Mots-clé : Roderick Williams

ELIAS de Félix Mendelssohn au TCE : d’une bouleversante vérité

par

Le nom du chef d’orchestre et claveciniste Masaaki Suzuki à la tête de l’Orchestra of the Age of Enlightenment constitue, en soi, la promesse d’un moment exceptionnel ; à plus forte raison lorsque c’est l’un des chef d’œuvres de l’Oratorio romantique qui est au programme. Elias concilie en effet l’équilibre architectural, la stylisation des affects de Bach, l’ardeur radieuse de Haendel et l’esthétique d’un monde nouveau, exubérant, coloré, puissant. Mais il y a plus, ces pages créés en 1846 à Birmingham, font « entendre » à travers les siècles la voix même du jeune compositeur. L’étonnant livret (respectant scrupuleusement le texte biblique), rédigé de sa main, ne craint ni les répétitions ni une rythmique assez peu variée, ce qui suscite un climat hypnotique et laisse l’esprit s’évader loin des diversions quotidiennes. Avec le personnage du prophète Elie, l’auditeur est confronté aux tragédies fondamentales de l’existence : la mort, la haine, le désespoir, l’amour parfait. Il est alors introduit dans la contemplation à travers le regard ardent du musicien. Suzuki dirige avec une ampleur d’une précision extrême offrant une vision aussi puissante que cohérente. L’orchestre, aux cuivres parfois très sonores, s’engage sans réserve tout comme le chœur. D’une pure beauté, le Trio des Anges « Lift thine eyes » -si proche des trois génies de La Flûte enchantée- sauve (à juste titre !) Elie du désespoir.

Magnifique couronnement discographique pour Stephen Cleobury

par

Ralph VAUGHAN WILLIAMS
(1872 - 1958)

Dona Nobis Pacem
Leonard BERNSTEIN
(1918 - 1990)
Chichester Psalms
Ailish Tynan (soprano), Roderick Williams (baryton), George Hill (treble), The Choir of King's College, Cambridge, Britten Sinfonia, dir.: Stephen CLEOBURY
2017-51' 20''-Textes de présentation en anglais-chanté en latin, anglais et hébreu-textes chantés inclus-KGS 0021