8 saisons à l’heure suisse avec Riccardo Minasi dans Vivaldi et Verdi 

par Read Full Article

Antonio Vivaldi (1678-1741) : Les Quatre saisons ; Giuseppe Verdi (1813-1901) : “Les Quatre saisons”, ballet tiré des Vêpres Siciliennes. Orchestra La Scintilla, violon et direction : Riccardo Minasi. 2019-Livret en allemand, anglais, et français-68’21. Philharmonia Records. PHR 0112.  

Dans l’avalanche incessante des parutions, certains titres ne se distinguent pas de prime abord ! Il faut dire que le graphisme du label zurichois Philharmonia Records donne dans une rigueur et une sobriété des plus rigidement helvétiques.... De plus, les précédentes sorties sous la baguette de l'omniprésent Fabio Luisi, et malgré un son démonstratif, ne nous ont jamais convaincu ! Pourtant, on se surprend à ouvrir cet album et à le mettre sur la platine sans doute attirés par la présence au pupitre et au violon de Riccardo Minasi. 

Tube des tubes, les Quatre saisons de Vivaldi continuent d'alimenter les bacs et les plateformes à un rythme soutenu : Arabella Steinbacher, Rachel Podger, Enrico Onofri...ont récemment livré leurs témoignages à la postérité. Violoniste virtuose qui a marqué la discographie d’oeuvres de Haendel, Mozart ou Biber, Riccardo Minasi s’est imposé comme un chef qui compte. Au pupitre d’Il Pomo d’Oro ou de l’Ensemble Resonanz, il multiplie les enregistrements dans un large panorama de répertoires. Directeur musical de l’orchestre du Mozarteum de Salzbourg, il est également l’un des invités réguliers de l’Orchestra La Scintilla, de l’opéra de Zurich. 

Stylistiquement exemplaire, cette interprétation vivaldienne possède ce qu’il faut de peps et de sens des couleurs. Les musiciens de l’orchestre zurichois pratiquent la musique baroque depuis les années 1970 et ils ont collaboré avec les meilleurs chefs depuis 50 ans, d’Harnoncourt à Minasi en passant par Gardiner, c’est dire qu’ils savent s’y faire ! On apprécie également le côté “ensemble” et “dialoguant” de cette lecture qui évite le côté soliste en parade trop souvent usité. 

Le complément est inédit dans ce couplage et il nous oriente vers Verdi et le Grand opéra avec le bien oublié ballet issu des fort rares Vêpres siciliennes. On connaît l'histoire de ce ballet, exercice imposé du Grand opéra français, passage obligé des conventions que Verdi détestaient, fustigeant une tradition qui cassait la dramaturgie. Cette musique peut souvent sonner en mode “zim boum boum”, mais Minasi allège et cisèle un matériau orchestral d’où sortent quelques beaux traits instrumentaux comme cette clarinette qui symbolise l'éveil du printemps.  

Le son de cet enregistrement est comme toujours avec Philharmonia Records, un modèle de précision et de richesse des timbres ! Une très grande réussite d’autant plus qu’elle était inattendue !

Son 10 – Livret 10 – Répertoire 10 – Interprétation 10

Pierre-Jean Tribot 

 

         

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.