Cécile Chaminade dans le meilleur d'elle-même !

par https://raggedrose.com/
Chaminade

Cécile CHAMINADE
(1857 - 1944)
Complete Piano Trios
Trio pour piano, violon et violoncelle op. 11, Capriccio op. 18, Trois morceaux op. 31, Trio pour piano, violon et violoncelle op. 34, Romanza appassionata, Sommeil d'enfant
Trio Parnassus : Julia Galić, violon, Michael Groß, violoncelle, Johann Blanchard, piano
2017-DDD-72'32"-Textes de présentation en anglais, français et allemand - MDG 303 2002-2

On ne reviendra pas sur les contraintes qui ont brimé l'expression artistique des femmes dans notre ère moderne. En musique, souvent confinées dans leur salons, elles n'ont cependant pas hésité à s'attaquer à la forme traditionnelle du trio ; on n'en veut pour exemple que Clara (Wieck)-Schumann ou Fanny (Hensel)-Mendelssohn. Cécile Chaminade-(Carbonel) ne déroge pas à cette ouverture. Nous n'en voulons comme preuve que cet enregistrement de ses deux trios
Cécile Chaminade a étudié la composition en privé avec Benjamin Godard de quelques années son aîné. Sa période la plus féconde - elle couvre une cinquantaine d'opus sur les 167 du catalogue de la compositrice - est la décennie 1880-1890 qui occupe principalement ce CD à l'exception de la dernière pièce. Le premier trio date de 1880 ; ses quatre mouvements oscillent entre Mendelssohn et Fauré avec des réminiscences de Schumann. Le dernier mouvement est une véritable école de la vélocité. Le second trio, postérieur de six ans, est techniquement beaucoup complexe pour les trois instrumentistes. Il ne comporte plus que trois mouvements dont un superbe lento. L'influence du maître, Benjamin Godard, est ici évidente.
L'éditeur qualifie cet enregistrement de complete trios ; c'est quelque peu trompeur car les autres pièces sont des duos principalement pour piano et violon à l'exception du sommeil d'enfant qui est la transcription pour violoncelle d'un lieder tardif de 1903. On est ici plus dans le domaine des musiques de salon, bien composées et agréables à entendre.
Le trio Parnassus s'est fait une spécialité dans la révélation d'oeuvres méconnues ; ne citons que les trios de Hummel ou de Louis Ferdinand de Prusse, par exemple. Mais sa géométrie a évolué au cours du temps. Aujourd'hui si Michael Groß est toujours à l'oeuvre, ses autres condisciples ont été remplacés ; au piano, Friedemann Rieger et puis Chia Chou et, au violon, Wolf Dieter Streicher ont cédé la place à Johann Blanchard et Julia Galić, respectivement. Les deux trios de Cécile Chaminade ne sont pas vraiment des oeuvres méconnues ; ils ont été enregistrés par d'autres ensembles comme le trio tzigane ou le trio Kmw. La présence du pianiste français Johann Blanchard, spécialiste de Cécile Chaminade, est ici une garantie de qualité. Ajoutons le bel équilibre atteint entre ces trois nouveaux partenaires et une excellente prise de son dans la salle de concert de l'abbaye de Marienmünster. Les ingrédients d'une belle réussite sont réunis.
Jean-Marie André

Son 9 – Livret 10 –  Répertoire 7 – Interprétation 9

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.