Concert de Noël : we have a dream à l’OPRL

par

En cette période de fin d’année, nombre d’institutions culturelles célèbrent Noël par un ou plusieurs évènements « extraordinaires » qui perpétuent la tradition. La musique n’échappe naturellement pas à ce credo d’autant plus lorsque son répertoire participe, par le caractère festif, dansant et volontiers pétillant, à cette célébration attendue. Pour éviter de rester dans ce cadre certes large mais tellement reproduit qu’est la palette des valses des grands Viennois, entre-autres, certaines institutions vont plus loin et proposent des spectacles inédits qui, de prime abord, ne font pas partie de leur ADN.

L’OPRL s’est lancé dans cette aventure ce vendredi 14 décembre en offrant à un public venu nombreux et conquis, We have a dream : un hommage à Martin Luther King, disparu il y a 50 ans, et à la lutte contre le racisme, les conflits dans le monde et toute la tristesse qui en découle. Après les évènements survenus à Strasbourg, ce concert ne pouvait que résonner tel un rayon de soleil dans un monde si barbare et cruel. En ce sens, l’OPRL a offert un brillant hommage aux luttes et actions du passé, malheureusement toujours d’actualité…

Cette soirée permit aussi une rencontre exceptionnelle et particulièrement réussie entre l’OPRL et le Brussels Jazz Orchestra sous la baguette dansante et souple de Charles Hazlewood. On retrouve un ensemble totalement libéré de toute contrainte, des musiciens souriants et sujets à quelques mouvements de danse, bref une équipe qui semble heureuse de finir l’année ainsi. Si l’OPRL a été remarquable de professionnalisme et de bienveillance à l’égard d’un répertoire inattendu, soulignons l’exceptionnelle performance du BJO très à l’aise dans la Salle Philharmonique, tant dans les différents solos juste bluffants que dans les grands tutti.

Bien sûr, rien n’aurait été pareil sans la voix douce et chaleureuse de Tutu Puoane, chanteuse anversoise d’origine sud-africaine qui nous a séduit dans des titres arrangés pour l’occasion de Nina Simone, Bob Dylan, Joni Mitchell, Rod Stewart, Sting… Timbre envoutant, respect mutuel, parenthèses avec le public, anecdotes… tant d’ingrédients réunis pour offrir une grande fête avant de terminer avec It’s not easy being green. Une soirée inattendue mais ô combien agréable en cette période troublée.

Ayrton Desimpelaere

Liège, Salle Philharmonique, 14 décembre

Crédits photographiques : BBC/Chris Christodoulou

OPRL, BJO, Tutu Puoane

Vos commentaires https://www.cavederauzan.com/

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.