Vittorio Forte au sommet de son art

par

linkVoyage mélodique
Transcriptions pour piano 
Franz Liszt (1811-1886)/Franz Schubert (1797-1828) – Felix Mendelssohn (1809-1847) – Frédéric Chopin (1810-1849) – Robert Schumann (1810-1856) - Earl Wild (1915-2010)/Sergeï Rachmaninoff (1873-1943) – George Gershwin (1898-1937)
Vittorio Forte, piano
2016-SACD-Textes de présentation en français et anglais-Lyrinx-Lyr2296

Pour son quatrième disque, le pianiste italien Vittorio Forte nous revient pour notre plus grand plaisir autour d’un programme intitulé, « Voyage mélodique ». L’artiste nous avait déjà énormément touché lors de son précédent enregistrement consacré à Couperin et Chopin, un mariage d’abord surprenant mais finalement intelligent et évident. Avec ce « Voyage mélodique », Vittorio Forte remet au goût du jour une pratique souvent décriée dans le passé : la transcription. C’est principalement Franz Liszt qui occupe le terrain puisque plus de la moitié de ses opus y sont dédiés. Ce sera l’occasion, dans une première partie, de découvrir le langage poétique et sensible des textes de Goethe, Rückert, Heine… mis en musique par Schubert, Mendelssohn, Chopin et Schumann et transcrits pour piano seul par Franz Liszt, et dans une seconde partie les transcriptions toutes aussi habiles de mélodies de Rachmaninoff et Gershwin que le pianiste américain Earl Wild s’est réappropriées. La difficulté première de la transcription est de garder le caractère, l’ambiance et toute l’essence qui caractérise l’œuvre. En effaçant le texte chanté, le défi du pianiste est alors de faire traduire au piano toutes les émotions et la richesse de la voix qui caractérisent chacune des pièces choisies. Et c’est que ce fait admirablement le pianiste Vittorio Forte qui nous démontre à nouveau sa volonté de réfléchir et de proposer autre chose. On apprécie particulièrement la finesse et la sensibilité de son toucher, la délicatesse indéniable de la direction musicale, tant mélodique que rythmique ou harmonique, et la facilité que l’artiste a à capturer l’instant présent pour instaurer des climats et ambiances saisissants. Pour chaque récit, Vittorio Forte raconte une histoire et nous invite, grâce à l’installation d’une atmosphère intime – notamment due à une prise de son parfaite et une direction artistique de haut vol - à rentrer dans son cheminement poétique. Soulignons enfin - après le timbre si délicat d’« Auf der Wasser zu singen » (Schubert) tant dans les aigus que les graves, la douceur et la pureté d’ « Auf Flügen des Gesanges » (Mendelssohn) - la fraîcheur et le côté parfois enivrant de la seconde partie par une lecture imagée, sensuelle, en somme très naturelle, des transcriptions de Porgy and Bess de Gershwin ou des mélodies de Rachmaninoff par Earl Wild. Un « Voyage mélodique » qui fera parler de lui et qu’il ne faut surtout pas hésiter à placer dans sa discothèque !
Ayrton Desimpelaere

Son 10 – Livret 10 – Répertoire 10 – Interprétation 10

Les commentaires sont clos.