Musiques des 20e et 21e siècles chez Universal

par

La musique contemporaine, mission de Universal Edition
Après le succès du premier concours en 2010, l'Université de Musique et des Arts de Vienne ajouta le concours Mauricio Kagel, en collaboration avec l'Institut Beethoven, à sa liste des concours officiels. La caractéristique de ce concours qui a eu lieu pour la deuxième fois en 2013, est de susciter la composition d'oeuvres pour piano utilisant le langage d'aujourd'hui tout en étant accessible aux enfants et aux jeunes, sans compromission artistique.
Universal reçut 258 pièces venant de 49 pays. Cinq juges ont sélectionné 21 pièces pour une discussion publique à la 21e session des journées viennoises pour la musique contemporaine pour piano. Pour la première fois, la délibération du jury sur les mérites artistiques des oeuvres et leur accessibilité à des jeunes pianistes était accessible à tous à travers le monde en « streaming ». Le premier prix a été octroyé au Mexicain Victor Ibarra pour Cuatro obervaciones sobre lo imaginario. Le second prix est allé à Gaël Tissot (France) pour Cahier d'explorations et le troisième prix à Morris Wolf (Suisse) pour (sans titre) Fünf Kleine Stücke für Klavier. Kala Pierson (USA) reçut une mention spéciale pour Radiate.
Ce sont ces quatre pièces qui sont reprises dans un même volume appelé K2013. Avis aux pédagogues ! (UE 36026 – 40 pages).

HaasIn vain de Georg Friedrich Haas
Né à Graz (Autriche) en 1953, Georg Friedrich Haas a passé sa jeunesse dans la province montagneuse du Vorarlberg, à la frontière suisse. Le paysage et l'atmosphère du lieu a laissé une forte impression sur sa personnalité ; non pas un atmposphère marquée par la beauté naturelle mais l'expérience d'une montagne vue comme une menace, la nature vue comme une force sombre.
In vain pour 24 instruments date de l'an 2000 et dure environ 70 minutes. L'orchestration comporte 2 flûtes (aussi piccolo et basse), hautbois, 2 clarinettes en si bémol (aussi clarinette basse), basson, 2 cors en fa, 2 trombones, percussions, harpe, piano, accordeon et cordes (3 violons, 3 altos, 2 violoncelles, contrebasse). La partition comporte aussi des indocations de jeux de lumière, l'oeuvre devant progressivement aboutir à l'obscurité. Contrairement à la pratique française où les compositeurs cherchent à se rattacher à un courant pour lequel est publié un manifeste, l'Autrichien préfère une totale indépendance, et même être totalement hors courant. C'est le cas de Georg Friedrich Haas qui s'intéresse davantage au résultat sonore qu'à l'analyse. C'est ainsi que l'on peut repérer chez lui une synthèse d'écritures spectrale, harmonique dans un système « normalement tempéré », l'usage de micro-intervalles, l'élaboration de spirales trompeuses qui donne à Simon Rattle l'occasion de comparer des sections de In vain à des escaliers de Escher. Une oeuvre qui met au centre de l'attention ce que nos habitudes acoustiques ont enseveli, qui nous fait entendre les différences entre l'habituel et le possible.
Partition d'étude – UE 34805 - 276 pages.

RihmPièces pour piano de Wolfgang Rihm
Wolfgang Rihm est né le 13 Mars 1952 à Karlsruhe, une ville proche des frontières française et suisse, à un jet de pierre de Strasbourg et Bâle, deux des nombreux endroits où lui et sa musique se sentent « à la maison ». Il y vit à ce jour dans un appartement spacieux non seulement rempli de livres et de partitions -ceux que l'on prend pour acquis- mais aussi de peintures d'artistes contemporains, principalement de Kurt Kocherscheidt, le peintre autrichien avec qui Rihm a été lié d'amitié et à qui il a consacré un certain nombre d'œuvres.
Rihm est compositeur, professeur de composition à l'Académie de Musique de sa ville natale (où parmi ses étudiants Vykintas Baltakas et Jörg Widmann), un écrivain remarquable sur la musique ainsi que des recueils d'articles et d'interviews. Il siège également sur ​​un certain nombre de comités influents en Allemagne et est engagé dans la cause des conditions de travail de ses collègues musiciens.
L'éditeur nous propose quatre pièces pour piano :
- Six Préludes (1967) d'une difficulté entre 5 et 7 sur une échelle de 1 à 8 (UE 35903 – 10 pages)
- Cinq pièces pour piano (1969) d'une difficulté entre 7 et 8 (UE 36020 – 6 pages)
- Trois pièces pour piano en si bémol (1966) d'une difficulté entre 4 et 7 (UE 36018 – 3 pages)
- Quatre élégies (1967) d'une difficulté entre 4 et 7 (UE 36019 – 9 pages)/

PartOeuvres chorales d'Arvo Pärt
Arvo Pärt est né en 1935 à Paide en Estonie. Après des études dans la classe de composition de Heino Eller à Tallinn, il a travaillé de 1958 à 1967 en tant qu'ingénieur du son pour la radio estonienne. En 1980, il émigre avec sa famille à Vienne, puis, un an plus tard, à Berlin. Considéré comme l'un des représentants les plus radicaux de la soi-disant « avant-garde soviétique », l'œuvre de Pärt passé à travers un processus d'évolution profonde. Sa première période de création a commencé avec la musique de piano néo-classique avant de faire son propre usage de techniques de composition qui, à première vue, sont d'une simplicité désarmante (minimalisme) mais, si l'on suit sa devise « il suffit de jouer une seule note joliment », c'est-à-dire « parfaitement », sont truffées d'embûches telles la continuité des mouvements descendants et ascendants, le contrôle de la dynamique, du vibrato,...
La Berliner Messe pour choeur et orchestre à cordes a été composée en 1990 et revue en 2002 (c'est cette révision qui nous est proposée). D'une durée de 25 minutes, elle résulte d'une commande du 90e congrès des Katholikentages de Berlin et fut créée à la cathédrale Sainte-Edwige de la ville sous la direction de Paul Hillier (partition d'étude UE 35554 – 52 pages – partition pour choeur et orgue UE 36064 – 53 pages).
Habitare fratres in unum
pour choeur a cappella ou ensemble vocal a cappella est datée de 2012 et composée sur le Psaume 133 (132), un chant de pèlerinage appartenant au recueil de David. L'oeuvre fut créée à Paris le 17 novembre 2012 dans le cadre du Festival « Les Heures des Bernardins » par l'Ensemble Vox Clamantis dirigé par Jean-Eik Tulve (UE 35900 – 6 pages).

KrenekLes deux Sonates pour violon seul d'Ernst Krenek
Né à Vienne en 1900, la vie d'Ernst Krenek englobe la quasi-totalité du 20e siècle : il est mort à l' âge de 91 ans en exil aux États-Unis. « Exil » peut être une description appropriée de son séjour forcé en Amérique -après tout, il aurait pu retourner en Autriche une fois la guerre terminée. Il s&journait de temps en temps dans son pays natal mais seulement pour de courtes périodes, peut-être parce qu'il ne s'y sentait plus à la maison. Malgré ses succès en tant que compositeur, la haute estime dans laquelle il a été tenu en tant que professeur, et le fait qu'il était marié à une Américaine, Krenek ne se sentait pas à l'aise aux États-Unis non plus. Son destin était une Europe centrale ; un destin qu'il partageait avec de nombreux autres émigrés.
Au cours de sa longue existence, Krenek a déployé une activité musicale considérable proposant un catalogue de plus de 240 opus, sans compter les oeuvres non officiellement répertoriées. Extrêmement versatile, il a touché à tous les styles : postromantique, néo-classique, atonal et même expérimental. Cette évolution ne fut cependant pas linéaire et le compositeur, sans cesse à la recherche d'un auditoire, a opéré de fréquents retours en arrière à toutes les époques de sa vie.
De tendance postromantique, la Sonate n°1 op. 33 est datée de 1925 et de grande difficulté, ne fut-ce que par sa longueur, 26 pages (UE 36096). La Sonate n°2 op. 115 date de 1948 et s'avère nettement plus « sage » (UE 36097 – 8 pages).

watanabeYukiko Watanabe, une jeune compositrice japonaise
Yukiko Watanabe est née à Nagano, au Japon, en 1983. Elle a étudié la composition, le piano et la musique de chambre avec Keiko Harada et Michio Mamiya à l'école de musique Toho Gakuen à Tokyo. Depuis 2008, elle a étudié la composition à l' Université de Musique et des Arts de Graz sous la direction de Beat Furrer. Elle a remporté de nombreux prix et bourses et fut artiste en résidence à Tokyo. Son catalogue d'œuvres comprend des pièces pour petits et grands ensembles, un opéra et un opéra de chambre. Yukiko Watanabe intègre également dans son travail d'autres modèles comme l'art traditionnel japonais, la vidéo et l'animation. Ses œuvres ont été jouées en Autriche, en Finlande, en France, en Allemagne et au Japon. Cette année aura lieu la première mondiale de son second opéra Weiche Mondin à Graz dans le cadre d'un projet de l'Université de Musique et des Arts de Graz dirigée par Beat Furrer.
La compositrice s'explique à propos de son oeuvre
ver_flied_sen pour violon, violoncelle et piano (2012) : « Le titre allemand ver_flies_sen est associé à trois mots différents (« Fliese », « fliessen » et « verfliessen ») qui, en anglais, signifient « tile », « to flow » et « to blur » (carreau, couler, brouiller). Quand j'ai commencé à écrire cette pièce, je suis tombée sur une photo, O Hungaro, de l'artiste brésilienne Adriana Varejao. Cette belle photo montre une piscine carrelée. Les carrelages -qui sont tous les mêmes- semblent contorsionnés dans l'eau. Cela m'inspira pour ma pièce. Tout d'abord, j'ai créé une base avec neuf couches invisibles qui avaient toutes un tempo différent et, ensuite, j'ai placé sur chacune les notes appropriées. La musique est en mouvement constant, parfois elle se « contorsionne », devient indistincte, comme les carrelages dans l'eau -ou une vague, des vieux souvenirs quand vous regarder en arrière ».
L'oeuvre, de 27 pages, dure environ 20 minutes. La pièce est d'une difficulté de 7 à 8 sur une échelle allant de 1 à 8 (UE 35921).

Un commentaire

  1. Ping : https://singleblackman.net/meaning-dating/