Au Concert

Les concerts un peu partout en Europe. De grands solistes et d’autres moins connus, des découvertes.

Leif Ove Andsnes et ses amis brillent dans les quatuors à clavier de Brahms

par

T. Zimmermmann, L.O Andsnes, C. Tetzlaff, C. Hagen

Quand il écrivit son orchestration du Premier quatuor à clavier, op. 25 de Brahms, Arnold Schönberg se justifia en expliquant qu’il adorait l’oeuvre mais que son plaisir était souvent gâché par des pianistes qui soit n’étaient pas techniquement à la hauteur de cette exigeante partition, soit étaient au contraire très bons mais écrasaient sans pitié les cordes.

Les indispensables à la réussite d'un concours

par

Avant de conclure la session 2016 du Concours Reine Elisabeth et en attendant le concert final des lauréats dont Crescendo ne manquera pas de suivre le parcours, nous souhaitons vraiment féliciter et remercier toute l'équipe de ce Concours reconnu pour son exigence de qualité mais aussi pour sa convivialité qu'unanimement les candidats disent unique. La presse également.

L’Orchestre Symphonique de Singapour à la Philharmonie de Berlin

par

Invité du Dresdner Musikfestspiele, l'Orchestre Symphonique de Singapour sous la direction de Lan Shui et le violoncelliste Jan Vogler le 23 mai à la Philharmonie de Berlin © Oliver Killig

L’orchestre Symphonique de Singapour entamait, dans le cadre prestigieux de la Philharmonie de Berlin, une tournée européenne qui va le mener à Munich, Dresde, Prague et Mannheim avec des programmes ambitieux.
Fondé en 1979, ce jeune orchestre s’est rapidement imposé comme une référence en Asie. Sous la direction de son directeur Lan Shui, il avait attiré l’attention des commentateurs par ses disques publiés par le label Bis et par des tournées, dont une apparition acclamée aux BBC Proms de Londres en 2014.

Soirée de clôture à Bozar : Kramer joue un remarquable Prokofiev pour s'offrir la deuxième place et Vondracek est sacré !

par

Au moment d'écrire ces lignes, le palmarès de ce concours 2016 est d'ores et déjà connu de tous. Et à moins que vous ne vous soyez exilé pendant une semaine, vous avez dû entendre parler du troisième concerto de Rachmaninov version Lukas Vondracek. Cet ovni de 29 ans a sorti un moment d'anthologie et son exécution pourrait fort bien entrer dans l'histoire comme une des plus belles de ce concerto. Il remporte donc fort logiquement le Premier Prix sous les acclamations du public de la salle Henry LeBoeuf, debout et pleine à craquer pour l'occasion.

En direct du Concours...

par

Henry Kramer (Etats-Unis, 29 ans)
Henry Kramer clôture de belle manière ces douze interprétations. Chaque pianiste aura nourri la pièce de sa personnalité. Beau souci du détail pour Kramer.
Remarquable Prokofiev. Le son n'est jamais dur ni agressif. Sa prestation a décollé surtout à partir du second mouvement. Jeu ludique, virevoltant et risqué mais très beau à voir et à entendre. Verdict dans une heure environ.

Kana Okada (Japon, 25 ans)
L'imposé est très réussi. Un onzième papillon féminin cette fois. Elle nous a fait découvrir de nouveaux détails et l'orchestre aussi d'ailleurs. La partition est de mieux en mieux maîtrisée.
2e Concerto de Rachmaninov : pianiste très élégante avec de belles idées. Elle a été malheureusement trop souvent couverte par l'orchestre. Elle devait lutter dans les tutti où on aurait aimé une envolée dans un lyrisme transporté !