Musicologie et occupation

par read more

Musicologie et Occupation
Science, musique et politique dans la France des "années noires"
par Sara Iglesias

L'ouvrage traite des rapport de la musicologie avec les deux pouvoirs officiels de l'Occupation en 1940 à la Libération en 1944. Au travers d'une étude synchronique, l'auteure détaille et met en avant la complexité des relations de cette jeune science avec ce contexte politique où les musicologues et critiques français, entre autonomie et adhésion idéologique, ont joué en majeure partie le jeu d'une propagande subtile.
Paris concentre l'ensemble des aspects qui servent l'étude. Presque tous les organes de la musicologie sont implantés dans la capitale et quasiment tous les acteurs majeurs du réseau s'y trouvent pendant ces "années noires": Paul-Marie Masson, Norbert Dufourcq, Jacques Chailley, André Schaeffner, Guillaume de Van, Robert Bernard, etc. C'est à Paris encore que l'activité musicologique se consolide sur le plan institutionnel, le plus souvent sous le signe d'une réorientation idéologique au goût du jour : le folklore musical obtient une place d'honneur au musée des Arts et Traditions populaires sous l'autorité de Claude-Marcel Dubois; le cours d'histoire de la musique est transformé en chaire à la Sorbonne, et les bibliothèques musicales parisiennes sont mises en valeur et réorganisées sous l'égide du nouveau Département de la Musique.
L'exibérance de la vie musicale et culturelle parisienne continue et l'activité musicologique s'amplifie en s'accomodant des nouvelles conditions de travail imposées par les Allemands. La plupart des musicologues savent tirer parti du rôle hautement politisé de la musique dans la société française occupée.
L'étude des écrits, des institutions et des activités et destins des acteurs du domaine, archives allemandes et françaises à l'appui, permet à l'auteure de montrer toute l'étendue des influences du politique sur les pratiques musicologiques et le jeu complexe d'une supposée neutralité scientifique et musicale plus que souvent entâchée.
Sara Iglesias est docteur en musicologie, lectrice et traductrice dans l'édition scientifique française et allemande. Elle vit entre Paris et Berlin.
Paris, 2014, Editions de la maison des sciences de l'homme, 455 pages, 35 €

Les commentaires sont clos.