Mots-clé : Genève

À Genève, une Tétralogie pour un théâtre remis à neuf

par

Pour la réouverture du Grand-Théâtre, Tobias Richter, son directeur, et Daniel Dollé, son conseiller artistique, ont décidé de reprendre la production la plus marquante des dix années passées à la tête de l’Institution, Der Ring des Nibelungen, dans la mise en scène de Dieter Dorn, présentée une première fois entre mars 2013 et mai 2014. Et actuellement, le cycle complet est proposé trois fois en l’espace de cinq jours.  Et la billetterie est prise d’assaut, au point que même le Service de presse ne sait comment répondre aux sollicitations provenant de partout. Pour ma part, j’ai eu la chance d’assister, les 12 et 13 février, aux premières de Das Rheingold et Die Walküre ; et je verrai les deux autres volets en mars.

Sokolov, un pianiste de génie !

par http://www.psv-dorfen.iivs.de/

Une fois de plus, Grigory Sokolov a été l’invité de la série ‘Les Grands Interprètes’ organisée par l’agence de concerts Caecilia. Et une fois de plus, l’on ne peut que déposer les armes. devant un pianiste hors du commun qui proscrit toute afféterie pour n’aller qu’à l’essentiel.

Et c’est bien la sensation qui émane d’emblée de l’opus 2 n.3, la Troisième Sonate en ut majeur de Beethoven, abordée avec une précision du trait et une dynamique soutenue ahurissantes, alors que le dolce du second thème ruisselle de tendres accords. L’Adagio n’est que simplicité désarmante avec ces grappes d’arpèges translucides irisant une main gauche sonore comme une basse d’orgue. Le Scherzo revêt une allure champêtre pleine d’allant, tandis que le Finale a une élégance aérienne et un legato dans le cantabile qui préfigurent le Mendelssohn des Lieder ohne Worte. En regard de ce premier Beethoven datant des années 1794-95, Grigory Sokolov oppose celui de la fin avec les onze Bagatelles op.119 élaborées dès 1820. A chacune d’elles, il prête une spécificité qui allie la confidence à la nonchalance et à la fantaisie que suscitent le passage rapide des mains, le trille ou le rubato le plus subtil.

http://www.dciftars.com/

par http://www.psv-dorfen.iivs.de/

Amère déception ! Telle est l’impression que nous a laissé le programme Schumann présenté, le mercredi  5 décembre, par l’Orchestre de la Suisse Romande sous la direction de Marek Janowski. De l’époque où il en fut le chef titulaire, entre 2005 et 2012, l’on a conservé le souvenir de symphonies de Brahms, Beethoven ou Bruckner d’une lourdeur extrême ; néanmoins, l’on chérit l’évocation d’un concert de dimanche après-midi où figuraient Tod und Verklärung de Richard Strauss et un premier acte de Die Walküre, stupéfiant par son souffle tragique.  

Un baryton intelligent, Luca Pisaroni

par http://www.psv-dorfen.iivs.de/

Dans le cadre de sa saison 2017-2018, le Grand-Théâtre de Genève propose cinq récitals de chant avec piano. Vendredi dernier, l’ouverture des feux a été proposée au jeune baryton-basse vénézuélien Luca Pisaroni qui s’est fait un nom sur toutes les grandes scènes internationales et dans les festivals d’importance, sans être jamais apparu à Genève. Mais c’est maintenant chose faite grâce à ce concert donné à l’Opéra des Nations avec ce remarquable accompagnateur qu’est le pianiste écossais Malcolm Martineau que l’on applaudit régulièrement ici.

Un triomphe pour Martha Argerich & Charles Dutoit !

par http://www.psv-dorfen.iivs.de/

Dans le cadre de sa série ‘Les Grands Interprètes’, l’Agence Caecilia organise deux ou trois concerts de gala en invitant un orchestre, un chef et un soliste prestigieux. Ce fut le cas le vendredi 13 octobre avec la venue au Victoria Hall du Royal Philharmonic Orchestra sous la conduite de son directeur artistique et chef principal, Charles Dutoit, avec pour soliste Martha Argerich. Depuis plusieurs années, cette ‘association’ paraît régulièrement au Septembre Musical de Montreux ; mais elle constitue un événement beaucoup plus rare à Genève.

A la découverte de la Kammerakademie de Potsdam

par
Kammerakademie Potsdam

© Elmar Schwarz

Dans le cadre de sa saison ‘Classics’, le Service culturel Migros accueille pour la première fois la Kammerakademie de Potsdam qui entreprend actuellement une longue tournée faisant escale en Suisse, en Allemagne, à Anvers, Lyon, Vienne et Zagreb. Cette formation de haut niveau fête sa quinzième année d’existence en s’imposant comme le principal orchestre de chambre du Brandebourg.