Et vive l'année Telemann!

par
Telemann

Georg Philipp TELEMANN
(1681 - 1767)
Concertos et sonates avec hautbois
Marcel PONSEELE (hautbois), Il Gardellino
1995-2005-2h14'-Textes de présentation en anglais, français et allemand-Accent ACC 24314 (2 cd)

Année Telemann oblige, les nouvelles parutions et rééditions d'enregistrements d'oeuvres du Saxon affluent. Après un très bel ensemble de huit disques offert par Ricercar, un autre de treize par Warner, entre autres, voici le retour de deux albums, réunis en un seul, d'enregistrements de concertos, sonates et trios avec le hautbois comme instrument principal, qu'ont réalisés avec amour Marcel Ponseele et ses amis de Il Gardellino entre 1995 et 2005, deux petites merveilles qui n'ont pas pris une ride. La prise de son, un peu réverbérée mais de toute beauté, donne plus de lustre encore, s'il est possible, à ces joyaux qui invitent au voyage, dans le temps mais aussi l'espace, et l'on s'imagine aisément dans l'un de ces improbables palais rococo aux plafonds ornés des fresques étourdissantes de Tiepolo. Une fois encore on s'émerveille et on s'étonne du charme et de la séduction de cette musique, moins savante peut-être, plus « immédiate » que celle de Bach, mais si variée, si pleine d'une inextinguible vitalité. Comme le rappelle la notice, Telemann était considéré à l'époque comme l'un des compositeurs majeurs de son temps, à la renommée à nulle autre pareille, un homme béni des Dieux qui, très jeune encore, suscitait l'admiration sans bornes de ses aînés Graupner, Pisendel et Heinichen. Et qu'un Fasch ou un Stölzel aient cru bon d'étudier sa musique au point d'en inspirer leurs propres oeuvres en dit long sur son influence et son importance réelle. Enfin, après des siècles de purgatoire, la place qui est la sienne semble enfin lui être reconnue aujourd'hui, si l'on en juge par l'abondance des hommages et rééditions qui nous permettent d'écouter et d'apprécier dans les meilleures conditions une vaste sélection de son oeuvre gigantesque. Le premier disque s'intéresse aux pages orchestrales: six concertos nous sont proposés parmi la bonne trentaine sortie de sa plume, un chiffre qui laisse rêveur au vu de leur qualité quand on sait, de surcroît, que 95 concertos pour divers instruments ont été conservés. Telemann était pourtant sceptique par rapport à ce genre musical, encore nouveau à l'époque rappelons-le, en particulier par rapport à la production de ses confrères dans ce domaine. On peut imaginer qu'il mit un point d'honneur à ciseler en orfèvre ses propres partitions qui pourraient être regardées comme des références en la matière, à l'aune desquelles les oeuvres nouvelles devraient être mesurées désormais. Quoi qu'il en soit, la sévérité de son jugement témoigne du niveau d'exigence et de perfection qui était le sien. La musique de chambre, qui fait l'objet du deuxième cd, n'est pas en reste avec une production impressionnante: 75 sonates pour un instrument et autant de trios et quatuors dont une petite partie seulement fut éditée du vivant du compositeur. La sélection opérée ici donne un bon aperçu de la progression de ce talent hors du commun, en puisant parmi les principaux recueils qu'il réalisa, depuis les pages courtes et assez simples de Die kleine Cammermusik de 1716 jusqu'aux Essercizii Musicii de 1740, en passant par Der getreue Music-Meister, sorte de feuilleton musical à la parution bi-mensuelle de 1728 à 1729 et la fameuse Tafelmusik de 1733, sans doute l'ensemble de pièces instrumentales les plus connues et abouties de Telemann. Un digest très intelligent qui donnera certainement à l'auditeur l'envie d'explorer plus avant l'immense forêt de ce créateur à la fois prolixe et au talent exceptionnel.
Bernard Postiau
Son 10 - Livret 9 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>