhard Jung, lors d'une cérémonie officielle dans la salle de banquet de l'hôtel de ville de Leipzig (Altes Rathaus) le vendredi 21 juin à 15h.
La décision du jury est motivée par ce qui suit : "Avec Peter Schreier, nous rendons hommage à un artiste extraordinairement polyvalent. [...] Ses interprétations d'évangélistes dans l'oeuvre de Bach évangélistes constituent des références dans les interprétations de Bach au XXe siècle. Il a également établi des normes en tant que chef d'orchestre dans les Passions de Bach, l'Oratorio de Noël et une variété d'œuvres orchestrales. Au temps des divisions politiques et musicales entre l'Est et l'Ouest, il a été un ambassadeur convaincant et un bâtisseur de ponts."
Les membres du jury sont des représentants de premier plan de la scène musicale de Leipzig: les directeurs artistiques de la Bachfest Leipzig, le Professeur Christoph Wolff, le Dr. Elmar Weingarten, et le chantre de Saint-Thomas, le Professeur Georg Christoph Biller; le directeur exécutif de l'Opéra et Professeur Ulf Schirmer, le directeur musical 0du Gewandhaus, Riccardo Chailly, et le recteur de l'Académie de Musique et de Théâtre de Leipzig, le professeur Robert Ehrlich. Les années précédentes la médaille est allée à Masaaki Suzuki (2012), Herbert Blomstedt (2011), Philippe Herreweghe (2010), Frieder Bernius (2009), Hermann Max (2008), Nikolaus Harnoncourt (2007), Ton Koopman (2006), Sir John Eliot Gardiner (2005), Helmuth Rilling (2004) et Gustav Leonhardt † (2003).

Festival de piano à l'IMEP

par

L'IMEP (Institut Supérieur de Musique et de Pédagogie) organise un FESTIVAL DU PIANO du dimanche 14 au vendredi 19 avril 2013.
Master classes avec le professeur Jean Fassina, Ateliers de piano contemporain avec Pierre Bartholomée, Benoît Mernier, Michel Déom, Jean-Michel Gillard et Philippe Preudhomme. Récitals de Olivier De Spiegeleir, Marie-Dominique Gilles

Dimanche 14/04/2013 :
15H00 et 17H00: récitals de piano par Narek Ghazaryan et Alexander Vaguener

Lundi 15/04/2013 :
15H00-18H00 : atelier d’analyse des « Bagatelles » pour piano de Pierre Bartholomée, par le compositeur. 19H00 : les « Bagatelles » de P. Bartholomée interprétées par Marie-Dominique Gilles. 20H00 : conférence, échange libre avec le public autour des Bagatelles de P. Bartholomée, le travail du pianiste dans cette oeuvre,… par M.D. Gilles et P. Bartholomée.

Mardi 16/04/2013 :
09H30-12H30 : présentation et travail avec les étudiants pianistes de l’ oeuvre pour piano de Jean-Michel Gillard, par lui-même. 13H30-16H30 : présentation et travail avec les étudiants pianistes de l’ oeuvre pour piano de Michel Déom, par lui-même. 20H00 : récital de piano par Olivier De Spiegeleir (les variations Diabelli de Beethoven jouées et commentées par lui-même)

Mercredi 17/04/2013 :
09H50 : Introduction de Jean Fassina par Guido Jardon, Directeur de l’IMEP. 10H00-13H00 : Master-classe de Jean Fassina. 14H00-16H00 : atelier de posturologie pianistique par Joseph Quoidbach. 16H30-18H30 : master-classe de Jean Fassina. 20H00 : Conférence et présentation par Jean Fassina de son livre « Lettre à un jeune pianiste » suivi d’un débat.

Jeudi 18/04/2013 :
10H00-13H00 : Master-classe de Jean Fassina. 14h00-16h00 : atelier de posturologie pianistique par Joseph Quoidbach. 16H30-18H30 : master-classe de Jean Fassina. 20H00 : Concert des meilleurs étudiants ayant participé à la master-classe.

Vendredi 19/04 :
09H30-12H30 : présentation et travail avec les étudiants pianistes de l’ oeuvre pour piano de Philippe Preudhomme, par lui-même. 13H30-16H30 : présentation et travail avec les étudiants pianistes de l’ oeuvre pour piano de Benoît Mernier, par lui-même. 20H00 : Concert des étudiants consacré aux oeuvres pianistiques de Benoît Mernier, Michel Déom, Jean-Michel Gillard et Philippe Preudhomme.

Répertoire travaillé durant ce Festival
Benoît Mernier : Esquisse (2002), Les Ombres errantes (2004)
Michel Déom :Hommage à Prokofiev, Variations, Zones
Jean-Michel Gillard : Diptyque (Toccata et Prélude), Souvenirs de Normandie: petite suite, Aphorisme et variantes
Philippe Preudhomme : Obu

Auditeurs extérieurs: P.A.F : 5€ : par jour, pour les 17 et 18/04/13, 10€: pour les récitals – gratuit jusque 20 ans (inclus), 30€ : Pass pour les 6 jours.

Lopez-Coboz vs Mortier

par

Lopez_CobozJesus Lopez-Cobos, l'ancien chef du Teatro Real de Madrid a porté plaine pour un montant de 50000 euros à l'égard de l'actuel directeur Gérard Mortier et du théâtre pour diffamation. Dans une interview au journal autrichien "Kurier", Mortier qui n'a jamais craint l'arrogance, a déclaré que Jesus Lopez-Cobos avait été remercié par le Théâtre suite à la piètre qualité de son travail alors qu'en réalité, c'est de son propre gré qu'il a quitté sa fonction.

1929 : dure percée du Sacre aux Etats-Unis

par

stokowskiLe site de l'Orchestre de Philadelphie publie un échange passionnant entre son chef, Leopold Stokowski, et son directeur, Arthur Judson, à l'occasion de la diffusion de la "première" du Sacre du Printemps aux Etats-Unis en 1929. Stokowski était un artiste enclins suivre sa propre voie. De son côté, Judson, outre le fait de gérer les orchestres, était également le co-fondateur de ma Columbia Artists Management Inc et de la Columbia Broadcasting System (CBS).
Judson à Stokowski: "J'ai regardé avec intérêt les programmes de la radio de votre... J'ai franchement peur du nom de Stravinsky sur le deuxième programme. Des millions de gens qui n'ont jamais entendu un orchestre vont être forcés à l'écouter. Ils vont être très heureux avec le premier numéro [Danses polovtsiennes de Borodine], mais après environ cinq minutes de Stravinsky, ils vont dire: «Oh, l'enfer!" et ils vont éteindre la radio.
Stokowski, de le bénir, répondit: "Merci pour vos franches critiques des émissions de radio... Je suis certain que ce que vous dites à propos du Sacre de Stravinsky est... vrai, mais je pense qu'il est la plus grande œuvre de notre temps, et pour cette raison elle doit être jouée. En un mot, mon sentiment à propos de ​​la radio, est que, si je ne peux pas y [programmer] le meilleur de la musique à l'heure actuelle j'attendrai jusqu'à ce que je le puisse, parce que je ne suis pas prêt à laisser tomber les bras."

Le retour de Seiji Ozawa

par

OzawaSe relevant lentement d'une maladie grave, le chef japonais (78 ans) a dirigé l'Ouverture Egmont de Beethoven à Kyoto. Un peu plus de dix minutes de direction, c'est peu mais c'est quand même une bonne nouvelle! Son retour à la scène est prévu en août prochain.

Steinway quitte le West 57th à New York

par

Steinway a vendu sa participation pour un montant de 46 millions de dollars dans le showroom West 57th, vitrine n°1 mondiale de ses pianos depuis 1925. Il est question de le déménager dans Manhattan, mais c'est encore un vague projet.

Bozar Music en Mai

par

SNézet-Seguinandrine Piau rend hommage à Mozart avec Jos van Immerseel, Yannick Nézet-Séguin sacre le centenaire du printemps, Vivica Genaux et Ann Hallenberg partagent le haut de l’affiche d’Agrippina, le Borodin Quartet poursuit sa confrontation de Brahms à Tchaïkovski tandis que Rolf Lislevand achève notre cycle de musique autour de Watteau. Côté musiques du monde, fado, flamenco et maqâm syrien sont à l’honneur. Sans oublier le jazz, avec Henry Threadgill, et l’inclassable Pink Martini.

Le Chœur de Chambre de Namur se la joue musique contemporaine

par

Ces mardi 26 et mercredi 27 mars 2013, à Liège, puis à Namur, le Chœur de chambre de Namur créera des œuvres nouvelles nées dans la classe de composition de Michel Fourgon au Conservatoire de Liège. Ce cours exceptionnel fête ses dix ans! Œuvres de : Michel Fourgon Jean-Yves Colmant Denis Bosse Gilles Gobert Georges Elpénor Alithéa Ripoll & Dimitri Ianello Stefan Hejdrowsky, Delphine Derochette Laurent Plumhans et… Henri Pousseur.
Soyez curieux!
A Liège, le concert se donnera à l'Université de Liège et est précédé d'un concert dédié à Radulescu à 18h
A Namur, le concert se donnera à la Maison de la culture dans le cadre de l'exposition Ostinato.
L'entrée est gratuite.
Plus d'infos sur l'événement à Liège : www.checkthis.com/k4ry