Mots-clé : Jacques Lacombe

Trompette concertante avec Marc Geujon 

par https://crazycard.in/

Jan Křtitel Jiří Neruda (1708-1780) : Concerto pour trompette et orchestre en mi bémol majeur : Christian Gouinguené (né en 1941)  : Concerto pour trompette et orchestre en Ut majeur ; Joseph Haydn (1732-1809) : Concerto pour trompette et orchestre en mi bémol majeur ; Johann Nepomuk Hummel ( 1778-1837) : Concerto pour trompette en mi majeur. Marc Geujon, trompette ; Orchestre symphonique de Mulhouse, Jacques Lacombe. 2020. Livret en français et anglais. 66’25’’. INDE145. 

Cinématographique : Les Hauts de Hurlevent de Bernard Herrmann à Nancy

par

Non, mon titre n’est pas une facilité d’écriture liée au « pédigrée » de l’auteur de l’opéra, il précise assez exactement ce que les spectateurs de l’Opéra de Nancy ont entendu et vu à l’occasion de la « première scénique française » des « Hauts de Hurlevent » de Bernard Herrmann (1911-1975).

Il est vrai que celui-ci s’est imposé comme compositeur de musiques de films : les BO des Hitchcock, c’est lui, de même que celles de « Citizen Kane » de Welles, « Farenheit 451 » de Truffaut, « Taxi Driver » de Scorsese et tant d’autres. Des partitions qui rencontraient et amplifiaient les univers de grands cinéastes.

Barkouf ou un chien au pouvoir, un opéra à redécouvrir !

par

Comme spectacle de fin d’année, l’Opéra National du Rhin à Strasbourg présente Barkouf ou un chien au pouvoir, un opéra-bouffe en trois actes de Jacques Offenbach sur un livret d’Eugène Scribe et Henri Boisseaux, créé à l’Opéra Comique à Paris le 24 décembre 1860 et ..assez mal reçu. L’accueil du public est plutôt enthousiaste mais ce n’est sûrement pas un triomphe. Mais certaine presse n’est pas tendre et trouve intolérable l’irruption du genre «bouffe» à l’Opéra Comique et parle même de «rythmes grimaçants et une harmonie qui n’est pas de ce monde ». Mais c’est surtout le livret qui cause des problèmes car Barkouf est une œuvre étonnamment subversive, qui évoque les méfaits du despotisme et cela sous le règne de Napoléon III ! La censure d’un opéra qui s’ouvre sur une révolte contre un régime autoritaire et donne temporairement le pouvoir à un chien (prise de pouvoir par le peuple ?) était inévitable.