Mots-clé : Orchestre de chambre de Lausanne

https://resourcebridgellc.com/

par https://seamagic.org/i-do-your-homework-en-ingles/

Quiet city. Aaron Copland (1900-1990) : Quiet City ; Alan Hovhaness (1911-2000) : Haroutiun, Prayer of Saint Gregory ; Henri Duparc (1848-1933) : la vie intérieure ; Vincent Persichetti (1915-1987) : The Hollow Men ; Modest Mussorgsky (1839-1881) : “Vecchio Castello” des Tableaux d’une exposition ; Gustav Mahler (1860-1911) : Blumine ;  Georges Enesco (1881-1955) : Légende ; Astor Piazzolla (1921-1992) : Adios Nonino ; Leroy Anderson (1908-1975) : A Trumpeter’s Lullaby. Olivier Anthony Theurillat, trompette ; Orchestre de Chambre de Lausanne, Laurent Gay. 2021.  Livret en français et anglais. 58’21””. Indesens. INDE 146  

A Genève, une cheffe et un violoncelliste de classe 

par

Pour le premier concert de sa saison, le Service Culturel Migros et son directeur artistique, Mischa Damev, ont eu bien du fil à retordre car il a fallu changer trois fois de programme. Dans l’impossibilité de faire venir à Genève Ivan Fischer et l’Orchestre du Festival de Budapest avec le jeune pianiste français Alexandre Kantorow en soliste, ils ont sollicité l’Orchestre du Mozarteum de Salzbourg qui a fini par être lui aussi confiné. Et en dernière ressource, le 20 octobre sur la scène du Victoria Hall, est parvenu l’Orchestre de Chambre de Lausanne sous la direction de la chef australienne Simone Young avec le violoncelliste munichois Daniel Müller-Schott en soliste.

D’emblée vous surprend l’ampleur sonore quasi symphonique qu’affiche la formation dans les tutti fougueux contrastant avec le canevas ourlé accompagnant le Concerto pour violoncelle en la mineur op.129 de Robert Schumann ; Daniel Müller-Schott en aborde les soli dans un son racé, à première vue pas grand, que l’originalité du phrasé réussit à déployer progressivement comme un éventail qu’irisent les subtilités rythmiques. Le Langsam médian se teinte d’une amertume nostalgique qu’émiettera le finale dessiné à la pointe sèche par un jeu nerveux enchaînant les traits rapides, tout en sachant user du ritenuto sur les arpèges conclusifs. Avec une palette de demi-teintes serties d’émotion, il délivre, à titre de bis, un message de sérénité avec l’admirable Cant dels ocells retranscrit par Pablo Casals.

Quand Meyerbeer se lançait dans la cantate pastorale…

par

Giacomo MEYERBEER (1791-1864) : Gli Amori di Teolinda, cantate pastorale pour voix, clarinette et chœur d’hommes. Lenneke Ruiten, soprano ; Davide Bandieri, clarinette ; Chœur de l’Opéra de Lausanne ; Orchestre de chambre de Lausanne, direction : Diego Fasolis. 2020. Livret en français et en anglais. Texte de la cantate en italien avec traduction en français. 38.58. Claves 50-3010.

L'alto de Timothy Ribout, une belle découverte

par

Ralph VAUGHAN WILLIAMS (1872-1958) : Suite pour alto et orchestre ; Bohuslav MARTINU (1890-1959) : Concerto-Rhapsodie pour alto et orchestre H 337 ; Paul HINDEMITH (1895-1963) : Trauermusik pour orchestre à cordes avec alto solo ; Benjamin BRITTEN (1913-1976) : Lachrymae op. 48a. Timothy Ridout, alto ; Orchestre de chambre de Lausanne, direction : Jamie Phililips. 2020. Livret en anglais. 69.05. Claves 50-3000.

A Lausanne, une éblouissante Doña Francisquita

par

Avec ses livrets en langue espagnole ou catalane et ses dialogues parlés, la ‘zarzuela’ ne figure que rarement à l’affiche des théâtres de nos régions. Mais Eric Vigié, le directeur de l’Opéra de Lausanne, s’y intéresse vivement et a déjà présenté en 2009 Pan y toros de Francisco Barbieri. Et en cette fin janvier, il nous propose l’ouvrage majeur d’Amadeo Vives, Doña Francisquita , créé au Théâtre Apolo de Madrid le 17 octobre 1923 avec un succès triomphal qui se maintiendra durant vingt ans en totalisant 5210 représentations à Madrid, Barcelone et Buenos Aires avant d’être exporté dans plusieurs villes de France, à la Monnaie de Bruxelles et à l’Opéra-Comique qui devra annuler la première au moment où éclatera la Guerre Civile en Espagne. 

A Genève, un altiste remarquable : Nils Mönkemeyer

par

Pour la seconde fois durant la saison 2018-2019, l’Orchestre de la Suisse romande invite l’Orchestre de Chambre de Lausanne placé sous la direction de sa principale cheffe invitée, Simone Young.

Le programme débute par un ouvrage néo-classique d’Igor Stravinsky, le ballet Apollon Musagète, écrit en 1927 à la demande de la mécène Elizabeth Sprague Coolidge pour un festival de musique contemporaine à Washington puis chorégraphié par George Balanchine pour les Ballets Russes qui le présentèrent à Paris au Théâtre Sarah-Bernhardt le 12 juin 1928. Imaginé comme un ‘ballet blanc’ aux lignes épurées à l’instar des marbres de l’Antiquité, le mince argument évoque la naissance du dieu soleil qui, devenu adolescent,  inspire trois des muses, Calliope, Polymnie et Terpsichore, pour les conduire au Parnasse. Et cette sobriété transparaît dans l’effectif orchestral qui ne comporte que le registre des cordes. D’emblée, la baguette de Simone Young dessine de fines arabesques pour en exploiter la veine lyrique, tout en prêtant un caractère primesautier au concertino élaboré par le premier et le second violon et le violoncelle solo qui joue la carte de la séduction. Par des tutti à l’arrachée, la Variation d’Apollon impose  une solennité qui s’estompera dans les inflexions suaves d’un pas de deux avec Terpsichore, Muse de la Danse. Et la coda ne sera plus que fringante envolée avec un clin d’œil attendri à ce dieu que l’on a vu naître.

 Avec l’Orchestre de chambre de Lausanne, un nouvel Horowitz ?

par

Une ou deux fois par saison, l’Orchestre de Chambre de Lausanne se produit au Victoria Hall de Genève en répondant à l’invitation de l’Orchestre de la Suisse Romande qui, en ces-jours-ci, s’est mis en route pour une longue tournée en Extrême-Orient.

Son directeur musical et artistique depuis 2015, Joshua Weilerstein, prend d’abord la parole pour expliquer que le programme est une véritable Arche russe qui a pour clé de voûte le Quatrième Concerto pour piano et orchestre en si bémol majeur op.53 de Sergey Prokofiev.  Ecrit en septembre 1931 pour Paul Wittgenstein qui refusa de le jouer, l’ouvrage ne sollicite que la main gauche du soliste ; il fut relégué aux oubliettes puis fut créé le 5 septembre 1956 à Berlin par Siegfried Rapp avant de susciter l’intérêt de Rudolf Serkin. Ici, un jeune pianiste moscovite de trente-cinq ans, Boris Giltburg, l’empoigne avec une énergie roborative qui suscite un jeu percussif brillant et une articulation permettant les sauts de tessiture les plus invraisemblables. L’andante acquiert l’expression de la déploration  qu’accentuent de pesantes formules en triolets et de puissants ‘fortissimi’, tandis que le scherzo resplendit par la précision du trait, se voilant sous de vaporeuses envolées. Et le finale tient de la toccata la plus échevelée. Devant l’enthousiasme délirant des spectateurs, Boris Giltburg concède de bonne grâce deux bis, le Prélude en si majeur op.32 n.12 de Sergey Rakhmaninov, fugace comme une brève élégie, et une Suggestion diabolique op.4 n.4 de Prokofiev  à couper le souffle. Aurait-t-on découvert un nouvel Horowitz ?

75 ans de musique en sept disques

par

Œuvres de Bach, Mozart, Haydn, Malipiero, Martin, Zbinden, Henze, Hindemith, Britten, Brahms, Enesco, Schubert, De Falla, De Arriaga, Stravinsky, Ravel, Chopin, Golijov, Beethoven
Orchestre de Chambre de Lausanne, Victor Desarzens, Armin Jordan, Lawrence Foster, Jesus Lopez Cobos, Christian Zacharias, Joshua Weilerstein, direction
2017-CD1 76’40 CD2 65’30 CD3 65’30 CD4 51’25 CD5 68’53 CD6 79’50 CD7 66’33-Textes de présentation en français, anglais et allemand-Claves-50-1711-17

La perfection est de mise pour ces concertos de Weber

par

Carl Maria von WEBER
(1786 - 1826)
Concertos pour clarinette et orchestre n°1 et 2 - Concertino pour clarinette et orchestre op. 26.
Paul MEYER (clarinette et direction), Orchestre de chambre de Lausanne
2016-DDD-51' 27''-Textes de présentation en anglais, français et allemand-Musikproduktion Dabringhaus und Grimm MDG 940 1922-6