Mozart et Haydn

par dating someone with chronic migraines

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)
Joseph HAYDN (1732-1809)
Symphonie N° 85 en si b majeur «la Reine»
Exsultate Jubilate K 165
Messe en do majeur K 317 «couronnement»
Haendel et Haydn Society, Harry CHRISTOPHERS direction, Teresa WAKIM, Paula MURRIHY, Thomas COOLEY, Sumner THOMPSON
2012- DDD- 67'27- Présentation et livret en anglais- Chanté en latin- CORO COR 16104

C'est une bien discutable entreprise que ce disque hybride (que vient faire la Symphonie 85 de Haydn à côté de la Messe du Couronnement?) et inégalement réalisé. Dès le départ, l'Adagio-Vivace de «La Reine» sonne lourdement, manque d'homogénéité, pèche par l'instabilité de mouvement ( accélération ou étirement). Si le Minuetto et le Trio sonnent mieux, allégés et rythmés, en revanche le Presto final pris peut-être un peu rapidement semble avaler certaines notes. Rien de ...royal dans cette symphonie dont seul le sous-titre justifiait sans doute le couplage! Mais que dire de l'Exsultate Jubilate ? manquant d'équilibre ( plans musicaux et prise de son) d'exactitude, d'ampleur dans les chœurs, de cohérence, la partition se déroule sans naturel ni profondeur. Quant à la (sublime) Messe du Couronnement, elle déçoit tout autant. Kyrie aussi lourd que confus avec un Credo essoufflé, poussif, Et incarnatus indifférent. Le reste à l'avenant: des chœurs et un orchestre fouillis, un Sanctus et un Agnus Dei sans trop de précision, de grandeur et surtout d'inspiration. Revenons plutôt aux meilleures réalisations d'Harry Christophers (son Messie de Haendel par exemple).
Bénédicte Palaux Simonnet
Son 5 - Livret 5 - Répertoitre 7 - Interprétation 5

 

Les commentaires sont clos.