Un Beethoven sensible, frais et clair

par can geologists use radioactive dating to find the absolute ages of extrusions and intrusions

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Trios à clavier
Trio pour piano, violon et violoncelle n° 6 en mi bémol majeur op.70 n°2 - n° 7 en si bémol majeur op. 97 "Archiduc"
Alexander Melnikov : pianoforte Graff 1828 (collection d'Alexander Melnikov), Isabelle Faust (violon), Jean-Guihen Queyras (violoncelle)
2014 - 67'34'' - Notice en français, anglais et allemand -  Harmonia Mundi HMC 902125

Isabelle Faust et Alexander Melnikov habitués à jouer ensemble se sont entourés de Jean-Guihen Queyras pour enregistrer le riche répertoire de Beethoven qui, en cela, poursuivait l'exemple de son maître Haydn et s'illustrait dans cette formation comme Mozart l'avait fait en son temps. Deux trios assez contrastants sont ici représentés avec, bien sûr, le fameux "Archiduc". Dès le premier mouvement de "l'Archiduc" Alexander Melnikov installe une ambiance sereine avec un tempo raisonnable et une sonorité tout à fait dans l'esprit de la musique de chambre ; les deux cordes arrivent et le violoncelle chante sa première mélodie très librement et souplement : les trois musiciens s'entendent parfaitement. La sonorité du pianoforte Graff est idéale pour ce répertoire car elle permet aux cordes de jouer dans leurs nuances naturelles. On connaît les qualités du violoncelliste français Jean-Quihen Queyras : un archet souple et d'un grand lyrisme, un son grave profond aidé par un vibrato parcimonieux et toujours juste. Il en est de même pour la violoniste Isabelle Faust qui nous enchante avec un son éclairé et très sensible. Ces trois musiciens nous proposent un jeu frais et d'une conception musicale aboutie; leur vision de cette musique est celle d'un Beethoven classique d'une grande sensibilité loin du romantisme échevelé que peuvent présenter certains musiciens, justifiant par là leur manque d'égard aux indications stylistiques indiquées par le compositeur lui-même. Ce disque est donc une réussite et parvient à s'imposer parmi les belles versions déjà existantes comme par exemple celle du Beaux-Arts Trio ou celle de l'ensemble réunissant Poulet, Henkel et Devoyon. Un Beethoven juste, équilibré et enrichi de belles attaques nettes et claires grâce au pianoforte.
François Mardirossian

Son 10 - Livret 10 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Les commentaires sont clos.